Revue de presse photo & nature réalisée par Safari-photo-nature.com

La quasi totalité des infos photo & nature disponibles sur le web

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home e-Mag photo nature
Actualité magazine photo nature

Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Envoyer Imprimer PDF

Trop souvent les photographes animaliers, surtout ceux qui débutent, oublient de photographier l’environnement et se focalisent sur la prise de vue en portraits serrés. Il faut que la bête prenne de la place dans le cadre. Comme si intégrer la grande famille des photographes animaliers passait par la prise de vue d’animaux en gros plans. Comme si mettre en avant les détails des poils et des plumes constituait l’unique manière de traduire la beauté animale. Bon, tirer des portraits animaliers qui tuent doit faire partie du bagage technique du photographe, c’est certain … mais pas que !

Voici un petit exercice : fermez les yeux (les deux hein icon smile Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement ) et tentez de vous souvenir de deux ou trois photographies animalières qui vous ont récemment marquées. Je suis sûr à 100 % que dans le lot il y en a une dont le sujet tient une petite place dans son environnement de ciel, de rochers, d’herbes ou d’eau. Cette photo vous a marquée parce qu’elle en révèle plus sur l’animal que si celui-ci avait été shooté en gros plan.

Parce que je suis du genre à faire ce que je demande aux autres, voici la photo qui m’a profondément impacté :

vincent munier combat heron cendre buse variable Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Combat entre un héron cendré et une buse variable – Vincent Munier © Tous droits réservés

Contrairement à ce que vous pensez, fixer sur le capteur un animal dans son environnement n’est pas plus facile que de réaliser un gros plan. Car la frontière est mince entre la réussite ou l’échec d’un cliché pris largement :

  • Un sujet trop petit dans l’image et on se demande pourquoi l’auteur n’a pas plus zoomé
  • Un sujet prenant trop de place et on est frustré d’être privé de plus d’informations

Dans cet article, nous allons donc nous éloigner au sens propre de l’animal, et au sens figuré du sempiternel portrait. A la fin de la leçon (eh oui, que croyez-vous, on bosse ici !!) le photographe animalier que vous êtes passera du stade de la photo de base avec des animaux perdus dans leur environnement, à celui du cliché qui déchire parce que le sujet fait parti intégrante de son milieu (vous saisissez la nuance ?! icon wink Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement ).

1ère leçon : la composition

Quand je commence une nouvelle leçon avec mes élèves à l’école primaire, je m’assure toujours que dans leurs petites têtes les notions nécessaires à l’apprentissages de la nouvelle leçon soient disponibles. On appelle cela les pré-requis : apprendre à respecter les accords sujet-verbe dans une phrase simple sans être capable de distinguer le sujet et le verbe n’a aucun sens.

Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que pour saisir l’importance de la composition dans notre sujet du jour, mieux vaut en connaitre la définition.

La voilà : la composition est la façon dont le photographe agence les éléments constitutifs de l’image afin de mettre en valeur le sujet principal choisi par le-dit photographe. Petite définition perso, écrite à la volée.

Ca c’est pour la théorie, pour les exemples pratiques, il faudrait écrire un article complet. Pourquoi produire ce qui a déjà été fait ailleurs, et très bien fait même ? Je vous renvoie donc vers un billet écrit par l’ami Laurent Breillat afin d’être au top sur les pré-requis en composition avec 5 règles simples (vous revenez après hein !)

passereaux roseaux 1 585x390 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Petite composition sympa avec les tiges de roseaux amenant le regard vers l’oiseau – © Régis Moscardini

J’ai donc bien fait mon job : si vous lisez ceci c’est que la règle des tiers vous est familière.

Retour à la photographie des animaux dans leur environnement. Bien composer sa prise de vue est important pour tout type de photographie. Le photographe devra toujours se poser cette question : « où placer mon sujet principal et ce qui tourne autour ? » Cet examen de la situation passe d’important à CAPITAL quand l’animal photographié tient une place réduite dans l’image.

Je m’explique : shooter un lapin de garenne en gros plan demande juste de placer les yeux (dans 90% des cas) dans un des 4 points forts. Facile. Prendre ce même lapin (toujours de garenne) au 50 mm demande plus de réflexion quant à la composition de cette image. Sans ça, vous risquez fort de noyer l’animal parmi les nombreux composants de son habitat.

renard roux 1 1 585x329 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Typiquement le type de photo d’environnement à oublier : aucune histoire racontée, du fouillis et aucune réflexion – © Régis Moscardini

Voilà quelques trucs pour parfaire ses compositions :

  • privilégier la billebaude : cette technique fonctionnera bien car trouver le meilleur angle, la meilleure position ne peut se faire qu’en crapahutant. Votre outil privilégié sera votre paire de pieds ! Déplacez-vous jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’éléments dans le cadre qui nuise à la lecture de l’image. Je sais, se déplacer parfois ne serait-ce que de quelques mètres en billebaude peut provoquer la fuite de la bête. Le mieux étant d’utiliser dès que possible le relief, la végétation et le sens contraire du vent … plus votre précieuse expérience icon smile Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement
  • tenter l’affût en utilisant un zoom type 70-300 mm. A défaut de pouvoir varier votre place, vous pourrez changer de focale. Sauf à réfléchir à la composition d’une image précise dès l’installation d’un affût, je pense que cette technique limitera vos possibilités créatives, en tout cas pour ce type de photographie
  • éviter l’encombrement des éléments qui constituent l’environnement. Rien de tel qu’un véritable capharnaüm dans lequel est perdu le sujet pour du même coup perdre le spectateur ! Ne prenez pas la photo comme un fourre-tout : vous devez choisir quoi intégrer à l’image. Eliminez tout ce qui n’apporte rien à votre message
  • des fois souvent, le photographe animalier doit vite déclencher parce que la situation le demande. Alors privilégiez dans ce cas le truc à ne pas rater : la mise au point. Prenez en rafale pour multiplier les chances d’obtenir une attitude sympa. Pour la composition, le re-cadrage sur ordinateur devrait rectifier une prise de vue trop centrée
  • des fois rarement, le photographe animalier a du temps. Profitez-en pour tester plusieurs cadrages :
    • format paysage
    • format portrait
    • placer l’animal sur différents points
    • intégrer un élément, ou un autre, ou encore un autre, puis comparer les prises de vue sur l’écran du reflex
  • si la ligne d’horizon est dans le champ, elle ne doit pas être l’axe de symétrie de l’image : ne la placez pas en plein milieu. C’est moche non ?
  • Ce même horizon ne devra pas « couper » l’animal. Quelle idée !
précy lapin10 1 585x329 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Surtout ne pas couper l’animal par la ligne d’horizon ! © Régis Moscardini

  • Quand le sujet photographié est petit dans l’image, c’est particulièrement important d’avoir une composition soignée et réfléchie.

