Revue de presse photo & nature réalisée par Safari-photo-nature.com

La quasi totalité des infos photo & nature disponibles sur le web

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home e-Mag photo nature
Actualité magazine photo nature

7 astuces pour la photographie animalière en hiver

Envoyer Imprimer PDF

Dans cet article, vous allez apprendre 7 astuces pour mieux photographier les animaux en hiver.

Astuce 1 – L’hiver, le soleil est votre ami

Savez-vous pourquoi il faut plus froid en hiver qu’en été ? Hum … ? Voici une petite liste de réponses. Parmi elles se trouve 2 bonnes réponses alors que les autres sont du pipeau. Saurez-vous les retrouver ?

  1. s’il fait plus froid en hiver qu’en été c’est parce que le soleil chauffe moins (le con !)
  2. s’il fait plus froid en hiver qu’en été c’est parce que les volcans du monde entier se reposent et du coup il y a moins de lave qui va réchauffer l’ai donc il faut plus froid.
  3. s’il fait plus froid en hiver qu’en été c’est parce que le noyau de la Terre se refroidit, il passe de 10 000°C à 2 500°C
  4. s’il fait plus froid en hiver qu’en été c’est parce que le soleil est moins haut dans le ciel au mois de décembre qu’en juin
  5. s’il fait plus froid en hiver qu’en été c’est parce que la Terre s’éloigne du soleil alors il y a moins de chaleur qui nous réchauffe
  6. s’il fait plus froid en hiver qu’en été c’est parce que les jours durent moins longtemps ce qui fait que le soleil a moins le temps de chauffer la terre

Tadaaaaa ! Et les bonnes réponses sont … la 4 et la 6. Rassurez-moi, vous n’avez pas répondu autre chose que ces deux là ? Si ? Rhooooo  7 astuces pour la photographie animalière en hiver Je sens que certains ne me croient pas sur parole (enfin sur écrits) alors voici une expérience en vidéo qui mettra tout le monde d’accord.

Au fait, quel est l’intérêt de parler de la température et de la hauteur du soleil dans le ciel en hiver ? Surtout sur un blog de photo animalière. Et bien tout est lié, mon cher watson. C’est une excellente nouvelle, pour nous, photographes animaliers que la course apparente du soleil dans le ciel soit plus basse en hiver qu’en été.

Je développe ? Cela signifie simplement que les fameuses « Golden Hours », « Magic Hours » ou les « Heures d’or magiques » sont disponibles plus longtemps dans la journée. On peut quasiment photographier à toutes heures et profiter quand même d’une lumière rasante. Pas la peine d’avoir à attendre des plombes entre le matin et le soir. Certes, les couleurs chaudes, oranges, jaunes, dorées qu’on aime tant n’y sont pas toujours elles : attendre le matin et le soir est indispensable. Par contre, c’est ça qu’est bien, les éclairages dures et violents sont en hibernation, eux.

Et accessoirement, fini pour quelques mois les levers à 4 heures du mat’ pour choper la belle lumière rasante du matin. 07h30 ça suffit ! Voyez un peu ça :

  • heure du lever du soleil àDijon le 22 décembre : 08h25 … perso avec ça je me lève à 07h30 pour une sortie photo (tout est préparé de la veille bien entendu  7 astuces pour la photographie animalière en hiver )
  • heure du lever du soleil à Dijon le 22 juin : 05h42 … perso avec ça je me lève à … ben non, en fait je me lève pas, je fais des photos et des vidéos de blaireaux le soir !  ;-)

Ce site là est super pour connaitre vite fait les horaires de lever et coucher du soleil : les horaires du soleil

Regardez cette photo, je l’ai prise en tout début d’après-midi de novembre. Le soleil bas donne des ombres basses qui donne de la texture et du relief à la scène qui donne une photo bien chouette. J’ai pas, mais la même scène à la même heure en pleine été n’était même pas envisageable.

La contre-partie, comme si toute bonne chose devait être compensée, c’est que l’activité animale et florale est toute morte. Pas grand chose à se mettre sous la dent à comparer  de l’explosion printanière. Enfin, ça, c’était avant de lire l’astuce n°2 !

arbre reflet hiver 390x585 7 astuces pour la photographie animalière en hiver

photo prise à 15h30 fin novembre. ISO 200 – f/4 – 1/3000

Astuce 2 – Les flocons, la neige, la glace, le givre

C’est connu, et pourtant nous ne prenons même plus le temps de les observer. Je veux parler des flocons de neige. Rendez-vous compte : ils ont tous en commun d’avoir une symétrie hexagonale. A bien y réfléchir, c’est quand même dingue non ? Comment ce qui semble être fabriqué dans la plus grande anarchie tout là haut finit par tomber sur notre manche de blouson avec cette forme hexagonale ? Ne comptez pas sur moi pour vous l’expliquer, je crois même que c’est encore un mystère.

Bref, ce que je veux dire c’est que nous avons, nous photographes animaliers et de nature, une matière incroyable à disposition pour faire péter des photos qui tuent. Les objectifs macro seront parfaits pour saisir la forme géométrique des flocons. Avec ces cailloux, la distance de mise au point très rapprochée permet d’être très proche du flocon et de saisir sa forme.

Deux secondes de réflexion suffisent à se rendre compte que prendre en photo un flocon sur la neige est voué à l’échec. Blanc sur blanc n’a jamais donné grand chose. Je vous livre donc une astuce de grand-mère. S’il neige, sortez vite un tissu foncé qu’il prenne le froid et laissez les flocons tomber dessus. Contraste et effets visuels garantis.

Rassurez-vous si vous n’avez pas l’objectif macro canon MP-E 65. D’autres choses tout aussi intéressantes sont à faire grâce au miracle du givre et de la glace :

  • le givre du matin autorise de se lâcher un peu et de faire de la photo nature abstraite
  • les traces de pattes dans la neige permet de suggérer la présence de l’animal sans le montrer
  • les formes et les motifs de l’eau glacée donne accès à une multitude de compositions possibles

Tiens, il y a un truc que j’adore faire : me mettre à quatre pattes et observer les feuilles d’automne prisonnières d’une fine couche de glace. On y trouve souvent des dizaines de micro-bulles ne demandant qu’à sortir de là. Tout cela est très graphique. J’adore.

glace neige 585x390 7 astuces pour la photographie animalière en hiver

Rien d’extraordinaire mais ça permet de se faire plaisir ! ISO 800 – f/4 – 1/90 – +1EV

Astuce 3 – La neige trompe votre reflex alors ne vous trompez pas

Rappelez-vous vos premiers pas sur un appareil photo numérique. Les fameux modes Scènes, ceux qu’on utilisait trois fois juste l’APN déballé parce de toute façon après on ne se rappelait même plus qu’on les avait les modes scènes, et bien ces modes comportaient (et comportent toujours, car les fabricants les aiment très fort et ne sont pas près de les lâcher) systématiquement le mode Neige. Que vous l’ayez utilisé ou non, peu importe, mais tous les appareils numériques du monde entier on tous un mode Scène Neige.

Alors pourquoi un tel acharnement ? Parce qu’un environnement neigeux est très particulier. C’est tout blanc ! C’est fou hein !  7 astuces pour la photographie animalière en hiver Et selon vous, comment réagit le cerveau numérique d’un APN en présence de tout ce blanc qui brille ? Il se dit ça « bon, là, c’est bien trop blanc et lumineux, alors comme je suis calé sur le mode Auto, je vais limiter ce trop plein de lumière et pondre une photo à l’histogramme bien équilibré en sous-exposant exprès, na ! » Pas bête, sauf qu’au final, la neige apparaitra grise au lieu d’être blanche. Plutôt bête si !

Donc, vous en avez assez du rendu gris de la neige. Alors, hop, éclair de génie, vous activez le mode Scène Neige. Et là miracle ! La neige n’est plus grise comme avant mais blanche ! Trop fort cet appareil. Et voici la réflexion dudit appareil réglé, vous l’avez compris, sur Neige « bon, là, c’est bien trop blanc et lumineux, mais comme je suis calé sur le mode Scène Neige, je ne vais pas suivre les conseils de mon posemètre et au contraire, appliqué une sur-exposition d’office » Pas bête, et ça fonctionne. La neige apparait enfin blanche, et ce, avec un histogramme décalé vers la droite. Mais on s’en fiche, ce qu’on veut nous c’est une neige blanche.

Evidemment, je ne suis pas en train de vous dire qu’il faut choisir le mode Scène Neige de votre reflex. Continuez à utiliser la priorité ouverture ou vitesse. Par contre, appliquez systématiquement une correction d’exposition de +1ou +2 IL . Le but étant, je vous le rappelle, de forcer l’appareil à produire une image plus lumineuse qu’il ne l’aurait fait sans cette sur-exposition forcée.

mésange longue queue neige 585x390 7 astuces pour la photographie animalière en hiver

Mésange à longue. Ici je n’ai pas appliqué la correction d’exposition, voilà ce que ça donne : une neige grise toute terne. ISO 800 – f/4 – 1/350 0EV

mésange longue queue neige 1 585x390 7 astuces pour la photographie animalière en hiver

Heureusement on peut rectifier l’expositon grâce au travail sur le RAW avec Aperture … mais c’est mieux de le faire à la source !

Astuce 4 - Le froid plombe la batterie

Plus jamais ça ! Plus jamais je serai en panne de reflex à cause de piles vides. Piles pourtant chargées à bloc la veille au soir. Je n’en croyais pas mes jumelles. Le froid (grand froid même cette année) avait littéralement pompé l’énergie de mes accus. Techniquement, c’est assez simple à expliquer, tellement simple que je laisse cela à d’autres : cliquez ici pour comprendre facilement pourquoi les batteries se déchargent plus avec le froid (hi hi hi)  7 astuces pour la photographie animalière en hiver

Alors quoi faire. Les recharger à fond avant la sortie ? Insuffisant. Voici quelques trucs :

  • avoir un jeu d’accus (rechargés  7 astuces pour la photographie animalière en hiver ) en plus
  • placer ledit jeu d’accus supplémentaire au chaud (poche intérieure) sinon le froid « attaque » aussi la 2ème batterie
  • placer ledit jeu d’accus à coté d’une chaufferette de poche
  • utiliser le reflex de votre arrière grand-père, tout manuel tout mécanique et sans pile  7 astuces pour la photographie animalière en hiver

Dans le même ordre d’idée, si vous partez pour une séance photo à l’affût, ne portez pas votre reflex à la main, en bandoulière, bref à exposer au froid et au vent. Calé dans le sac à dos, il sera à l’abri. Ce seront ainsi plusieurs dizaines de minutes gagnées en autonomie dans l’affût.

rouge gorge neige 585x365 7 astuces pour la photographie animalière en hiver

Dans l’affût, il vaut mieux être réactif et ne pas changer d’accus au mauvais moment ! ISO 200 – f/5.6 – 1/180 – + 0.5EV

Astuce 5 - Attention aussi au chaud !

Le mieux est l’ennemi du bien. Le reflex dans le sac à dos j’ai dis. Pas au chaud sous le manteau. Ok, les piles vont aimer, mais pas l’appareil. Enfin, si, le chaud il aime, ce qu’il appréciera moins par contre, c’est la sortie dans le froid. Et pour cause : la neige tombant sur le plastique « chaud » va fondre. L’eau liquide ainsi formée va geler et risque de causer plus de soucis que le flocon restant flocon sur le boitier. Donc dans le sac à dos, s’il vous plait, à l’abri du vent.

Encore autre chose ? Ne chauffez pas la voiture ! De toute façon vous allez vraisemblablement passer de longues heures dans le froid alors quelques minutes de plus ou de moins … Cette astuce que j’appelle l’astuce-de-la-voiture-froide rejoint le truc précédent. Les appareils électroniques n’apprécient guère les changements brusques de température. Alors passer de 20 ° C à – 10 ° C vous comprendrez que ça le fait pô.

Et c’est pas tout ! Dans votre habitacle soigneusement chauffé à 2 ° C, vous allez garder gants, bonnet blouson et tout et tout. Z’êtes opérationnels tout de suite ! Si jamais une buse variable toute blanche (presque toute blanche) se trouve sur un piquet : tac, utiliser l’affût parfait qu’est votre voiture se fait très très vite.

Et puis on est tous un peu fainéant. Si vous aviez à remettre tout l’attirail vestimentaire sur le dos pour tenter une photo … vous ne le feriez pas ! Alors que là, y a juste à descendre de la voiture, tout est prêt !

étourneau sansonnet 585x390 7 astuces pour la photographie animalière en hiver

Faut être réactif en photo animalière et ne pas mettre 3 jours à s’habiller quand une occasion se présente ! ISO 800 – f/5.6 – 1/180 – + 0.5 EV

Astuce 6 – Le camouflage photo en hiver

Je devrais d’ailleurs parler de camouflage lorsqu’il neige ! En France quand il ne neige pas, le camouflage le plus efficace est celui qui correspond à paysages faits de bocage et de forêts : du vert, du marron, du jaune, et tout ça un peu mélangé. Maintenant, ce même environnement maculé de blanc ne sied plus du tout à votre camouflage habituel.

Pas la peine d’avoir fait Saint-Cyr pour anticiper la solution : troquer la tenue marronasse par une tenue blanchasse. On trouve cela facilement sur internet chez Jama par exemple :

Ces équipements ne sont pas donnés, faut voir chez vous si ça vaut le coup d’investir. Dans l’Auxois (petit pays bourguignon), il neige 7 jours par an à tout casser. Trop peu. Alors j’ai piqué un drap blanc dans le dressing conjugal. Je me suis fait un plaisir de la salir avec de la terre et le résultat et très convenable pour les jours de neige.

lapin garenne neige 1 585x390 7 astuces pour la photographie animalière en hiver

Mon petit drap blanc arrangé par mes soins m’a permis une approche raisonnable. ISO 400 – f/5.6 – 1/250 – + 1EV

Astuce 7 – Surveillez votre haleine !

C’est vrai quoi ! On n’a pas idée de faire une sortie photo sans se laver les dents  7 astuces pour la photographie animalière en hiver . Je plaisante bien sur. Il fallait plutôt dire surveillez votre souffle. Pour moi, c’est le gros point noir de mes sorties hivernales. Quelle plaie cette buée qui vient se mettre sur le viseur. Et après pour la faire partir, c’est quasi impossible. Je déteste sentir la bonne photo poindre, mettre l’oeil dans le viseur, et découvrir avec horreur que celui-ci est tout embué !

Je vous propose donc deux solutions. Une que je pratique et l’autre non … j’ose pas !

  • première astuce : j’utilise le tissu de ma cagoule pour tenter de dévier la trajectoire de mon souffle. Souffler par le nez pour que l’air aille vers le bas, ça peut marcher aussi. Problème, il suffit d’un souffle d’inattention pour que tous ces efforts soient vain en se retrouvant avec le viseur inutilisable.
  • deuxième astuce : utiliser un tuba. J’ai lu sur un site anglais que certains photographes spécialistes de la faune d’Alaska utilisaient des tubas ! Oui, les tubas des plongeurs ! En mettant un coup de gaffeur sur le tube, pourquoi pas mais faut voir combien de temps il est possible de tenir avec ça dans la bouche. Et puis, si un renard farceur s’amuse à mettre sa patte sur le tuba, on peut plus respirer  7 astuces pour la photographie animalière en hiver

Si certains ont l’astuce qui tue, partagez-la dans les commentaires !

tige arbre lac gelé 585x388 7 astuces pour la photographie animalière en hiver

L’effet marbré sur le devant est obtenu grâce à une ouverture savament dosée et la mise au point faite sur la tige. ISO 200 – f/9.5 – 1/500 – +1 EV

Ah, j’allais oublier. J’avais écrit un article qui devrait vous plaire à l’approche de l’hiver : comment photographier les oiseaux grâce à la neige. Et puis ça aussi : 4 astuces (déjà !) pour rester motiver en hiver

Et la surprise !

Téléchargez, imprimez, partagez, diffusez, faites ce que vous voulez avec le résumé de l’article sous forme super pratique de Fiche PDF. Cliquez juste sur l’image ci-dessous.

fiche pdf photographier nature animaux hiver 7 astuces pour la photographie animalière en hiver

Lire la suite...
 

Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

Envoyer Imprimer PDF

Dans cet article, vous allez lire le test du compact expert à capteur grand format sigma DP2 Merrill.

Je tiens à remercier Renaud de l’équipe sigma France qui m’a fait confié plusieurs semaines le sigma DP2 Merrill pour mener à bien ce test.

sigma : des objectifs … et des appareils photo

Pour beaucoup sigma est d’abord un fabriquant d’objectifs pour reflex. Pas n’importe lequel car la marque japonaise est numéro 1 en fabrication d’objectifs dans le monde. De tous les opticiens (euh … pas Atoll et compagnie !) sigma est devant tamron, Tokina, Zeiss et leica. Elle est surtout connue pour offrir une excellente alternative, et surtout moins chère, aux objectifs des marques canon ou nikon. J’ai un sigma 70-300 APO depuis plus de 6 ans, je l’ai trainé dans toutes les situations et il est toujours fidèle au rendez-vous !

sigma world map 585x258 [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

La présence de sigma dans le monde – Source sigma

Pour beaucoup, sigma ne fait que des objectifs. Et bien non ! Depuis le début des années 1990, sigma conçoit et fabrique aussi des appareils photos. Dans ce domaine, la politique de la marque est identique aux objectifs : offrir du matériel de qualité, à un coût toujours très raisonnable (en tout cas comparé à la concurrence des gros acteurs du marché)
sigma a bien pris le virage du numérique et a offert très vite des appareils photos numériques.
Aujourd’hui, quand on regarde la gamme proposée par sigma, on est surpris de voir seulement 4 APN :

  • 3 compacts : les DP Merrill
  • 1 reflex : le SD1

A titre de comparaison, canon offre une grosse quinzaine de références (je me suis volontairement limité aux compacts experts, les DP Merrill jouant dans cette catégorie) !! Je ne sais pas vous mais j’adhère à 100 %. Aux 4 références bien sur, pas aux 15 ou 20. Pourquoi ? Ben, vous y comprenez quelque chose vous à la gamme canon ? Moi rien. Mais rien du tout ! (Ca doit être la même chose chez nikon). On dirait que ces marques leaders cherchent à tout prix à ne rien laisser à la concurrence. Autrement dit, plus il y en a, plus on en vend ! J’aime pas trop beaucoup ça  [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill . Ca me donne le tournis autant de choix !

sigma pense aux photographes

A l’inverse, sigma conduit une politique simplissime qui me rassure. Face aux positionnements de gamme de la concurrence basés exclusivement sur les performances techniques, sigma répond par un discours cohérent, simple, compréhensible. Je m’explique. sigma ne dit pas aux photographes « hey !! regardez ! Notre tout nouveau APN CoolpIxus 135 ouvre à f/2, prend en rafale à 5.6 im./s, zoom à 12x, filme en fullHD et possède le super mode SmartAuto ainsi que la connectivité Wifi ! Sinon on a le CoolPixus 150 qui lui a en plus du stabilisateur d’images à infra-rouge, de la molette multidirectionnelle unique et de la localisation GPS. Ca déchire !« . Si je voulais, je pourrais vous le faire 15 fois !

Non, sigma dit à ces mêmes photographes avec un flegme quasi britannique : « Et bien nous on a 3 compacts :

  • le DP1 à la focale de 28 mm idéal pour les paysages
  • le DP2 à la focale de 45 mm idéal pour les reportages et le portrait
  • le DP3 à la focale de 75 mm idéal pour la proxiphotographie. »

Et voilà ! Certains diront c’est trop peu. Moi je dis c’est parfait. sigma a construit sa gamme sur les usages des photographes. Elle est là la vraie innovation.

gamme boitier sigma 585x401 [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

4 références … une excellente chose pour s’y retrouver – Source sigma

Quand canon, nikon, sony et pentax s’évertuent à fourrer le maximum de possibilités dans un appareil pour, croient-ils, couvrir tous les usages de la photo avec une seule machine, sigma prend le chemin opposé. Le chemin du photographe qui souhaite posséder un appareil pour SON usage et non pas pour l’éventuelle possibilité qu’un jour il ait besoin peut-être de la connexion WIFI.

Concrètement, ça donne ça : Monsieur Photox est passionné de photo de paysages. Il veut faire péter la tirelire à Noel et donc, logiquement, se renseigne sur la gamme CanoNikonSonyPentax. Beurk … M. Photox ne comprend rien et malgré l’avalanche de termes techniques et autres spécifications de geek, ne parvient pas à trouver LE compact pour le paysage. Il n’en a rien à faire du zoom x5 pour couvrir le plus de situations. Lui, il n’a qu’une seule situation à couvrir, c’est le paysage. Et puis il tombe sur les sigma DP Merrill. Et voilà, son choix est fait en moins de 5 secondes. Il prendra le DP1 Merrill à 28 mm.

Je ne comprends pas la logique des marques photo en général. Elles s’évertuent à ne communiquer que sur les aspects techniques de leurs produits. Et du 25 MégaPixel par çi, du zoom x12 par là, …. Et si elles prenaient conscience que ce que veulent les photographes n’est pas une course aux chiffres mais un argumentaire basé sur leurs vrais besoins. Et si elles concevaient leurs appareils photos en s’intéressant aux besoins des photographes ? Et si les ingénieurs discutaient un peu avec des photographes lors de la conception ?

sigma innove autrement

sigma l’a compris et est en avance sur ce point. Aucun doute là dessus. S’il y a une marque qui démontre qu’elle s’intéressent vraiment aux besoins des photographes c’est sigma.