J’en ai fini avec la composition. Ok, c’était un peu long. D’ailleurs si vous n’avez plus assez de temps pour finir la lecture, je vous autorise à vous arrêter là. Si vous appliquez ces conseils sur la compo, vos photos vous diront merci icon smile Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

2ème leçon : l’importance de la lumière

Vous l’avez entendu, lu, vu, à maintes reprises, la lumière est tout dans la photographie (avec la composition !).

Même si vous avez un animal intéressant dans un bel environnement, la photo manquera de pep’s si la lumière est plate ou fade ou dure. Voici comment faire pour « choper » la bonne lumière :

  • éviter les ciels monochromes. Oui, c’est chouette un ciel tout bleu, mais c’est ennuyeux en photo non ?
  • les photographies d’animaux les plus spectaculaires ont été réalisées lors de fortes pluies, pendant des vents violents, à la suite d’orages, durant des chutes de neige et même en plein brouillard. Alors si la météo du jour est trop parfaite, profitez-en pour repérer des lieux intéressants, notez-les, puis revenez au cours d’un temps moins clément ! Au passage, j’en profite pour vous dire que dans la boutique du blog il y a des ponchos 2 en 1 Stealth Gear tip top pour vous protéger vous et votre attirail pendant vos sorties pluvieuses icon wink Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement
  • c’est connu, les plus belles lumières de la journée sont à l’aube et au crépuscule. L’été, entre 9h00 et 19h00, rien de bien intéressant à se mettre sous la dent. Alors oui, faudra vous lever tôt (en juin, juillet et aout, très tôt icon wink Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement ) et sortir une ou deux heures avant le coucher du soleil. Entre temps ? Profitez de la fraicheur de la maison pour trier vos photos ! icon smile Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement
ciel nuageux 1 585x329 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Il n’y a pas d’animal, c’est juste pour montrer l’importance de la lumière et du ciel qui tue.

3ème leçon : varier les focales et les cadrages

Je pourrais sortir la fameuse phrase « votre but est de raconter une histoire à travers une image ». Très bien, on ne peut qu’être d’accord avec ça (suffit de voir celle ce Vincent Munier plus haut, l’histoire saute aux yeux). Mais c’est plus facile à dire qu’à faire.

Soyez conscients qu’une photographie est l’oeuvre d’un photographe (lapalissade) opérant des choix esthétiques et forcément subjectifs. La sensibilité, l’expérience, la maitrise, l’envie, sont autant de facteurs qui influenceront les choix pendant la prise de vue : deux photographes plantés au même endroit raconteront quelque chose différemment.

Voici quelques trucs pour varier les effets désirés, raconter des histoires différentes:

  • l’utilisation d’un objectif à focale fixe est à mon avis limitatif. Préférez, si vous pouvez, un objectif à focale variable comme un 70-300 mm ou un 50-200 mm. Ainsi, le photographe que vous êtes aura toute latitude pour varier les cadrages et jouer sur les effets désirés
  • emporter aussi dans votre besace un objectif grand-angle. Un compact expert est aussi très bien. C’est mon cas : j’aime utiliser mon Panasonic Lumix DMC. Je n’ai pas à changer d’objectif et les multiples réglages experts sont parfaits
  • placer le sujet au premier plan puis utiliser un cadrage au grand-angle place l’animal en position de force et procure en même temps une sensation d’espace. Evidemment, c’est faisable avec des animaux coopératifs. Les goélands en bord de mer c’est jouable. A défaut, tentez le coup avec les vaches du pré d’en face ! On en est en plein dans les choix esthétiques là !
 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Tout l’intérêt d’un grand angle dans ce type de situation – © Whooper Swans in Lake Kussharo by Fanus Weldhagen

  • à l’inverse, l’usage d’une focale allant du 100 au 300 mm, aura pour effet de « comprimer » l’espace entre le sujet et son environnement donnant l’impression que les éléments des différents plans se rapprochent. Intérêt ? Révéler l’animal dans une dimension plus « dramatique »
charolaise 1 585x329 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

L’utilisation d’une grand focale (300mm) permet de rapprocher les plans – © Régis Moscardini

  • intégrer un petit coté ciné peut donner du punch à votre image est simple. A l’ordinateur, ne vous privez pas de recadrer la photo au format 16/9. Un ciel sombre et moutonneux à la sauce 16/9 provoque de suite un autre sentiment, le rôle de l’animal en est renforcé.

Bonus : A faire – A ne pas faire

  • A faire : Composition : OK. Lumière : OK. Accordez maintenant toute votre attention à l’attitude de l’animal. La position des pattes, de ses oreilles, ses mouvements ont autant d’important dans une prise de vue lointaine que lors d’un portrait.
  • A faire : tenir un cahier de croquis afin de noter des idées et griffonner des images possibles. Typiquement le type de conseils évident et facile à donner … que je ne fais pourtant pas, j’avoue. C’est bête, j’en vois tout l’intérêt. Il suffit de mettre un carnet et un crayon dans une poche non ?
  • A ne pas faire : rentrer à la maison OU ne pas sortir si le temps est mauvais. Protégez-vous et votre équipement pour continuer à photographier. Je pense précisément à une sortie d’orage d’été : les ambiances y sont très particulières. Evidemment, il faut être sur place, voire essuyez la grosse pluie qui mouille … mais ça en vaut vraiment la peine.
éléphant cascade 413x585 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Lumière, composition, histoire, tout est dans cette magnifique image. – © Marcel Van Hoosten

Conclusion

Je crois l’avoir signalé en début de billet, photographier un animal dans son environnement ne doit pas être pour vous une 2ème option. En gros, si la sortie « portrait aux renards » a lamentablement échouée, tenter de sauver la mise en shootant maître rusé au grand angle risque de donner une image fourre-tout sans âme.

Préparez plutôt ce genre d’image de la même manière que vous le feriez avec n’importe quel autre type de photographie.

Pour être tenu au courant de l’actu du blog, si vous deveniez fan de la page Facebook ?

Recherches qui ont permis de trouver cet article:

  • comment photographier les animaux
  • objectif photo pour photographier animaux sauvages
  • comment photographier renard
Lire la suite...
 

10 astuces pour photographier votre animal de compagnie

Envoyer Imprimer PDF

Cet article est un article invité écrit par Samir du blog Studio Photo Numérique.