Mais pourquoi ne pas aller à fond dans cette logique ? Je suis déçu de voir sur le site internet sigma France des titres de pages mettant, comme les autres, les spécificités techniques de l’appareil. Pour le DP2, je lis « Compact Numérique DP2 Merrill : Résolution record pour un compact numérique expert » Hum … je préférerai une accroche en raccord avec le positionnement : « Compact Numérique DP2 Merril : le compact ultime pour le portrait et le reportage« . Ou pour le DP1 plutôt que « Compact Numérique DP1 Merrill : 46 Millions de pixels dans un compact numérique expert » préférer « Compact Numérique DP1 Merrill : le compact parfait pour la photo de paysage » Là d’accord !

Donc petit conseil pour sigma : laissez les annonces records de pixels aux autres et allez jusqu’au bout de votre logique de positionnement de gamme.

Nous autres, photographes grand public sommes tellement bombardés de pub et autres discours orientés chiffres et spécifications techniques que nous sommes, malheureusement, hyper sensible à ce type de discours. Il en faut toujours plus, toujours plus, toujours plus. Plus de pixels, plus HD, plus de zoom, plus de puissance, plus de …

Mais à bien y réfléchir, on s’en fout non ? Pardon sigma, mais cette phrase là, je m’en fiche : « Sa résolution record de 46 Millions de pixels est atteinte grâce au capteur d’image direct Foveon X3, à l’aide de ses trois couches successives RGB » Gardez cela pour vos réunions d’ingénieurs et épargnez les usagers de ce langage qui ne rime à rien. Dites plutôt  » Le photographe de paysage sera comblé grâce au piqué extraordinaire aussi bien au centre que dans les coins de l’image et aux couleurs éclatantes  » Je ne sais pas vous, mais moi ça me parle !

Attention, je ne dis pas de ne pas faire d’innovations, au contraire ! Je veux être le premier à bénéficier du super capteur issu de la recherche et développement sigma. C’est vrai, il faut bien que je sois au courant que ce super capteur FOVEON équipe mon DP2 ! Mais ça doit venir après ! Après avoir orienté mon choix grâce à mes usages et non pas en subissant les escalades techniques des marques.

Au fait, savez-vous pourquoi sigma a apposé Merrill à cette génération de boitiers ? Tout simplement parce que l’un des ingénieurs à l’origine du capteur FOVEON était Richard B. Merrill. Il est décédé en 2008, sigma a donc décidé de lui rendre hommage. Je vous parle de ça parce que figurez-vous que Merrill, en plus d’être ingénieur, était un grand passionné de photographie. Ceci expliquant en partie pourquoi sigma s’adresse aux photographes avec un discours différent des autres.

sigma, vous êtes sur la bonne voie ! canon, nikon, pentax, sony, Panasonic et Samsung font tous strictement la même chose. Qu’est-ce qui change entre eux? Le nom de leurs innovations, c’est tout. Leurs gammes, leurs appareils sont identiques.

Pas sigma. Proposer un appareil pour un usage. Un appareil pour un genre de photo. C’est toute la différence. Reste à bien communiquer là dessus !

Et c’est justement ce que sigma fait en me proposant de tester un DP Merrill ! Le responsable de chez sigma France qui m’a contacté pour effectuer le test me proposait l’un des trois DP. J’ai longuement hésité et puis je me suis tourné vers le 45 mm, donc le DP2 Merrill. J’aime assez cette focale. Elle correspond peu ou prou à ce que l’oeil humain voit. Rien que ça m’incitait à jouer un peu avec le 45 mm.

Fiche technique

sigma DP2 merrill1 [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

Belle gueule non ? Source sigma

La fiche technique d’un appareil photo, c’est pas ce qu’il y a de plus sexy à lire, c’est abscons, truffé de sigles, d’anglicismes, de nombres et de mesures, et pourtant, on aime bien la lire … enfin juste les 5 premières lignes, celles qu’on comprend ! C’est donc les principales spécifications techniques que je vous mets ci-dessous. Pour la totale, la page du sigma DP2 Merrill est parfaite, elle est là.

  • Capteur pleine couleur Foveon X3 Merrill de 46 millions de pixels
  • Objectif de très haute performance 30mm F2.8 avec bague de mise au point de type « reflex »
  • Grand écran ACL confortable de 3.0” TFT (920 000 pixels)

Là où le DP2 Merrill tire son épingle du jeu c’est sur son capteur FOVEON qui est composé de 3 couches de photodiodes. C’est le seul capteur pleine couleur au monde.

capteur foveon sigma DP2 merrill [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

Le fameux capteur grand format FOVEON – Source sigma

Test terrain du sigma DP2 Merrill

J’ai profité d’un séjour d’une semaine dans les Alpes pour tester le DP2. Une semaine à Tignes, à plus de 2000 mètres d’altitude me semblait être le cadre idéal d’un test terrain. Et ce fut le cas ! Les randonnées quotidiennes furent une excellente base de test. Merci à ma petite famille de m’avoir supporté encore plus que d’habitude ! En gros, j’étais soi devant, soi derrière mais jamais avec le groupe  [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill . Et oui, c’est ça la dure vie de blogueur photographe !

Prise en main

L’objet est assez massif et lourd pour un compact. Pour l’utilisation à laquelle il est destiné c’est plus un avantage qu’un handicap. Le DP2 n’est pas voué à être dans le sac à main de madame. Plutôt dans le sac à dos photo de monsieur. (ben oui ! Les dames font les boutiques pendant que les hommes prennent des photos non ?)

La construction est très sérieuse et l’assemblage ne souffre d’aucun défaut. Le DP2 est robuste et est taillé pour suivre son propriétaire à peu près partout. Par contre, au dos de l’appareil, à la place des petits picots sensés aidé le pouce a bien trouvé sa position, j’aurai préféré sentir une bonne matière agrippante genre caoutchouc. Mon petit coté maladroit qui parle !

Quand au look de l’appareil, il a surpris son monde. Les personnes à qui je le montrai faisaient toutes une moue dubitative. Elle semblait vouloir dire  » je ne sais pas si je le trouve beau ou pas ! » Il ne laisse donc pas indifférent et j’avoue que je l’exhibais avec fierté en public !

sigma a donc joué la carte de la simplicité. Bien vu. C’est un appareil pour faire de la photo pure, pas pour être un objet de mode. Car c’est un vrai beau parallélépipède rectangle ! Pas possible de faire plus simple ! On est loin, très loin des designs tout en arrondis qui font fureur en ce moment ( quoique ! La mode Vintage est aussi d’actualité, confère nikon DF!) La grande face avant est toute plate et lisse, les angles sont bien marqués, les chichis tortueux ont été laissés au placard.

C’est logique avec la philosophie des Merrill : la photo, rien que la photo. Tout ce qui peut perturber le photographe, c’est viré ! Et bien moi … j’achète !

dessus DP2 Sigma merrill [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

J’ai beaucoup aime la sobriété de l’appareil – Source sigma

Rapidité

Avant toute chose, je dois vous dire la vérité. Mes premiers contacts avec le DP2 ont été compliqués ! J’avoue avoir même râler ! Je me revois encore pester contre la lenteur de l’engin entre deux photos à prendre. M’agacer à devoir attendre quelques secondes pour avoir accès à la photo prise. Tout ça n’a pas duré très longtemps.
Je suis assis, j’ai soufflé un grand coup et je me suis cela : les types qui bossent chez sigma ne sont pas plus bêtes que les autres. S’ils avaient voulu faire une formule 1 hyper réactive ils l’auraient fait. Un processeur bidule par çi, de la RAM machin par là et hop, l’appareil aurait décoiffé ! Au lieu de tout ça, la lenteur du DP2 pourrait être, sinon faite exprès, au moins laissée volontairement.

Vous allez me dire : en 2013 (presque 2014) quel intérêt à fabriquer un appareil photo lent ? ON court au harakiri industriel ! Et bien non ! 100 fois non ! Encore une fois, sigma prend le contre-pied des gros acteurs du marché.

Voici pourquoi. Un appareil qui prend son temps est un appareil qui laisse du temps au photographe. Du temps pour réfléchir, pour se poser, pour penser, pour rectifier, pour analyser, pour régler. Autant de choses qu’un compact hyper rapide ne vous laisse plus le temps de faire ! Inconsciemment, vous suivez le rythme imposé par votre appareil photo. Si si je vous assure.

J’ai donc fini par comprendre ou sigma voulait m’emmener avec son DP2 Merrill : à la prise de conscience que la photo n’est pas une course de vitesse. Et que c’est d’abord prendre son temps.

Et bien figurez-vous qu’après cette prise de conscience, le sigma DP2 Merrill m’est apparu comme mon meilleur allié ! J’ai aimé attendre 5 secondes pour voir s’afficher ma dernière prise de vue ! Tout comme j’ai adoré devoir laisser l’appareil travailler entre deux prises de vue ! Vas-y mon coco, bosse ! Pendant ce temps j’observe le paysage devant moi et j’en profite pour réfléchir à une autre composition d’image !

Si vous n’êtes pas capable de comprendre la philosophie proposée par sigma alors arrêtez tout de suite la lecture de l’article. La série des DP Merrill n’est pas faite pour vous. En revanche, si comme moi, un retour aux sources ne vous fait pas peur, la suite va vous combler !

L’écran

Avec 3 pouces et 920 000 pixels, l’écran du DP2 est excellent. Visionner ses images est agréable et permet de faire un premier tri sereinement. Ca c’est pour la fonction lecture.
Pour la partie visée, il garde bien sur ses qualités, mais reste fatalement confronté au problème récurrent pour ce type de visée : la luminosité ambiante. Tout va bien dans la grande majorité des conditions. Mais pendant mon test il m’est arrivé de devoir « plissé » les yeux pour ne pas planter mon cadrage. Pousser la luminosité au max solutionne le souci mais … gare à l’autonomie de la batterie, j’y reviens !

dos DP2 merril sigma [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

Les fonctions essentielles sont accessibles rapdiement – Source sigma

Les menus

Pour se rendre compte de la qualité ergonomique des menus d’un appareil photo, rien de tel que de l’utiliser sans lire la notice. Fiabilité du test garantie ! Si après 10 minutes de tâtonnement et autres de bidouillages experts, vous ne pouvez pas utiliser l’appareil, c’est que l’intuitivité est à revoir !

Alors, quid du DP2 ? Je n’ai utilisé le mode d’emploi juste pour m’assurer que je n’avais pas oublié une fonction cachée !