Samir partage des astuces pour débuter et progresser en photo simplement et sans prise de tête.

Aujourd’hui de plus en plus de monde possède un animal de compagnie, que ce soit un chat, un chien ou même un furet, pourquoi ne pas mêler sa passion pour la photo et sa passion pour les animaux ?

Photographier son animal de compagnie peut paraitre simple à première vue mais il faut quand même respecter quelques principes pour obtenir de belles images et ne pas trop “embêter” votre animal. icon wink 10 astuces pour photographier votre animal de compagnie

1 – Utiliser les bons réglages

Priorité à la vitesse

Un animal est un être imprévisible, il aura du mal à se concentre pour poser devant votre appareil photo, c’est pour cela que vous devrez utiliser le mode priorité à la vitesse.

Mise au point

Il y a de grandes chances que votre petit monstre soit en mouvement perpétuel, pour avoir les meilleures chances d’obtenir une image nette accordez de l’importance à la qualité de la mise au point. Pour cela pas de secret utilisez le mode Ai-Cervo, qui se charge de faire la mise au point en continu sur votre sujet.

Mode rafale

Pensez à vous mettre en mode rafale pour ne pas louper la meilleure image ! Attention tout de même en mode rafale on a tendance à trop mitrailler, essayez de trier un maximum vos images constamment.

chien 10 astuces pour photographier votre animal de compagnie

crédit photo : Jellu Dude

mesure de la lumière – Compensation d’exposition

Attention à votre prise de vue, selon les conditions et la couleur de votre animal il y a aura quelques réglages à effectuer :

  • Si vous remplissez le cadre de votre image avec les poils de votre chat noir/blanc, votre appareil photo aura tendance à sur/sous exposer l’image car trop de blanc/noir dans l’image. Pour corriger cela il faudra appliquer une compensation d’exposition manuelle.
  • Idem pour la mesure de la lumière, si votre arrière plan est clair et que votre animal a le poil sombre vous changerez le mode de mesure (mesure spot ici par exemple).

2 – Faites la mise au point sur les yeux

Ce conseil est valable pour les portraits de manière générale et tout à fait applicable à la photographie d’animaux. Faites toujours votre mise au point sur les yeux de votre modèle.

Ce conseil est particulièrement valable si vous utilisez une grande ouverture, imaginons que vous ayez une ouverture de 1.4, si votre mise au point est faite sur le nez vous risquez d’avoir les yeux de votre animal flous !

Le secret d’une belle photo d’animal (et de portrait classique d’ailleurs) c’est l’importance donnée aux yeux ! Nous sommes toujours naturellement attiré par les yeux et le regard, c’est pourquoi il faut y accorder beaucoup d’importance.

chien 2 10 astuces pour photographier votre animal de compagnie

crédit photo : Ana Cotta

3 – Préparez votre séance photo

Un animal n’est pas fait pour rester patiemment à attendre que vous preniez des photos, il sera sans cesse déconcentré et attiré par son environnement. C’est pourquoi il est important de planifier au maximum votre séance en prévoyant :

  • Les différentes images que vous voulez (idées de compositions à utiliser)
  • Les différents endroits ou vous voulez le prendre en photo
  • Les différents focales que vous allez utiliser (50mm, grand angle…)
  • Inspirez vous en regardant d’autres photos d’animal par exemple allez voir certains groupes sur Flickr :
    • photos de chiens : http://www.flickr.com/groups/dog_photography/
    • photos de chats : http://www.flickr.com/groups/1656261@N25/

4 – Utilisez des accessoires

Pour mettre votre animal à l’aise n’hésitez pas à utiliser certains accessoires qu’il adore.

Que ce soit une balle, une peluche ou même des croquettes, utilisez les comme récompense pour son travail et sa concentration (parce qu’il le vaut bien icon wink 10 astuces pour photographier votre animal de compagnie )

Plus sérieusement l’idée est de mettre votre petit monstre en confiance et en situation “naturelle” pour obtenir les meilleurs clichés possibles.

Vous pouvez aussi mettre de la musique s’il (ou elle) y est réceptif !

5 – L’importance de la lumière

La lumière est un élément essentiel en photo, pour les meilleures images possibles de votre petit bout de chou je vous recommande :

  • L’utilisation de la lumière naturelle du soleil
  • Si possible à travers une grande baie vitrée ou une lumière douce de fin de journée
  • Evitez au maximum les flashs qui perturberont l’animal (et peuvent altérer les couleurs naturelles de son pelage !)
  • Utilisez des murs blancs comme réflecteurs (si vous en avez à proximité)
  • Evitez la lumière qui vient face ou derrière lui, préférez une lumière venant d’un coté
chat 10 astuces pour photographier votre animal de compagnie

crédit photo : Valdemar Petrovsky

6 – Soyez sur le qui-vive

Il est impossible de prévoir les réactions d’un animal, c’est pourquoi il vous faudra vous armer de patience pour photographier votre petit chou icon smile 10 astuces pour photographier votre animal de compagnie .

Essayez de le mettre dans les meilleures conditions possibles pour faire de belles photos, et restez discret.

Devenez un peu “paparazzi” pour capter les moments intéressants. S’il vous voie constamment en train de l’épier avec votre appareil il n’aura surement pas un comportement naturel, alors cachez le discrètement et shootez rapidement.

N’hésitez pas à utiliser un zoom pour pouvoir vous placer assez loin et l’épier tel un ninja icon wink 10 astuces pour photographier votre animal de compagnie .

7 – Faites le poser

Prévoyez dans votre séance un moment un peu plus “directif” ou vous essayez de trouver des poses intéressantes pour votre animal. Pour cela voici quelques conseils :

  • Repérez à l’avance des idées de poses
  • Mettez vous à la hauteur de votre animal, le point de vue est un élément essentiel en photographie animalière alors n’ayez pas peur de ramper ou de vous allonger.
  • Faites appel à une 2ème personne pour tenir votre animal lors de certaines poses
  • Ne cherchez pas à trop le contrôler, laissez l’animal être naturel au maximum
  • Evitez le trépied, à la limite un monopode pourra être un accessoire utile
bébé chien 10 astuces pour photographier votre animal de compagnie

crédit photo : Zenera

8 – Faites ressortir la personnalité de votre animal

Vous connaissez votre chat ou votre chien comme personne, alors profitez de ce que vous savez pour en tirer des photos “fidèles”.

Si votre compagnon est hyperactif alors prenez-le en train de courir ou de sauter, à l’inverse si c’est un gros paresseux ou un gourmand prenez-le en train de ronfler ou de se goinfrer.