Pour le reste, c’est du tout bon. Evidemment, si je donne le compact à mon grand-père, question ergonomie sigma va entendre parler du pays ! Mais pour n’importe quel photographe habitué au menus de son appareil, l’utilisation du DP2 se fera très facilement.

Pourquoi j’insiste sur cette question des menus ? Parce certaines personnes hésitent parfois à changer de marque craignant d’avoir à se « ré-habituer » aux menus de la nouvelle marque. Pourquoi pas. Alors pour ces photographes attachés à leur menus, ceux du sigma sont logiques, bien pensés et surtout utilisables sans mode d’emploi !

menu DP2 merrill sigma [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

Des menus franchement intuitifs et agréables à utiliser – Source sigma

Réglages

Est-il besoin de préciser que le DP2 Merrill est entièrement débrayable ? Non, mais je préfère l’écrire, on sait jamais. Tout est donc paramétrable, comme sur un reflex. On retrouve les mêmes modes avec les célèbres priorité ouverture ou vitesse. Sensibilité, correction d’exposition, balance des blancs, position du collimateur de mise au point, on a peut tout changer, évidemment.

J’ai trouvé plutôt bien pensé le bouton QS donnant accès rapidement (Q pour Quick ?) aux réglages de balance des blancs, de mode de prise de vue (rafale, vue par vue) sensibilité notamment. Par contre, j’ai souvent été un peu perdu dans la navigation de ce menu QS. Il fallait parfois manipuler les boutons haut / bas ou gauche / droite pour accéder aux mêmes fonctions.

L’idée de réserver un bouton dédié au choix du collimateur est excellente. J’ai l’habitude de beaucoup utiliser cette fonction sur mon reflex. Un vrai plaisir que de choisir la taille du collimateur et son emplacement en seulement 2 ou 3 clics.

Batterie

Aïe ! Je dois reconnaitre que là les ingénieurs de chez sigma ont loupé un truc.

Deux points m’ont chagrinés :

Premier point : à pleine charge, dans des conditions normales d’utilisation, à une température extérieure de 10 à 15 °C (oui, ça compte la température pour une batterie !) la durée de vie des accus est vraiment trop juste. sigma en est conscient puisque c’est deux batteries qui sont livrées avec l’appareil. Ne vous amusez donc pas à faire une sortie terrain avec une seule ! Vous shooterez à l’aller mais pas au retour ! Avec les deux, ça passe, mais encore faut-il ne pas trop s’amuser avec la fonction lecture voire limiter la luminosité de l’écran. Problématique quand la mise au point n’est possible que par lui.

Même mon iphone tout vieux tout fêlé tient mieux la charge  [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill  En plus, je suis tête en l’air. Si, si. Au point de ne pas savoir laquelle des deux batteries est rechargée ou pas. C’est con hein ?? Je me permets donc un petite suggestion à sigma : ok pour les deux batteries, mais alors une noire et une blanche (ou verte et bleue, je m’en fiche). Comme ça, pour les têtes en l’air comme moi – rassurez-moi je ne suis pas le seul ici ? – je sais que la blanche est plein et pas la noire (ou l’inverse, c’est pour l’exemple)

Deuxième point : j’ai horreur de voir l’indication de progression de charge de batterie fondre comme neige au soleil, surtout vers la fin. La gestion de cette indication est capricieuse! C’est le coup de l’aiguille de l’essence au milieu du cadran et qui, 3 kilomètres et un coup d’oeil plus loin, touche le plancher avec la lumière orange qui clignote ! Pareil pour là ! 3 barres de puissance, ok, parfait, je suis large. Paf ! 5 photos plus tard, plus qu’une barre. Ca m’énerve !

Vous l’avez compris, vraiment, là, c’est le point négatif du test. C’est d’autant plus bête que c’est purement technique, matériel (et si c’est logiciel, une ‘tite mise à jour du firmware pourrait arranger la chose). Le boitier est massif, lourd (ce qui est bien, je le rappelle !), alors quelques grammes de plus en contre-partie de plus de puissance de batterie ne me dérangerait pas.

dessous boitier DP2 Merrill sigma 585x341 [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

L’emplacement de la batterie au coté de celui de la carte SD – Source sigma

Exposition

Prendre en défaut sur le terrain de l’exposition les appareils photos numériques récents est compliqué. C’est valable pour le DP2 Merrill. Sauf à vouloir tenter de bien exposer en même temps ciel bleu de midi et neige du sol, les qualités dynamiques du capteur se sortent de toutes les situations. Les images sont bien équilibrées et contrastées. Et puis ce qui est chouette c’est de pouvoir garder la main en jouant avec la correction d’exposition super vite via les boutons gauche et droite.

sigma dp2 merrill test 3 585x390 [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

ISO 100 – f/9 – 1/250 – Le lac de la Grande Sassière – Cliquez sur l’image pour la voir en taille réelle – © Régis Moscardini

Mise au point

Arrivé à ce stade du test, j’ai arrêté de jouer au jeu de la comparaison entre le DP2 et ce que je connais des reflex que j’utilise tous les jours. Le compact sigma n’est pas dans la même philosophie de pratique. C’est comme ça. La mise au point n’est pas lente, elle est conforme au reste de l’appareil. On prend le temps de réfléchir à sa photo, on pose de le trépied, on paufine la composition, on fait un peu de correction d’expo, on repaufine, on règle l’ouverture, et on fait la mise au point. Tout cela s’inscrit dans un processus créatif pour lequel la relative lenteur de la mise au point ne gêne pas du tout.

Certes, chercher à choper en rafale un lapin de garenne en pleine course venant de face est impossible. Tant mieux, car le DP2 n’est pas prévu pour ça.

sigma dp2 merrill test 2 585x390 [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

ISO 100 – f/7.1 – 1/320 – Le DP2 délivre des détails à couper le souffle – Cliquez sur l’image pour la voir en taille réelle – © Régis Moscardini

Montée en ISO

Le DP2 Merrill ne supporte pas une montée en sensibilité au delà de 400 ISO. J’ai tenté (en début de test, je n’avais pas encore saisi « l’esprit » du DP2) de photographier mes proches en intérieur à la lumière artificielle et sans flash … faut pas. Réservez donc votre créativité pour les situations pour lesquelles ce compact est destiné : lumière suffisante en extérieur.
Mes randos en montagne étaient parfaites pour lui. Même la lumière déclinante de fin de journée lui convient. Faut juste pas attendre que la nuit tombe pour tirer un portrait.

sigma dp2 merrill test 5 390x585 [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

ISO 100 – f/4 – 1/60 – Le parc naturel de la Grande Sassière – Cliquez sur l’image pour la voir en taille réelle – © Régis Moscardini

Qualité d’image

Voilà, on y est. Ce pour quoi vous avez fait l’effort de vous adapter à l’approche imposée par le DP2. Croyez-moi, ça vaut le coup ! Cet appareil délivre des images justes magnifiques. Je me souviens du premier visionnage au retour de la première journée de rando. J’ai cru que l’écran de mon MacBook faisait de la 3D ! Les photos (prises en RAW évidemment) affichent un tel niveau de détails qu’elles me semblaient être en relief. Vous êtes-vous déjà arrêté devant un écran TV très haute définition dans un magasin comme la FNAC ? Moi si ! Un tel niveau de définition donne l’impression que les éléments sortent de l’image (non, je n’avais pas de lunettes 3D). Pareil pour le DP2.

sigma dp2 merrill test 13 585x390 [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

ISO 100 – f/7.1 – 1/160 – Voilà l’effet 3D dont je vous parlais ! – Cliquez sur l’image pour la voir en taille réelle – © Régis Moscardini

sigma dp2 merrill test 8 585x390 [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

ISO 100 – f/7.1 – 1/250 – La lac du barrage de Tignes – Cliquez sur l’image pour la voir en taille réelle – © Régis Moscardini

Je sais, c’est pas bien ce que je vais dire. Juste pour voir, j’ai comparé mes photos de test avec celles prises au même endroit et dans les mêmes conditions par ma chère belle-mère et son compact tout joli tout fluo tout mini. Hum … comment dire … il y en a un qui fait de la photo et l’autre de la m….. Oui ! ne me tirez pas dessus, celui qui fait de la photo, de la vraie, coute le triple de l’autre. Mais le fait est que ces histoires de capteur FOVEON à triple couche sont donc vraies !!! Voici un passage du site sigma :  » contrairement à un capteur traditionnel qui interprète les couleurs, le FOVEON X3 les capture en intégralité grâce à ses trois couches successives Rouge, verte et bleue. L’interprétation qui génère de nombreuses aberrations dans le traitement des images n’est ici pas nécessaire et les fichiers gagnent en précision et en qualité. »

Je comprends donc pourquoi maintenant. M. Merrill, l’ingénieur à l’origine de ce capteur a eu une idée de génie (génie … ingénieur … c’est pour ça !:-)

sigma dp2 merrill test 585x191 [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

Vue sur la l’aiguille percée – cliquez sur l’image pour la voir en taille réelle – © Régis Moscardini

Conclusion du test terrain

le DP2 Merrill délivre sans doute les plus belles images que vous pourriez avoir avec un compact expert. Pas de tests poussés à la sauce « Laboratoires FNAC ». Seulement mon expérience qui se limite à la comparaison avec d’autres compacts experts. Croyez-moi, la qualité des images produites par le DP2 est largement au-dessus.

A l’école, j’ai appris que la conclusion d’un texte devait répondre à la problématique posée dans l’intro. Rapidement, j’y racontais ceci : toutes les marques conçoivent et fabriquent leurs appareils sans tenir compte des usages des photographes. Seules les spécificités technologiques importent à leurs yeux. Toutes ? Non ! Une marque, sigma, a fait le paris d’imaginer 3 compacts experts en regard de 3 domaines photographiques : les paysages (DP1 Merrill), le portrait et reportage (DP2 Merrill), la macro (DP3 Merrill).

Alors, paris réussi ? Pour moi oui. Le photographe expert voire pro qui acquiert un DP pour l’usage auquel il est prévu délivrera des images époustouflantes.

sigma dp2 merrill test 10 585x390 [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

ISO 100 – f/16 – 1/8 – On peut aussi s’amuser avec le DP2 ! – Cliquez sur l’image pour la voir en taille réelle – © Régis Moscardini

La polyvalence souvent prônée par les produits concurrents n’a pas lieu d’être avec le DP2 Merrill. C’est un appareil photo destiné à un usage bien particulier. Et si le photographe n’en sort, pas alors, le compact sigma est l’appareil ultime.

Pour finir, je vais oser comparer le DP2 à une voiture de sport.

Imaginez une belle sportive italienne, racée, pétillante, puissante et à la ligne séduisante. C’est un vrai bonheur que de la conduire sur l’asphalte bien lisse de routes de montagnes sinueuses. On l’aime, on l’adore cette voiture ! Et puis redescendu des reliefs, on se retrouve en ville, sur des routes pavées, à devoir se faufiler dans la circulation dense urbaine. Ca tape les fesses, ça freine trop sec et la direction est trop molle à basse vitesse ! Bref, c’est l’horreur.

Et pourtant, cette voiture, on la trouve extraordinaire. Justement, parce qu’elle est extra – ordinaire.

Le DP2 Merrill, je le trouve aussi Extra – Ordinaire.

Pour en savoir plus sur le sigma DP2 Merrill, rendez-vous sur la page officielle

Pour voir le sigma DP2 Merrill sur Amazon, c’est par là (ceci est un lien affilié) : Sigma DP2Merrill Appareil photo numérique 46 Mpix Foveon X3 [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

Et pour finir, voici une magnifique vidéo démontrant le savoir-faire de sigma en matière de fabrication d’objectifs. Je comprends maintenant pourquoi les cailloux valent parfois si chers !! http://vimeo.com/57003040

 

sigma dp2 merrill test 7 585x390 [Jai testé pour vous] le SIGMA DP2 Merrill

ISO 100 – f/9 – 1/250 – Un joli petit village haut perché – Cliquez sur l’image pour la voir en taille réelle – © Régis Moscardini

Lire la suite...
 

Scandaleux un Gypaète barbu adulte tiré dans les Pyrénées-Atlantiques

Envoyer Imprimer PDF
Dimanche 24 novembre 2013, un Gypaète barbu est trouvé dans un fossé par des cheminots le long de la voie ferrée entre Bayonne et Saint-Jean Pied de Port. Ils alertent le centre de soins Hegalaldia, centre départemental de la sauvegarde de la faune sauvage du 64, qui récupère rapidement l’oiseau en hypothermie et très affaibli : 3,6 kilos au lieu de 5 kg. Les radiographies montrent que 6 plombs de chasse sont disséminés dans l’ensemble du corps :
ailes, queue et haut du corps !! Aujourd’hui, Mardi 26 novembre, cet oiseau vient de mourir malgré les soins prodigués. Agé de 14 ans, cet oiseau adulte nommé Benigno a été marqué en Aragon en 2000 et se reproduisait depuis plusieurs années en Navarre. Incompréhensible !
Comment est-il encore aujourd’hui possible de tirer sur un Gypaète barbu ? Avec ses 2,80 m d’envergure, sa silhouette élancée et la coloration orangée du plumage de sa tête et de son corps, il est pourtant impossible de le confondre avec une autre espèce ! Estimé à une quara...
Lire la suite...
 

Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier-en-Der

Envoyer Imprimer PDF

Dans cet article, vous découvrirez le merveilleux travail de deux photographes animaliers à l’occasion de leur exposition au festival international de la photographie animalière et de nature de Montier-en-Der. Ne ratez pas leur interview en vidéo en direct du festival tout en bas de l’article.

Petite présentation du festival de Montier-en-Der

Le festival international de la photographie animalière et de nature de Montier-en-Der vous connaissez ? Non ? Ah, bon  [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der . C’est un festival de photographie annuel dont l’objet est la promotion de la photographie animalière et de nature à travers de très nombreuses et très belles expositions photos. Mais aussi des conférences, des évènements uniques, des animations inédites, le tout quatre jours durant.

FestiPhoto MontierEnDer [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der

L’affiche de l’édition 2013 – © Laurent Ballesta

Ca se passe dans la charmante petite ville de Montier-en-Der (sans blague), 2000 habitants, pas très très loin de Troyes (c’est bien parce qu’à Troyes il y a les magasins d’usine  [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der ).

Outre son festival photo, évidemment, Montier-en-Der est connu pour son haras national, qui, dixit Wikipédia, est un centre important d’élevage du cheval ardennais. Enfin si le cheval n’est pas votre grande passion (et non, puisque c’est la photo animalière  [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der ) vous ne viendrez à Montier que pour le festival photo.

Allez, je sais bien que chacun d’entre vous sait ce qui se trame à Montier chaque fin novembre. L’intro était là juste pour que l’ami Google comprenne bien de quoi parle mon article  [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der : du festival international de la photographie animalière et de nature de Montier-en-Der (j’en remets une couche  [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der ).

Bon ! Votre serviteur a bien fait le job pour cette 17ème édition ! Un petit coup de 2h30 de route et me voilà parmi le must de la photo animalière du moment. Avec une mission bien précise en tête : vous faire découvrir deux expositions, deux photographes comme si vous y étiez. Ok, il y a 80 expos, 2000 photos, donc vous n’aurez qu’un tout petit aperçu du contenu du festival. Mais c’était ça ou rien !  [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der

public festival photo montier en der 585x327 [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der

Un (tout petit) aperçu du festival

Evidemment, je ne me suis pas pointé le jour J, caméra au poing, trépied sous le bras et micros cravates dans la sacoche en chantonnant : « qui veut être interviewé par Régis Moscardini pour le blog photo auxoisnature.com ? » J’avais pris les devants, que croyez-vous ! Je suis du genre prévoyant et organisé (message personnel à mon épouse : si tu lis ce passage, s’il te plait, ne laisse pas de commentaires  [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der ).

Il m’a fallu « choisir » les deux photographes, les contacter, convenir d’un rendez-vous et se mettre d’accord sur les points à aborder. Sur ce dernier point, n’allez pas croire que les-dits photographes s’amusent à jouer les starlettes en choisissant leurs questions ! L’idée était juste qu’ils puissent préparer leurs réponses. C’est qu’on ne passe pas tous les jours sur Auxois nature TV (et si vous vous abonniez, suffit de cliquer là : Chaine Youtube AuxoisNature TV )

Eh ! Mais ! Je ne vous ai toujours pas dévoilé qui étaient les deux photographes interviewés ! Pourquoi ne le dites-vous pas ? Roulements de tambour :

Découverte de deux super photographes animaliers

Les deux photographes sont :

  • Christophe Hayet
  • Bastien Riu

Si vous êtes actifs sur Facebook, il y a de fortes probabilités pour que vous les connaissiez tous les deux. L’un comme l’autre postent régulièrement leurs images sur leurs murs respectifs. Malgré leurs univers et approchent différentes, Christophe et Bastien ont un seul et unique but (mis à part celui de devenir riches et célèbres  [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der ) : montrer au plus grand nombre la beauté de la nature à travers leurs images. Dis comme ça, c’est cucu la praline, je vous l’accorde. Mais tellement vrai.

christophe hayet bastien riu [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der

Qui d’autres que des photographes talentueux peuvent nous rendre, nous spectateurs, contemplatifs devant un crapaud commun ? Admiratifs devant une fourmi de base ? Grâce à leur travail, leur passion, leur talent, leur patience, Christophe Hayet et Bastien Riu parviennent à nous faire nous arrêter en face des animaux les plus ordinaires. Quelques secondes parfois, guère plus, mais c’est déjà énorme pour ces petites bêtes qu’on ne ménage pas.

Alors je dis merci à Christophe et Bastien pour nous donner l’occasion de re-découvrir la nature.

bastien riu 585x377 [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der

Mésange bleue – © Bastien Riu 2013

christophe hayet 585x390 [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der

Sonneur à ventre jaune – © Christophe Hayet 2013

A NE PAS MANQUER Pour chacune des deux images ci-dessus (qui dit en passant sont les stars des expositions de Bastien Riu et Christophe Hayet), les photographes dévoilent leurs secrets de fabrication. Attention, ça surprend ! Vous ne les verrez plus comme avant !  [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der

J’invite donc le plus grand nombre à visiter les sites internet et les pages Facebook de ces deux photographes. Car leur travail, évidemment, ne s’arrête pas à la dizaine de photos exposées à Montier-en-Der. Tant d’autres images sont à voir sur leurs sites. Ne vous en privez pas, ce serait vraiment dommage !

Christophe Hayet : Galerie Photos  Page Facebook

Bastien Riu : Galerie Photos  Page Facebook

Allez, pour finir, avant de vous laisser visionner les interviews, allez faire aussi un tour sur la galerie photo de Mathieu Pujol. J’avais prévu de l’interviewer aussi mais des soucis techniques m’en ont empêché (Cognacq-jay m’entendez-vous ?  [Vidéo] Interview au festival de photographie animalière à Montier en Der ). Photographe de l’agence Biosphoto, c’est un globe-trotter photographe ! Son exposition sur l’Alaska était vraiment superbe. Ses photos sont à admirer sur son site internet : Mathieu Pujol

Place aux interviews !

Là, c’est le MP3 pour ceux qui préfèrent le son à l’image :

Et là c’est la vidéo, pour ceux qui aiment avoir le son et l’image en même temps !

Et vous Montier-en-Der cette année ça vous a plu ?

Lire la suite...
 

Rendez-vous à Montier les 21 22 23 et 24 novembre

Envoyer Imprimer PDF
Vous avez été nombreux à vous rendre au Festival international du film ornithologique de Ménigoute (79) et bien davantage au Salon de la photo de Paris, qui s’est achevé lundi 11 novembre avec une fréquentation en hausse de 6,1 %, soit 85.526 visiteurs ! Nous vous remercions chaleureusement pour votre venue sur nos stands. Le mois de novembre s’achèvera en beauté avec la 17e édition du Festival international de photo animalière et de nature de Montier-en-Der, en Haute-Marne, du 21 au 24 novembre. Chaque année, on vous prédit un événement exceptionnel, mais cette année devrait être marquante en tout point. À commencer par l\'exposition-mémorial inédite de Gilles martin sur les gorilles de montagne baptisée Mémoires d’un dos argenté. Le public sera invité à se projeter en 2027, et à serpenter au milieu de la cour gazonnée où se dresseront 128 croix identiques à l’effigie du gorille, alignées comme dans un cimetière de guerre américain. À côté, un mémorial accueillera des phot...
Lire la suite...
 

27 podcasts pour apprendre la photographie

Envoyer Imprimer PDF

Vous allez dans cet article apprendre à utiliser un outil formidable, le podcast, pour améliorer vos connaissances photographiques et naturalistes. Je vous présente en début d’article vite fait bien fait en quoi consiste le principe du Podcast. Ceux qui savent déjà peuvent directement aller zieuter et profiter de la liste des podcasts à connaitre à tout prix (et surtout à écouter !)

La puissance des podcasts

Il y a des technologies pour lesquelles je me demande pourquoi ne sont-elles pas plus populaires. Des technologies qui, par leur simplicité, leur efficacité et leur universalité devraient être adoptées par 99 % des personnes ayant accès à internet.