Gardez en tête l’importance du naturel, un animal ne peut pas vraiment être contrôlé et si vous voulez des images fidèles et touchantes alors laissez-le être lui même.

chat 4 10 astuces pour photographier votre animal de compagnie

crédit photo : Dominique LeGros

9 – Mettez le en action

Pour avoir encore plus d’images originales n’ayez pas peur de mettre votre animal dans des conditions “sportives”. S’il aime courir après une balle, un frisbee ou sauter pour attraper un pelote de laine alors profitez-en.

N’ayez pas peur de vous mettre dans un parc ou un jardin ou vous aurez plus d’espace et un terrain de jeu idéal pour le laisser s’éclater.

10 – Soyez créatif

chien 4 10 astuces pour photographier votre animal de compagnie

crédit photo : Thomas Leuthard

Enfin dernier conseil, la photo reste un loisir artistique alors soyez créatif et amusez-vous au maximum. Pour cela vous pouvez pimentez votre shooting de différentes manières :

  • Changez de décor et d’arrière plan, testez des environnements différents
  • Ajoutez une 2ème personne à votre image, un enfant ou une personne avec qui votre chat s’entend bien (bon OK il n’aime que vous mais je suis sur que vous trouverez quelqu’un qu’il supporte icon wink 10 astuces pour photographier votre animal de compagnie )
  • Ajoutez 2ème animal, si le votre n’est pas trop agressif vous obtiendrez ainsi des photos originales
  • Habillez-le ou ajoutez lui des petits accessoires funs et amusants (un chapeau, une écharpe etc.…)
  • Vous pouvez tester une des 20 techniques photo bluffantes pour obtenir une image originale

Pour de meilleurs résultats il existe d’autres techniques à développer et qui vous permettront de devenir un meilleur photographe, je vous laisser découvrir les 9 qualités pour progresser en photo.

J’espère que cet article vous aidera à faire de meilleures photos et à vous amuser avec votre animal de compagnie préféré !

Samir.

Si cet article vous a plu allez consulter le blog de Samir : Studio Photo Numérique ou il donne des conseils simples pour débuter et progresser en photo.

Recherches qui ont permis de trouver cet article:

  • astuces animaux de compagnie
  • photo d\animaux de compagnie
  • merci pour cette belle nature danimaux
Lire la suite...
 

Du matériel pour le photographe animalier

Envoyer Imprimer PDF

La nouvelle boutique en ligne pour le photographe animalier

Je suis très heureux et très fier de vous annoncer l’ouverture de la boutique internet du blog pour le matériel de photographie animalière : Auxois Nature Boutique.

Pourquoi cette boutique ? Eh bien tout simplement parce qu’étant moi-même photographe animalier (amateur c’est vrai mais passionné de photo et fou de nature) je me suis souvent retrouvé dans l’impasse pour m’équiper et trouver le matériel adapté à ma pratique de la photographie animalière.

boutique matériel photographie animalière 585x539 Du matériel pour le photographe animalier

Le site de la boutique a été conçu pour une navigation facile.

Quel matériel ?

Tout ce qu’il vous faut pour pratiquer votre passion dans les meilleures conditions. Tout d’abord des vêtements qui à mon sens figurent comme le premier des équipements à posséder. J’ai choisi de vous proposer le top du top des vêtements pour le photographe animalier : la marque anglaise Stealth Gear. Tout le matériel Stealth Gear est pensé, conçu par des photographes pour des photographes. Il est impossible d’être déçu par leurs vêtements. J’en sais quelque chose : je les teste sur le terrain ! Vous trouverez sur Auxois nature Boutique :

Le matériel du photographe animalier ne se résume évidemment pas seulement à des vêtements. Il y a d’autres équipements à posséder et les affûts mobiles en font parti. Encore une fois, je fais entièrement confiance à Stealth Gear pour ce type de matériel :

Du matériel POUR la photo animalière

Croyez-moi, utiliser du matériel spécialement étudié pour la photo animalière n’a rien à voir comparé à l’utilisation de solutions alternatives comme les vêtements et les accessoires du rayon chasse de Décathlon. C’est très bien pour le camouflage, aucun doute là dessus, mais un pantalon ou une veste de chasse est conçue pour chasser par pour photographier !

Il existe encore beaucoup d’accessoires pour compléter votre équipement qu’Auxois nature Boutique ne propose pas encore dans ses « rayons ». C’est normal, je privilégie la qualité à la quantité. Autrement dit, si le choix des matériels est encore restreint, c’est parce que je prends le temps de tout tester avant de vous les proposer. Bien sur, d’autres produits triés sur le volet viendront étoffer la boutique au fur et à mesure.

D’ailleurs, si vous souhaitez être tenu au courant des nouveautés et des bonnes affaires à ne pas manquer sur Auxois nature Boutique, vous pouvez vous inscrire à la newsletter : rendez-vous sur la page d’accueil puis entrer votre e-mail dans la partie gauche … comme sur la capture d’écran ci-dessous ! icon smile Du matériel pour le photographe animalier

inscription newsletter auxois nature boutique 585x288 Du matériel pour le photographe animalier

Pour vous inscrire à la newsletter suivez le guide !

Recherches qui ont permis de trouver cet article:

  • photographe animalier et leur matériel
  • boutique pour passionné de nature
  • les fous de photos animalieres
Lire la suite...
 

Jai testé pour vous] La Drink Station

Envoyer Imprimer PDF

Avant toute chose, je remercie chaleureusement, vivement, avec tous les adverbes en -ment qui vont bien, le photographe animalier Julien Séré, le co-constructeur de la Drink Station testée ici. Souvent, ce sont les autres qui viennent à moi me proposant de tester ou de rédiger un article (comme pour le test de la location d’objectifs). Présentement, c’est l’inverse : de manière un chouilla culottée, j’ai demandé à Julien de tester sa Drink Station pour vous la présenter. Il a dit oui, alors merci à lui.

Avant d’oublier, je dois vous dire que si d’aventure il vous venait l’idée de construire à votre tour une Drink Station, sachez que Julien Séré et ses accolytes (Julien Fréguin et Raphaël Jourdan) ont tenu à s’associer aux acteurs locaux, comme l’agriculteur propriétaire du terrain. Celui-ci, en plus de leur mettre à disposition la zone pour le Drink Station en a facilité l’accès (tonte, débroussaillage, …)

Une Drink Station ça veut dire quoi ?

Une « Drink Station » est littéralement une « Station à boire ». Drink Station … Station à boire … Drink station … hum … y a pas, la version anglaise en jette ! Prononcé à la française, ça fait tout mou du genou. C’est vrai, voilà une expression anglaise de plus, mais que voulez-vous, à l’heure des Darty Days et des Essais French Touch’ (voitures Renault icon wink [Jai testé pour vous] La Drink Station ) l’expression Drink Station a toute sa place.