Pas la peine de vous creuser la tête pour deviner de quoi je parle, vous avez saisi, ce sont les podcasts. Oui, évidemment, parmi vous certains seront surpris par mon intro : « peuh … les podcasts, je connais depuis que des années déjà et j’utilise tous les jours ! » Vrai. C’est mon cas aussi (forcément sinon je m’enquiquinerai pas à écrire cet article  27 podcasts pour apprendre la photographie ).

Aux chanceux utilisant les podcasts, faites ce test : posez la question suivante à votre entourage – « Papa, maman, frangin, frangine, cousin, cousine, fiston, est-ce que tu sais ce que c’est qu’un podcast ?« . Je mettrai ma main (gauche, faut pas déconner) à couper qu’à peine une personne sur deux apportera une bonne réponse.

Terrible, je vous dis, terrible. Je reviens à mon laïus de début de billet : pourquoi ce qui constitue un des meilleurs moyens de s’instruire, de s’informer et d’apprendre n’est pas plus démocratisé ? Un élément de réponse sur lequel on pourra débattre dans les commentaires : la télé (celle qui reçoit les chaines j’entends). Vilaine télé qui empêche nos concitoyens de jouir pleinement de leurs temps libre. Voilà, c’est dit.

Alors, c‘est quoi un Podcast ? Sous ce nom un peu barbare se cache une technologie média simplissime et révolutionnaire.

C’est quoi un Podcast ?

Définition de Podcast

Le mot anglais podcast, que les canadiens francophones ont joliment traduit par baladodiffusion, est un moyen de diffusion de fichiers audio ou vidéo sur Internet. Grâce à un abonnement, le podcasting permet aux utilisateurs l’écoute ou le téléchargement d’émissions audio ou vidéo.

550px Podcast Schema fr.svg  27 podcasts pour apprendre la photographie

Un schéma synthétique piqué sur Wikipédia  27 podcasts pour apprendre la photographie

Exemple (perso) : j’aime bien j’adore la Revue de presque de l’imitateur Nicolas Canteloup sur Europe 1. Problème pour moi : cette émission radio de 10 minutes est diffusée en directe sur la radio tous les matins à 08h45, pile au moment ou j’emmène ma fille à l’école. Et ma fille de 3 ans n’aime pas les monsieurs qui parlent à la radio alors mets moi mes chansons s’il te plait papa  27 podcasts pour apprendre la photographie . C’est bête hein ! Et bien grâce au podcast, je peux écouter la rediffusion de monsieur Canteloup quand je veux ! Sur mon ordi, mon smartphone, ma tablette (et non pas encore mon reflex  27 podcasts pour apprendre la photographie )où je veux et quand je veux.

Est-ce à présent plus clair ? Ce qui valable pour cette émission précise d’Europe 1 l’est également pour TOUTES les émissions de TOUTES les radios du monde (enfin presque). Et plus encore ! Il n’y a pas que les stations de radio qui diffusent des podcasts : des types comme moi ont décidé un jour de s’enregistrer puis de permettre à la terre entière de télécharger cet enregistrement audio grâce au podcast. On les appelle les Podcasters. Oui, je suis un podcaster, comme d’autres sont footbaler  27 podcasts pour apprendre la photographie

Percevez-vous maintenant la puissance de l’outil podcast ? J’espère car sinon je ne peux plus rien faire pour vous.  27 podcasts pour apprendre la photographie  Une nouvelle façon d’apprendre je vous dis ! Oh bien sûr, le support écrit reste pratique et incontournable, mais ça n’est pas le seul !

Comment profiter des podcasts ?

Il me semble qu’il existe deux manières de profiter des bienfaits physiques et psychologiques du podcast. Je m’en vais vous les conter !  27 podcasts pour apprendre la photographie

  • Premier moyen : utiliser les favoris de votre navigateur internet. Si l’abonnement vous effraie, il vous suffit de vous rendre sur la page internet de l’émission à écouter. Cherchez et trouvez le bouton triangle de lecture et zou, à vous connaissances et savoirs.
    • Avantages : vous ne vous embêtez pas avec un quelconque abonnement. Rendez-vous sur le ou les sites radio et d’émissions pour consulter les dernières nouveautés.
    • Inconvénients : c’est vous qui allez à la recherche de la publication d’un nouveau podcast et non l’inverse. Pas grave dans le cas d’émissions quotidiennes de stations de radio (type France Inter) car tous les jours (bah oui, c’est quotidien !) un nouveau podcast est dispo. Plus embêtant si le diffuseur diffuse très irrégulièrement, comme moi ! Vous ne savez pas vraiment quand une nouvelle émission est publiée.
  • Deuxième moyen : s’abonner directement aux podcasts (je pourrais dire aux émissions de baladodiffusion mais c’est plus long  27 podcasts pour apprendre la photographie ). C’est celui que j’utilise. Pour cela, le passage par l’utilisation d’un logiciel tiers est requis. Il y a le célébrissime iTunes d’Apple à partir duquel vous accédez aux millions de podcasts de la terre entière ! En plus d’avoir une interface très jolie, iTunes est ergonomique : dénicher LE podcast qui tue est un jeu d’enfant. Vous l’avez devinez, je ne jure que par lui. En plus, une fois les podcasts sélectionnés, l’abonnement à chacune des émissions permet de télécharger automatiquement les fichiers sonores. Un bon truc de fainéant ça !
    • Avantages : mis à part l’abonnement, il n’y a ensuite plus rien à faire (sauf à lancer quand même le logiciel). C’est l’information qui vient à vous, magique.
    • Inconvénients : l’installation d’un nouveau logiciel sur l’ordi peur vous embêter. Passer par un service d’Appel aussi. C’est vous qui voyez !

Pour en savoir plus et télécharger iTunes, c’est là : iTunes

itunes podcast 1 585x349 27 podcasts pour apprendre la photographie

L’écran d’accueil de la partie Podcast d’Itunes

 

Les meilleurs podcasts de photographie

Rassurez-vous, Auxois nature ne s’est pas transformé en blog geek et high-tech ! Vous êtes ici pour vous perfectionner en photo, on y vient. Vous êtes prêts à vous instruire autrement et presque en vous amusant? Figurez-vous que de nombreuses émissions sont disponibles, des récurrentes et des ponctuelles. Pour chaque, En voici une liste quasi-exhaustive.

  • photographie Animalière. Hi hi hi hi … c’es le mien celui-là ! Un incontournable ! Le seul podcast francophone sur la photo animalière ! Ecoutez les interviews des meilleurs photographes animaliers francophones pour apprendre leurs meilleurs astuces et conseils. Et si vous me mettiez un commentaire tout gentil sur iTunes ?  27 podcasts pour apprendre la photographie

Lien iTunes  Lien du site internet

 27 podcasts pour apprendre la photographie

Objectif Numérique … un podcast québécois !

  • Objectif Numérique. Podcast sur la photographie. Trois passionnés de photo abordent tous les sujets possibles (matériel, accessoires, logiciels, trucs et conseils) en vulgarisant les notions techniques les plus complexes.

Lien iTunes  Lien du site internet

 27 podcasts pour apprendre la photographie

Vous connaissez non ?  27 podcasts pour apprendre la photographie

  • Mon oeil – France Culture. Vingt-cinq photographes témoignent de leur rapport intime à leur métier.

Lien du site internet

  • Au fil du temps, de l’argentique au numérique. Le seul podcast traitant de l’argentique et du numérique. La description de différents boîtiers, le développement d’une pellicule, les retouches photo via un ordinateur et bien d’autres…

Lien iTunes  Lien du site internet

  • photographie – Ecole Nationale Supérieur de Paris. Des cours, séminaires, des conférences et des colloques de photographie enregistrés par l’ENS, l’Ecole Nationale Supérieure de Paris. Rien que ça !

Lien iTunes  Lien du site internet

  • La fabrique de l’histoire – France Culture. Cette émission a produit 4 épisodes d’une heure chacun sur l’histoire de la photographie. A écouter absolument.

Lien du site internet

  • Regardez Voir – France Inter. Et si on regardait des photos à la radio ? Joli slogan pour cette excellent émission de radio. « Regardez voir » traite de la photo, de toutes les photos. Invités privilégiés de « Regardez voir », tous ces photographes nous parlent de leur métier et nous accompagnent dans ce décryptage hebdomadaire sur la photographie.

Lien iTunes  Lien du site internet

 27 podcasts pour apprendre la photographie

  • photos, Photographes – France Info. Avec la rédactrice en chef de la revue 6 mois, découvrez le travail de photographes qui nous font voir le monde autrement !

Lien du site internet

Les meilleurs podcasts de sciences et de nature

J’aurais dû placer ce paragraphe avant celui sur la photo. Car avant même la technique, le matériel et tout ce qui coûte cher, commencer par s’imprégner de connaissances naturalistes est in-dis-pen-sable ! Et c’est justement parce c’est notre passion commune que je vais vous présenter les meilleurs podcasts francophones de connaissances naturalistes. Certains sont généralistes tandis que d’autres sont plus spécialisés. Mais tous vous apporteront la même chose : approfondir votre savoir en sciences naturelles. On y va !

  • CO2 Mon Amour – France Inter. Le magazine de l’environnement animé par Denis Cheyssoux avec Jean-Marie Pelt comme invité régulier.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Le bestiaire – France Inter. Une super émission qui consacre tous les samedis et dimanches un numéro sur une espèce en particulier pour observer à la loupe le comportement animal.

Lien iTunes  Lien du site internet

podcast photo 2 185x185 27 podcasts pour apprendre la photographie

Un logo original !

  • Naturellement – France Inter. Une excellente émission ou des scientifiques et des naturalistes racontent la nature. Apprenez-en plus sur les abeilles, les baleines, les lions, les forêts, les oiseaux, les glaciers, les plantes, la nature en montagne, les insectes… et plus encore.
Lien du site internet
  • Les Savanturiers – France Inter. De grands entretiens d’hommes et de femmes de sciences : des biologistes, des astrophysiciens, des sociologues… qui aident à mieux comprendre le monde d’aujourd’hui et préparent celui de demain. Perso, j’adore !

Lien iTunes  Lien du site internet

  • La tête au carré – France Inter. Le magazine de l’actualité de toutes les sciences présenté par Daniel Fiévet. On parle de toutes les sciences et c’est pour ça comme j’aime.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Là-bas si j’y suis – France Inter. Avec ses reporters Daniel Mermet s’intéresse aux révoltés et enthousiastes de l’environnement, tout près de chez nous comme à l’autre  bout de la planète, pour comprendre comment le monde tourne. Un incontournable.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Le temps d’un bivouac – France Inter. Le temps d’un été, des profondeurs de la mer à la froideur des pôle, en passant par les forêts tropicales les déserts, des hommes et des femmes partent explorer des territoires inexplorés.
Lien du site internet
podcast phot 3 27 podcasts pour apprendre la photographie

Un autre joli logo … différent !

  • Sur les épaules de Darwin – France Inter. Un voyage avec des hommes et des femmes de la recherche, la culture et la vie en société, agrémentés de textes et voix d’écrivains, de scientifiques et de poètes.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Vivre avec les bêtes – France Inter. Magazine consacré aux animaux en compagnie d’Alain Bougrain-Dubourg et d’Elizabeth de Fontenay.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Vos animaux – RMC Info. Deux heures entièrement consacrée aux animaux le dimanche matin sur une grande radio nationale avec Laetitia Barlerin, docteur vétérinaire. Bien non ? Je vous invite surtout à écouter la 2ème heure, dédiée à un thème d’actualité qui permet de se forger un avis.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Terre à terre – France Culture. L’émission Terre à Terre porte bien son titre. Elle établie le lien entre le flot continu d’informations que l’on reçoit tous azimut. Avec un objectif avoué : tisser un réseau entre tous ceux qui, en France et à l’étranger, recherchent des solutions pour mieux vivre ensemble et avec la nature.
Lien du site internet
  • Planète Terre – France Culture. Cette émission est celle des enjeux globaux de notre planète et de notre humanité. Pour prendre de la hauteur, rien de tel !

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Continent sciences – France Culture. Quel est le fondement de la démarche scientifique, à quoi sert-elle, quelles sont ses objectifs ? Toutes les semaines, l’émission reçoit un chercheur scientifique différent.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • La marche des sciences – France Culture. De l’origine de la matière vivante aux dernières stations orbitales, l’histoire des sciences est ponctuée de découvertes, d’expériences, mais aussi d’échecs, de rêves. Une visite dans l’histoire des sciences passionnante !

Lien iTunes  Lien du site internet

podcast photo 4 185x185 27 podcasts pour apprendre la photographie

  • Planète bleue – France bleue. Un rendez-vous écologiste et environnemental pour respecter notre planète. Ambitieux, mais il en faut des comme ça !

Lien iTunes  Lien du site internet

  • La minute verte – France bleue. Un rendez-vous rapide, sans prétention, mais ô combien intéressant pour une émission sur l’actualité de l’environnement au quotidien.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Vraiment nature – France bleue. Une animatrice « vraiment nature » pour une émission consacrée à la faune, à la flore et à l’environnement du Vaucluse. J’avoue ne pas avoir testé mais quand je suis tombé dessus, j’ai trouvé dommage de ne pas vous en faire profiter !

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Neopodia Sciences. Sciences de la terre, sciences du vivant, sciences de l’univers, sciences de l’homme, toutes les thématiques sont abordées avec Neopodia.

Lien iTunes  Lien du site internet

Et pour finir, s’il n’y avait qu’un seul podcast à écouter parmi tous ceux-là, le voici : Les photographes à l’affût. Un épisode de l’émission Le temps d’un bivouac diffusé à l’été 2013 pendant lequel les photographes animaliers ont été mis à l’honneur. Vincent Munier et Cyril Ruoso vous font partager leurs passions et leurs découvertes. Lien du site internet
podcast photographes 441x585 27 podcasts pour apprendre la photographie

C’est LE Podcast à écouter !

 

A vous maintenant ! Connaissez-vous d’autres podcasts de photographie ?

Lire la suite...
 

26 podcasts pour apprendre la photographie

Envoyer Imprimer PDF

Vous allez dans cet article apprendre à utiliser un outil formidable, le podcast, pour améliorer vos connaissances photographiques et naturalistes. Je vous présente en début d’article vite fait bien fait en quoi consiste le principe du Podcast. Ceux qui savent déjà peuvent directement aller zieuter et profiter de la liste des podcasts à connaitre à tout prix (et surtout à écouter !)

La puissance des podcasts

Il y a des technologies pour lesquelles je me demande pourquoi ne sont-elles pas plus populaires. Des technologies qui, par leur simplicité, leur efficacité et leur universalité devraient être adoptées par 99 % des personnes ayant accès à internet.

Pas la peine de vous creuser la tête pour deviner de quoi je parle, vous avez saisi, ce sont les podcasts. Oui, évidemment, parmi vous certains seront surpris par mon intro : « peuh … les podcasts, je connais depuis que des années déjà et j’utilise tous les jours ! » Vrai. C’est mon cas aussi (forcément sinon je m’enquiquinerai pas à écrire cet article  26 podcasts pour apprendre la photographie ).

Aux chanceux utilisant les podcasts, faites ce test : posez la question suivante à votre entourage – « Papa, maman, frangin, frangine, cousin, cousine, fiston, est-ce que tu sais ce que c’est qu’un podcast ?« . Je mettrai ma main (gauche, faut pas déconner) à couper qu’à peine une personne sur deux apportera une bonne réponse.

Terrible, je vous dis, terrible. Je reviens à mon laïus de début de billet : pourquoi ce qui constitue un des meilleurs moyens de s’instruire, de s’informer et d’apprendre n’est pas plus démocratisé ? Un élément de réponse sur lequel on pourra débattre dans les commentaires : la télé (celle qui reçoit les chaines j’entends). Vilaine télé qui empêche nos concitoyens de jouir pleinement de leurs temps libre. Voilà, c’est dit.

Alors, c‘est quoi un Podcast ? Sous ce nom un peu barbare se cache une technologie média simplissime et révolutionnaire.

C’est quoi un Podcast ?

Définition de Podcast

Le mot anglais podcast, que les canadiens francophones ont joliment traduit par baladodiffusion, est un moyen de diffusion de fichiers audio ou vidéo sur Internet. Grâce à un abonnement, le podcasting permet aux utilisateurs l’écoute ou le téléchargement d’émissions audio ou vidéo.

550px Podcast Schema fr.svg  26 podcasts pour apprendre la photographie

Un schéma synthétique piqué sur Wikipédia  26 podcasts pour apprendre la photographie

Exemple (perso) : j’aime bien j’adore la Revue de presque de l’imitateur Nicolas Canteloup sur Europe 1. Problème pour moi : cette émission radio de 10 minutes est diffusée en directe sur la radio tous les matins à 08h45, pile au moment ou j’emmène ma fille à l’école. Et ma fille de 3 ans n’aime pas les monsieurs qui parlent à la radio alors mets moi mes chansons s’il te plait papa  26 podcasts pour apprendre la photographie . C’est bête hein ! Et bien grâce au podcast, je peux écouter la rediffusion de monsieur Canteloup quand je veux ! Sur mon ordi, mon smartphone, ma tablette (et non pas encore mon reflex  26 podcasts pour apprendre la photographie )où je veux et quand je veux.

Est-ce à présent plus clair ? Ce qui valable pour cette émission précise d’Europe 1 l’est également pour TOUTES les émissions de TOUTES les radios du monde (enfin presque). Et plus encore ! Il n’y a pas que les stations de radio qui diffusent des podcasts : des types comme moi ont décidé un jour de s’enregistrer puis de permettre à la terre entière de télécharger cet enregistrement audio grâce au podcast. On les appelle les Podcasters. Oui, je suis un podcaster, comme d’autres sont footbaler  26 podcasts pour apprendre la photographie

Percevez-vous maintenant la puissance de l’outil podcast ? J’espère car sinon je ne peux plus rien faire pour vous.  26 podcasts pour apprendre la photographie  Une nouvelle façon d’apprendre je vous dis ! Oh bien sûr, le support écrit reste pratique et incontournable, mais ça n’est pas le seul !

Comment profiter des podcasts ?

Il me semble qu’il existe deux manières de profiter des bienfaits physiques et psychologiques du podcast. Je m’en vais vous les conter !  26 podcasts pour apprendre la photographie

  • Premier moyen : utiliser les favoris de votre navigateur internet. Si l’abonnement vous effraie, il vous suffit de vous rendre sur la page internet de l’émission à écouter. Cherchez et trouvez le bouton triangle de lecture et zou, à vous connaissances et savoirs.
    • Avantages : vous ne vous embêtez pas avec un quelconque abonnement. Rendez-vous sur le ou les sites radio et d’émissions pour consulter les dernières nouveautés.
    • Inconvénients : c’est vous qui allez à la recherche de la publication d’un nouveau podcast et non l’inverse. Pas grave dans le cas d’émissions quotidiennes de stations de radio (type France Inter) car tous les jours (bah oui, c’est quotidien !) un nouveau podcast est dispo. Plus embêtant si le diffuseur diffuse très irrégulièrement, comme moi ! Vous ne savez pas vraiment quand une nouvelle émission est publiée.
  • Deuxième moyen : s’abonner directement aux podcasts (je pourrais dire aux émissions de baladodiffusion mais c’est plus long  26 podcasts pour apprendre la photographie ). C’est celui que j’utilise. Pour cela, le passage par l’utilisation d’un logiciel tiers est requis. Il y a le célébrissime iTunes d’Apple à partir duquel vous accédez aux millions de podcasts de la terre entière ! En plus d’avoir une interface très jolie, iTunes est ergonomique : dénicher LE podcast qui tue est un jeu d’enfant. Vous l’avez devinez, je ne jure que par lui. En plus, une fois les podcasts sélectionnés, l’abonnement à chacune des émissions permet de télécharger automatiquement les fichiers sonores. Un bon truc de fainéant ça !
    • Avantages : mis à part l’abonnement, il n’y a ensuite plus rien à faire (sauf à lancer quand même le logiciel). C’est l’information qui vient à vous, magique.
    • Inconvénients : l’installation d’un nouveau logiciel sur l’ordi peur vous embêter. Passer par un service d’Appel aussi. C’est vous qui voyez !

Pour en savoir plus et télécharger iTunes, c’est là : iTunes

itunes podcast 1 585x349 26 podcasts pour apprendre la photographie

L’écran d’accueil de la partie Podcast d’Itunes

 

Les meilleurs podcasts de photographie

Rassurez-vous, Auxois nature ne s’est pas transformé en blog geek et high-tech ! Vous êtes ici pour vous perfectionner en photo, on y vient. Vous êtes prêts à vous instruire autrement et presque en vous amusant? Figurez-vous que de nombreuses émissions sont disponibles, des récurrentes et des ponctuelles. Pour chaque, En voici une liste quasi-exhaustive.

  • photographie Animalière. Hi hi hi hi … c’es le mien celui-là ! Un incontournable ! Le seul podcast francophone sur la photo animalière ! Ecoutez les interviews des meilleurs photographes animaliers francophones pour apprendre leurs meilleurs astuces et conseils. Et si vous me mettiez un commentaire tout gentil sur iTunes ?  26 podcasts pour apprendre la photographie

Lien iTunes  Lien du site internet

 26 podcasts pour apprendre la photographie

Objectif Numérique … un podcast québécois !

  • Objectif Numérique. Podcast sur la photographie. Trois passionnés de photo abordent tous les sujets possibles (matériel, accessoires, logiciels, trucs et conseils) en vulgarisant les notions techniques les plus complexes.