Pardonnez-moi cette introduction un poil orientée marketing, mais je souhaitais justifier l’emploi de franglais tout au long du test de la « Drink Station ». Hop, c’est fait.

Essai de définition

Une Drink Station est une construction destinée à recevoir dans un bassin prévu à cet effet de l’eau, attenante à un affût dédié, au bord de laquelle des oiseaux principalement, mais aussi la petite faune, viennent boire et/ou se baigner sur une plage aménagée.

Un peu longuet sauf qu’il fallait bien que je place tout en une seule phrase, comme dans le dictionnaire.

Mon esprit de synthèse me titille tout de même alors je retiendrai quatre mots : construction, eau, affût, plage. Avec ça, on a la totale :

  • construction : parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même (quand bien même la nature fait très bien les choses)
  • eau : elle attire comme un aimant tout être vivant … l’eau c’est la vie
  • affût : Où qu’il est le photographe ? Dans l’affût ! Parce que sinon les animaux y viennent pas si le bonhomme ne se cache pas !
  • plage : mis à part les canards et autres oiseaux d’eau, la faune ne se risque jamais à se rendre là où elle n’a pas pied !

Une image valant mille mots, voici des photos qui vont bien :

bassin drink station 585x390 [Jai testé pour vous] La Drink Station

Vue d’ensemble de la Drink Station

devant affût drink station 585x390 [Jai testé pour vous] La Drink Station

Vue sur la fenêtre de l’affût depuis le bassin

Principes de base

La Drink Station n’a presque plus de secrets pour vous. Presque car il ne suffit pas de mettre de l’eau dans un bassin et un cabanon à coté pour attirer toute la faune locale. Il y a des principes à respecter pour que la Drink Station joue le rôle demandé :

  • prévoir une profondeur d’eau suffisamment profonde sur la majorité de la surface du bassin pour obliger les oiseaux à se rendre à l’endroit souhaité : on ze beach. Je l’ai dévoilé quelques lignes plus haut, j’en remets une couche : une mésange se toilettera et profitera des bienfaits de l’eau seulement si elle a pied
  • et ce qui fonctionne pour une mésange fonctionne aussi pour tous les autres visiteurs potentiels. Alors pourquoi diable se casser la tête et les reins (pour les bricoleurs) à bâtir un bassin qui ne sera utilisé par les animaux que pour une toute petite partie (la plage) ? Je n’ai pas de réponse scientifiquement prouvée, mais il me semble que plus le volume d’eau offert est conséquent et plus le pouvoir attractif de la Drink Station sera puissant :
    • l’eau du bassin sera plus fraiche et plus longtemps. Les oiseaux se rendent au bassin pour boire, bien sur, et aussi pour se rafraichir. C’est leur clim’ à eux. Je ne suis pas dans la tête d’une mésange (sinon je me laisserais facilement approcher par les photographes!) mais j’imagine qu’ils préfèrent se tremper le bout des ailes dans un grand volume d’eau à 20 ° plutot que dans une flaque à 40 ° en période de grande chaleur
    • elle sera plus facilement repérable, identifiable
    • et vous, vous préférez vous baigner dans une piscine gonflable-boudin de 2 m2 qui crame la pelouse du jardin ou dans une piscine Olympique même s’il y a un peu de monde ?
    • l’évaporation due au soleil sera identique que dans une petite flaque d’eau mais les effets seront plus lents à se manifester (baisse du niveau d’eau notamment)
  • placer la Drink station sur un point haut du relief tel qu’une colline, là ou naturellement il ne peut se former de retenue d’eau à cause, justement, dudit relief. La relative distance séparant les points d’eau naturels et la Drink Station obligera les oiseaux à venir profiter de la construction plutôt que d’aller plus loin en contrebas. Malin non ?
  • l’utiliser au cours d’une période de « sécheresse », car on en revient au même principe basique : il faut que la Drink Station constitue le seul point d’eau à des dizaines de mètres à la ronde. Un temps pluvieux, un après-orage, laissera la possibilité à l’avifaune de se servir dans toutes les zones humides de leur environnement
  • fixer différents types de perchoirs afin de permettre aux oiseaux de s’y poser avant de profiter de l’eau, et laisser la possibilité aux photographes de varier les points de vue ! (joindre l’utile à l’agréable donc)
  • installer le dispositif dans une zone à la biodiversité riche. Celle que j’ai testée se situe en bordure de forêt et en limite de champ agricole. L’eau apportée par la Drink Station rend la zone réellement intéressante pour la faune locale
  • des chiffres pour finir : le bassin fait 6 mètres de longueur, 2 mètres de largeur et 20 cm de profondeur.
environnement affût drink station 585x390 [Jai testé pour vous] La Drink Station

Le bassin dans son environnement : clairière, forêt et point haut

L’affût de la Drink Station

Il ne suffit pas de tout faire pour attirer les animaux du coin, encore faut-il pouvoir photographier sans être vu, sans provoquer la fuite du premier rouge-gorge venu. Et l’affût accroché au bassin sert à ça. Un affût en dur tel que celui-ci est à ranger dans la catégorie des affûts 4 étoiles, tout confort, all inclusives (tout compris … compris ?:-) ) :

  • intérieur tapissé de toile noire pour assombrir la cache
  • avancée de toit pour limiter le rayonnement solaire direct sur lentille … et aussi pour assombrir, encore, l’intérieur de l’affût
  • présence de crochets pour pendre (et surtout ne pas perdre!) ses clés de voiture (ou n’importe quoi d’autre en fait)
  • petites étagères sur un des cotés pour vider ses poches … ce qu’on appelle communément un vide-poche
  • filets de camouflage sur le devant de l’ouverture (le fameux « voir-sans-être-vu »)
  • suffisamment de place pour ranger le matériel photo complet de deux photographes
  • sièges de camping pliants avec, tenez-vous bien, un emplacement pour une bière un jus de fruit bio issu de commerce équitable
  • large ouverture donnant sur le bassin
  • plus d’espace devant les jambes que dans un Airbus A 320 en classe éco
  • parfaitement conçu pour deux adultes bien costauds, possible pour trois personnes, qui seront, évidemment plus à l’étroit
  • pas ou très peu d’insectes ! Incroyable mais vrai, malgré la proximité d’une eau stagnante, nous n’avons jamais été importunés par les mouches et autres saloperies de moustiques. Je pense que les toiles de camouflage agissent comme des moustiquaires.

Le Club Med n’a qu’à bien se tenir ! icon smile [Jai testé pour vous] La Drink Station

Je plaisante, je plaisante, mais cette profusion de confort a un objectif précis : tenir le plus longtemps possible. Pour ce test, je suis resté avec Julien Seré plus de 4 heures, assis dans nos fameux sièges de camping.

Bon, de temps en temps, je ne dis pas que les fourmis dans les jambes ne nous ont pas titillées ! Cependant, puisque l’espace et la configuration de l’affût le permettent, les occupants des lieux peuvent facilement se détendre les muscles par des séances d’étirement. Toute une journée de présence dans la Drink Station ne pose vraiment aucune difficulté.

intérieur bassin affût drink station 585x390 [Jai testé pour vous] La Drink Station

Vue sur le bassin depuis l’affût

intérieur affût affût drink station 585x390 [Jai testé pour vous] La Drink Station

L’intérieur de l’affût avec les filets de camouflage

derriere affût drink station 585x390 [Jai testé pour vous] La Drink Station

Vue du la porte d’entrée de l’affût

Le test de la Drink Station

J’ai testé la Drink Station un après-midi entier, de 13h30 à 17h30, une petite soustraction, ça vous fait dans les 4 heures d’attentes dans l’affût. Je confirme donc ce que j’ai écrit plus haut : ça le fait sans problème. 4 heures, c’est assez long pour se faire une idée du potentiel de la bête.

Je ne reviendrais pas sur le confort, excellent pour ce type de structure. Je m’attarde en revanche sur les observations et la photographie, finalement le but ultime de la Drink Station.

Observations animalières

C’est un peu moins d’une trentaine d’espèces différentes recensées par les 3 concepteurs du projet : des passereaux bien sur (rouge-gorge, mésange noire et bleue, merle noir, sitelle torchepot, fauvette à tête noire, pouillot fitis, grive musicienne, mésange huppée, Pipit des Arbres, Gobemouche noir, mésange nonnette, … ) des corvidés comme le geai des chênes, des pics épeiches et même un épervier d’Europe (guère étonnant : l’épervier se nourrissant de passereaux notamment, il est pérsent là où la nourriture est abondante …). Une martre et des écureuils ont aussi été observés en train de s’abreuver.

Voilà pour le potentiel de la Drink Station. Le jour de ma visite était en pleine période d’innondation. Vous savez, les crues du mois de mai, celles qui ont provoqué le débordement de tous les cours d’eau de Bourgogne. Et … donc … vous voyez où je veux en venir ? Il y avait de l’eau partout, même là où il ne devait pas y en avoir (ou si peu). Partant du postulat que les animaux sont pragmatiques et que chaque vol est une dépense d’énergie, ils ont tout intérêt à se rendre là où l’eau est la plus proche ! Pourquoi aller se baigner à la Drink Station (croyez-vous qu’ils l’appellent eux aussi comme ça ? icon smile [Jai testé pour vous] La Drink Station ) située à 200 mètres alors qu’une flaque toute fraiche se trouve à 50 mètres ?

C’est certainement ce qui s’est passé le jour du test. Les oiseaux que j’ai observés sont : des mésanges charbonnières, des rouge-gorges et des mésanges bleues. Oui, assez loin des 30 espèces déjà vues, et même si je ne m’attendais pas à trouver une martre et un épervier, j’espérais un pic, une fauvette, bref, des espèces que je ne rencontre pas tous les jours !

Petite déception donc mais qui ne remet pas en cause le travail mené autour de la Drink Station … au contraire ! Le principe selon lequel ce dispositif attire les oiseaux grâce à l’eau est plus que confirmé, ok, par l’inverse, mais confirmé quand même !

Moralité, la période pour utiliser la Drink Station doit être relativement sèche, comprenez par là qu’une météo pluvieuse est à éviter, au contraire, un anticyclone bien installé sera le meilleur des alliés.

Ce constat étant fait, sachez que même si j’ai été privé des nombreuses espèces souhaitées, pouvoir observer longuement des oiseaux profitant d’un point d’eau est un privilège. Honnêtement, avez-vous souvent vu des volatiles se baigner, boire et batifoler à 2 mètres de vos yeux ? Quand bien même ce ne sont « que » des mésanges ou des rouges-gorges !

photographies

A savoir tout de suite : point besoin d’être équipé comme Vincent Munier pour profiter de la Drink Station ! Ca tombe bien pour moi, avec mon trinôme pentax K100D – sigma APO 70-300 – Trépied Vanguard AltaPro 283 CT j’ai pu me faire plaisir ! Attention, je n’ai pas dit qu’un compact à 70 € suffisait, je vous annonce juste que le matériel du photographe animalier du dimanche est largement suffisant. Aucune honte à avoir.

Quand l’équipement est installé et le photographe calé dans le fauteuil et bien caché derrière les filets de camouflage (déjà sur place), il ne reste plus qu’à attendre. Pas longtemps, c’est ça qui est bien.

La surveillance de la plage est facilitée par les filets de camouflage, il suffit de regarder en direction du lieu de baignade. Le photographe animalier n’est pas contraint de rester immobile ! Le couple filets de camouflage plus intérieur de l’affût sombre permet de pouvoir se gratter le nez (ou n’importe qu’elle autre partie du corps icon wink [Jai testé pour vous] La Drink Station ) pépère.

15 ou 20 minutes plus tard, les premiers passereaux pointent le bout de leurs becs. Comme d’hab’ ne pas déclencher dans la seconde, pensez à laisser les oiseaux prendre confiance, déclenchez une ou deux fois pour voir leur réaction et enfin vous pouvez lâcher les chevaux ! Je veux dire la rafale icon smile [Jai testé pour vous] La Drink Station

L’expression «faire chauffer la carte mémoire» prend tout son sens. C’est vraiment génial de pouvoir photographier des oiseaux dans ces conditions, sans aucun muscle qui fait mal.

Concernant les réglages du reflex, tout dépend du type de photo souhaitée. L’intérêt d’une plage telle que celle de la Drink Station est de pouvoir «fixer» l’attitude des oiseaux au bain. Une vitesse élevée de l’ordre du 1/1000 est idéale. En pleine journée, les conditions lumineuses le permettent largement.

Dès que je le peux, je suis un adepte du « mise au point puis recadrage » : je sélectionne le collimateur central, je vise sur le sujet, je fais la mise au point et enfin je recadre pour respecter la règle des tiers (parce que j’aime bien les compositions avec les points forts et tout et tout). Dans le cas des vifs passereaux au bain, pas le temps de faire tout ça. Je sélectionne alors un collimateur excentré pour déjà avoir ma composition. Avec la mise au point continue et le mode rafale activés, y a plus qu’à !

mésange charbonnière 585x390 [Jai testé pour vous] La Drink Station

Assurément ma plus belle photo de l’après-midi – © Régis Moscardini – tous droits réservés

pic épeiche raphael jourdan 585x585 [Jai testé pour vous] La Drink Station

Un magnifique pic épeiche – © Raphael Jourdan – tous droits réservés

grive litorne musicienne raphael jourdan 585x389 [Jai testé pour vous] La Drink Station

Une grive litorne musicienne juvénile – © Raphael Jourdan – tous droits réservés

geai des chênes raphael jourdan 585x389 [Jai testé pour vous] La Drink Station

Un geai des chênes – © Raphael Jourdan – tous droits réservés

La Drink Station coté pratique

Comment s’y rendre ?

Le site se trouve dans le village de Lamargelle, en Côte d’Or à :

  • 45 minutes de Dijon
  • 3h10 de Paris
  • 2h15 de Lyon

(tout) Petit village bien sympathique de 170 habitants dans la vallée du Lignon, (toute) petite rivière du bassin versant du Rhône. La Drink Station n’est pas dans le bourg. Et pourquoi à votre avis ? … Parce que la proximité du Lignon traversant la commune concurrencerait le bassin de la Drink Station ! Suivez un peu ! icon smile [Jai testé pour vous] La Drink Station

situation village lamargelle 585x284 [Jai testé pour vous] La Drink Station

Le village de Lamargelle sur Google Maps

Il faut donc se rendre en voiture sur les hauteurs du village, à quelques deux ou trois kilomètres à peine sur une (toute) petite route de campagne. Heureusement pour les non Lamargellois, il suffit de suivre Julien Seré du bourg jusqu’au site. La voiture garée, effectuez 500 mètres de marche à tout casser le long d’un champ agricole, traversez un petit bosquet et la Drink Station se trouve là, devant vous (Julien est toujours avec vous!)

Vous admirez le travail de conception et de construction puis le maitre des lieux vous introduit dans l’affût, vous donne quelques explications, puis vous laisse là, tranquille, le temps convenu lors de la réservation

vallee du lignon 585x390 [Jai testé pour vous] La Drink Station

La belle vallée du Lignon traversant Lamargelle- rivière bien plus petite habituellement

Comment réserver ?

Le tarif de location est de 50 € par personne et par journée. Evidemment, ce prix ne comprend pas les éventuels déplacements ainsi que l’hébergement et la nourriture. Faut pas pousser icon wink [Jai testé pour vous] La Drink Station

Pour réserver, il suffit d’utiliser le formulaire suivant : Formulaire location affût ou de contacter Julien Séré dont les coordonnées figurent sur ce même document.

formulaire location drink station 585x455 [Jai testé pour vous] La Drink Station

Télécharger le formulaire pour réserver la Drink Station

Où dormir ?

A 15 minutes de Lamargelle se trouve l’autre (un peu moins) petit village Sainte-Seine-l’Abbaye. A peine plus gros mais surtout disposant de deux hotels pour vous héberger.

Vous héberger ? Eh oui !! Malgré son grand espace, ne pensez pas pouvoir y dormir, surtout à deux, lors d’une réservation sur deux jours. Donc, dormir à l’hotel est parfait.

BILAN

La note que j’attribue à la Drink Station est

J’ai aimé

  • observer la faune et mieux connaître les comportements des oiseaux
  • le confort de l’affût
  • la disponibilité de Julien pour l’accueil
  • en profiter même avec du matériel léger amateur
  • pouvoir venir avec seulement un reflex, un objectif et un trépied

J’ai moins aimé

  • dépendre de la météo (mais comme plein d’autres choses non?)

Pour finir

Voici les sites internet des 3 photographes animaliers qui ont conçus la Drink Station :

En encore, pour vraiment finir en beauté, des images de Julien Séré prises évidemment depuis la Drink Station :tourterelle des bois julien sere 585x389 [Jai testé pour vous] La Drink Station passereau 3 julien sere.JPG 389x585 [Jai testé pour vous] La Drink Station passereau 2 julien sere.JPG 585x389 [Jai testé pour vous] La Drink Station passereau 1 julien sere 585x389 [Jai testé pour vous] La Drink Station merle julien sere.JPG 585x389 [Jai testé pour vous] La Drink Station geai des chênes julien sere 585x389 [Jai testé pour vous] La Drink Station

Et vous avez-vous déjà utilisé ce type d’installation ?

Recherches qui ont permis de trouver cet article:

  • drink station
  • drinking pourquoi trop n\est pas bon
  • Tentes dobservation et Camouflage
Lire la suite...
 

Macro Photographie présenté à lémission Télématin

Envoyer Imprimer PDF
Le premier numéro de Macro photographie a été présenté dans l\'émission de William Leymergie le samedi 6 juillet à 7h40. Un grand merci a France Télévision pour ce coup de pub !
Lire la suite...
 

Nouveau magazine Macro Photographie

Envoyer Imprimer PDF
L\'équipe du magazine Image & nature est heureuse de vous présenter son nouveau magazine : Macro photographie.
Macro photographie est le premier magazine photo consacré 100 % à la macro. Il met en lumière 7 photographes qui présentent leurs travaux dans des portfolios, interviews et conseils pratiques. 70 pages d’images inédites avec une maquette et un papier haut de gamme qui met en valeur les photos. Chaque trimestre, 116 pages de macrophotographies pour le bonheur des passionnés d\'images !

En vente chez votre marchand de journaux à partir du mardi 2 juillet ou www.macro-photographie.com
Lire la suite...
 

Non à la reprise de la chasse de la Gélinotte

Envoyer Imprimer PDF
On ne peut pas chasser une espèce menacée ! La Gélinotte des bois, un oiseau menacé de nos forêts, fait l’objet d’un plan de chasse dans le Jura, dont l’attribution est fixée à zéro prélèvement depuis 1994. La Fédération des chasseurs du Jura demande au Comité départemental de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS) du 21 juin 2013 que des tirs de cette espèce soient effectifs dans le département dès la prochaine saison de chasse.
La LPO Franche-Comté s’oppose à une reprise de la chasse à la Gélinotte des bois.

La Gélinotte des bois est un oiseau rare et menacé des forêts jurassiennes. De la famille des tétraonidés, petite cousine du Grand Tétras, elle occupe aujourd’hui les forêts d’altitude après avoir régressé ces dernières décennies dans l’ensemble de la Franche-Comté où elle était autrefois répandue. Depuis près de 20 ans, il n’est autorisé aucun tir de cette espèce, pourtant potentiellement chassable dans le Jura. Or, en ce printemps 2013, la Fédération des chasseurs du Jur...
Lire la suite...
 

Expo 3e concours photo nature de la REID

Envoyer Imprimer PDF
Le 23 juin, dès 10h, vous aurez la possibilité de découvrir les plus belles images du 3e concours photo nature de la Reid, organisé par le centre d\'enseignement agronomique du même nom, en Belgique. Vous pourrez aussi admirer les expositions d\'Elisabeth Gaillard, Jean-Pierre Frippiat, Michel d\'Oultremont, Marc Steichen, Justin Mertens et Dimitri Crickillon et prendre connaissance du palmarès et des récompenses. photos de haut vol garanties ! Venez (très) nombreux !
Centre d\'enseignement de La Reid
Route du Canada,157
4910 La Reid (Belgique)
www.concoursphotonaturelareid.be
Lire la suite...
 

LIGHTROOM 5 arrive

Envoyer Imprimer PDF
Si, comme certains à la rédac, vous êtes devenus accro à Lightroom, vous serez ravi d\'apprendre que la 5e version du logiciel est disponible à partir d\'aujourd\'hui… toujours sous forme de licence individuelle (et pas seulement par abonnement). Ouf ! Voir le communiqué d\'Adobe ci-dessous:

Adobe annonce la disponibilité d’Adobe Photoshop Lightroom 5 pour mac OS et Windows. Le logiciel est proposé sous forme de licence individuelle ou dans le cadre d\'Adobe Creative cloud. Conçu pour séduire les passionnés de photographie comme les professionnels, Lightroom 5 offre de nouvelles fonctions de retouche photo indispensables et des workflows révolutionnaires. Lightroom 5 a tout d\'abord été publié sous forme de version bêta publique en avril 2013.

« À l\'origine, Lightroom a été développé à la demande des clients Adobe et nous continuons depuis à nous inspirer de leurs avis et commentaires pour façonner chaque nouvelle version », précise Winston Hendrickson, Vice President, Digital I...
Lire la suite...
 

Concours photo Jagis pour la nature

Envoyer Imprimer PDF
En 2010, la Fondation Nicolas Hulot et Volontaires pour la nature, A pas de loup ont lancé une plateforme regroupant des actions de bénévolat nature en France métropolitaine et en Outre-mer, J'agis pour la nature. Aujourd’hui elle compte plus de 100 associations/gestionnaires d’espaces naturels et plus de 3900 bénévoles inscrits pour participer à des actions de préservation de la nature. Le bénévolat nature consiste à donner de son temps sur le terrain dans un but de préservation de l'environnement, de protection ou de valorisation des espèces et des habitats naturels. Afin de sensibiliser les citoyens à la protection de l’environnement et à l’importance du bénévolat d’une manière simple et ludique, nous lançons un concours photo ouvert à tous autour des 6 types d’actions du bénévolat nature : chantier nature, sciences participatives, conservation et protection, agriculture et élevage, sensibilisation du public, alerte et intervention. Il se déroule du 6 mai au 5 août 2013. Participer au concours photo
Lire la suite...
 

Votre invit pour le Salon de la Photo 2013

Envoyer Imprimer PDF
Le Salon de la photo, grand événement annuel de la photo, unique en France, se tiendra du jeudi 7 au lundi 11 novembre 2013, dans le pavillon 4 du parc des expositions de la Porte de Versailles, à Paris. À cette occasion, NundaFoto a le plaisir de vous offrir des invitations ! (tarif habituel : 11 €) Au programme : rencontres, animations et conférences, les grandes marques présentent toutes les nouveautés. Se rencontrer Pendant 5 jours, le Salon de la photo est fier de réunir pour vous, la totalité des grandes marques du monde de l’image, fabricants, importateurs, mais aussi écoles et groupements professionnels, qui viennent dévoiler leurs nouveautés et originalités! S’informer ! Vous découvrirez de vos propres yeux, les dernières innovations technologiques, de la prise de vue à l’impression en passant par la retouche numérique, les démonstrations, les ateliers pratiques, les stages et les projections-débats…Professionnels et amateurs : tout pour répondre à vos exigences et vos curiosités ! S’équiper ! Pour céder à vos envies et répondre à vos besoins, le village de vente sera en 2013 encore plus attractif ! Toute la photo est au Salon de la photo ! Obtenir une invitation Pour obtenir immédiatement et gratuitement une invitation, cliquez sur le lien ci-dessous et précisez le code NUND9 lors de votre inscription. Je veux mon invitation ! Je veux mon invitation ! (code NUD13) Plus d'informations : Informations pratiques (horaires et accès)Animations et conférencesListe des exposants
Lire la suite...
 


Page 10 sur 26

Home e-Mag photo nature

CRM

Les articles de la revue de presse sont des articles fournis par les flux RSS de site consacrés à la photo/nature. Ces articles ne sont donc pas le résultat de travail de l'équipe de Safari-photo-nature.com mais bien le résultat d'un mashup de contenu, également appellé curation.

Notre travail se limite à vous faire découvrir le travail de qualité effectué par des sites web de référence; nous ne rédigeons de ce fait aucun contenu. Ce site web baptisé "revue de presse" est donc un site composé d'un moteur de recherche alimenté par des flux RSS. Nous ne sommes donc pas éditeur mais hébergeur et n'exerçons de ce fait aucun contrôle sur les informations référencées dont nous respectons le droit d'auteur en indiquant la source fournie dans les flux RSS.

Afin de découvrir la totalité des articles proposés, merci de cliquer sur le lien de source mentionné en bas de chaque article afin de découvrir l'excellent travail de ces différents rédacteurs; de nombreux autres contenus de qualités vous attendent sur leur site web.


CRM agence de communication - CRM agence de voyage - CRM agence immobilière - CRM assurance

CRM Analytique - CRM Cabinet de recrutement - CRM cabinet médical - Logiciel de gestion de contrats - Logiciel agenda partagé - CRM Gmail



Vacances - Voyage - Billet avion pas chers

Rechercher

La revue de presse via Twitter

Suivez @actualite_photo

Stat.

Membres : 3
Contenu : 33627
Affiche le nombre de clics des articles : 6136521

En ligne

Nous avons 53 invités en ligne

Baromètre prix matos photo



[ L’ubiquité informative ]
:
[ toute l’actu photo du web ]
[ dans un seul site ]






Articles les plus lus

La citation du jour