Lien iTunes  Lien du site internet

 26 podcasts pour apprendre la photographie

Vous connaissez non ?  26 podcasts pour apprendre la photographie

  • Mon oeil – France Culture. Vingt-cinq photographes témoignent de leur rapport intime à leur métier.

Lien du site internet

  • Au fil du temps, de l’argentique au numérique. Le seul podcast traitant de l’argentique et du numérique. La description de différents boîtiers, le développement d’une pellicule, les retouches photo via un ordinateur et bien d’autres…

Lien iTunes  Lien du site internet

  • photographie – Ecole Nationale Supérieur de Paris. Des cours, séminaires, des conférences et des colloques de photographie enregistrés par l’ENS, l’Ecole Nationale Supérieure de Paris. Rien que ça !

Lien iTunes  Lien du site internet

  • La fabrique de l’histoire – France Culture. Cette émission a produit 4 épisodes d’une heure chacun sur l’histoire de la photographie. A écouter absolument.

Lien du site internet

  • Regardez Voir – France Inter. Et si on regardait des photos à la radio ? Joli slogan pour cette excellent émission de radio. « Regardez voir » traite de la photo, de toutes les photos. Invités privilégiés de « Regardez voir », tous ces photographes nous parlent de leur métier et nous accompagnent dans ce décryptage hebdomadaire sur la photographie.

Lien iTunes  Lien du site internet

 26 podcasts pour apprendre la photographie

  • photos, Photographes – France Info. Avec la rédactrice en chef de la revue 6 mois, découvrez le travail de photographes qui nous font voir le monde autrement !

Lien du site internet

Les meilleurs podcasts de sciences et de nature

J’aurais dû placer ce paragraphe avant celui sur la photo. Car avant même la technique, le matériel et tout ce qui coûte cher, commencer par s’imprégner de connaissances naturalistes est in-dis-pen-sable ! Et c’est justement parce c’est notre passion commune que je vais vous présenter les meilleurs podcasts francophones de connaissances naturalistes. Certains sont généralistes tandis que d’autres sont plus spécialisés. Mais tous vous apporteront la même chose : approfondir votre savoir en sciences naturelles. On y va !

  • CO2 Mon Amour – France Inter. Le magazine de l’environnement animé par Denis Cheyssoux avec Jean-Marie Pelt comme invité régulier.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Le bestiaire – France Inter. Une super émission qui consacre tous les samedis et dimanches un numéro sur une espèce en particulier pour observer à la loupe le comportement animal.

Lien iTunes  Lien du site internet

podcast photo 2 185x185 26 podcasts pour apprendre la photographie

Un logo original !

  • Naturellement – France Inter. Une excellente émission ou des scientifiques et des naturalistes racontent la nature. Apprenez-en plus sur les abeilles, les baleines, les lions, les forêts, les oiseaux, les glaciers, les plantes, la nature en montagne, les insectes… et plus encore.
Lien du site internet
  • Les Savanturiers – France Inter. De grands entretiens d’hommes et de femmes de sciences : des biologistes, des astrophysiciens, des sociologues… qui aident à mieux comprendre le monde d’aujourd’hui et préparent celui de demain. Perso, j’adore !

Lien iTunes  Lien du site internet

  • La tête au carré – France Inter. Le magazine de l’actualité de toutes les sciences présenté par Daniel Fiévet. On parle de toutes les sciences et c’est pour ça comme j’aime.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Là-bas si j’y suis – France Inter. Avec ses reporters Daniel Mermet s’intéresse aux révoltés et enthousiastes de l’environnement, tout près de chez nous comme à l’autre  bout de la planète, pour comprendre comment le monde tourne. Un incontournable.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Le temps d’un bivouac – France Inter. Le temps d’un été, des profondeurs de la mer à la froideur des pôle, en passant par les forêts tropicales les déserts, des hommes et des femmes partent explorer des territoires inexplorés.
Lien du site internet
podcast phot 3 26 podcasts pour apprendre la photographie

Un autre joli logo … différent !

  • Sur les épaules de Darwin – France Inter. Un voyage avec des hommes et des femmes de la recherche, la culture et la vie en société, agrémentés de textes et voix d’écrivains, de scientifiques et de poètes.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Vivre avec les bêtes – France Inter. Magazine consacré aux animaux en compagnie d’Alain Bougrain-Dubourg et d’Elizabeth de Fontenay.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Vos animaux – RMC Info. Deux heures entièrement consacrée aux animaux le dimanche matin sur une grande radio nationale avec Laetitia Barlerin, docteur vétérinaire. Bien non ? Je vous invite surtout à écouter la 2ème heure, dédiée à un thème d’actualité qui permet de se forger un avis.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Terre à terre – France Culture. L’émission Terre à Terre porte bien son titre. Elle établie le lien entre le flot continu d’informations que l’on reçoit tous azimut. Avec un objectif avoué : tisser un réseau entre tous ceux qui, en France et à l’étranger, recherchent des solutions pour mieux vivre ensemble et avec la nature.
Lien du site internet
  • Planète Terre – France Culture. Cette émission est celle des enjeux globaux de notre planète et de notre humanité. Pour prendre de la hauteur, rien de tel !

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Continent sciences – France Culture. Quel est le fondement de la démarche scientifique, à quoi sert-elle, quelles sont ses objectifs ? Toutes les semaines, l’émission reçoit un chercheur scientifique différent.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • La marche des sciences – France Culture. De l’origine de la matière vivante aux dernières stations orbitales, l’histoire des sciences est ponctuée de découvertes, d’expériences, mais aussi d’échecs, de rêves. Une visite dans l’histoire des sciences passionnante !

Lien iTunes  Lien du site internet

podcast photo 4 185x185 26 podcasts pour apprendre la photographie

  • Planète bleue – France bleue. Un rendez-vous écologiste et environnemental pour respecter notre planète. Ambitieux, mais il en faut des comme ça !

Lien iTunes  Lien du site internet

  • La minute verte – France bleue. Un rendez-vous rapide, sans prétention, mais ô combien intéressant pour une émission sur l’actualité de l’environnement au quotidien.

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Vraiment nature – France bleue. Une animatrice « vraiment nature » pour une émission consacrée à la faune, à la flore et à l’environnement du Vaucluse. J’avoue ne pas avoir testé mais quand je suis tombé dessus, j’ai trouvé dommage de ne pas vous en faire profiter !

Lien iTunes  Lien du site internet

  • Neopodia Sciences. Sciences de la terre, sciences du vivant, sciences de l’univers, sciences de l’homme, toutes les thématiques sont abordées avec Neopodia.

Lien iTunes  Lien du site internet

Et pour finir, s’il n’y avait qu’un seul podcast à écouter parmi tous ceux-là, le voici : Les photographes à l’affût. Un épisode de l’émission Le temps d’un bivouac diffusé à l’été 2013 pendant lequel les photographes animaliers ont été mis à l’honneur. Vincent Munier et Cyril Ruoso vous font partager leurs passions et leurs découvertes. Lien du site internet
podcast photographes 441x585 26 podcasts pour apprendre la photographie

C’est LE Podcast à écouter !

 

A vous maintenant ! Connaissez-vous d’autres podcasts de photographie ?

Lire la suite...
 

Dérives

Envoyer Imprimer PDF
Les photographies aériennes de Nicolas Lenartowski ont été réalisées sur la partie de la Loire (280 kilomètres) inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, entre Sully-sur-Loire, dans le Loiret, et Chalonnes-sur-Loire, dans le Maine-et-Loire. Ce travail a été réalisé sur quatre années (2009-2012), pendant lesquelles 4 000 clichés ont été faits. - Nature, paysage, découverte / , / ,
Lire la suite...
 

Podcast] Interview de Tom Mosack photographe animalier

Envoyer Imprimer PDF

Première interview vidéo d’un photographe animalier sur le blog ! Et  c’est Tom Mosack qui s’y colle   [Podcast] Interview de Tom Mosack : photographe animalier Enfin, je ne l’ai pas forcé, c’est même plutôt lui qui s’est proposé pour cette formule. Alors oui, pourquoi pas ! Et puis, j’aime bien ça change, sauf qu’à l’avenir faudra tout de même que je repasse mes pulls   [Podcast] Interview de Tom Mosack : photographe animalier . Sinon, il reste le bon vieux podcast MP3, (qui n’est ni plus ni moins que l’audio issu du film) téléchargeable comme vous en avez l’habitude, sur votre lecteur MP3 ou tout bêtement à écouter ici sur le blog. Voyez, vous avez l’embarras du choix ! Pas tout à fait. La vidéo, le son … voyez-vous ce qu’il manque ? La version texte de l’interview évidemment. Je sais que ça manque mais convertir 45 minutes de discussion à l’écrit, ça prend un temps fou ! Alors patience, ça arrivera un de ces quatre   [Podcast] Interview de Tom Mosack : photographe animalier

N’hésitez pas à laisser votre avis dans les commentaires sur la forme (la nouvelle formule interview-vidéo) et sur le fond (car quand même on ne raconte pas que des bêtises !).

Pour écouter ou télécharger la version audio MP3, c’est juste là, en-dessous :

Tom Mosack : Formateur-photographe animalier

Oui, je ne me suis pas contenté d’écrire juste photographe animalier. Le mot formateur est accolé à celui de photographe animalier. En effet, l’activité professionnelle de photographe de Tom est d’abord d’être animateur de stages photos avant de vendre des photos ou des reportages. C’est un peu comme le super prof de tennis. Très bon joueur, assez pour impressionner son petit monde, mais pas pour percer au plus haut niveau. Cependant il possède un don. Celui de toujours trouver les mots justes pour faire avancer ses élèves. Détecter ce qui ne fonctionne pas et y remédier par petites touches, petits conseils hyper précis et ô combien judicieux. Un pédagogue talentueux. Voilà ce qu’est  Tom Mosack : un très bon photographe qui aime enseigner les techniques photographes. Et croyez moi, ça n’est pas donné à tout le monde (ne le répétez pas, il existe même des instits qui ne savent pas expliquer aux enfants, alors des photographes enseignent mal, …   [Podcast] Interview de Tom Mosack : photographe animalier ).

pic midi ossau 1 585x390  [Podcast] Interview de Tom Mosack : photographe animalier

La photo de Tom que je préfère !

Alors que fait un formateur-photographe ? Il anime des stages photos :

  • et pas n’importe où s’il vous plait : dans les Pyrénées. Je le mentionne car les stages de photo nature et animalière proposés par Tom et son équipe ont l’énoooorme avantage de se situer dans une région naturelle extraordinaire. Soit, un chouilla excentrée, sauf que ça vaut le voyage comme dirait l’ami Michelin   [Podcast] Interview de Tom Mosack : photographe animalier .
  • et pas avec n’importe qui re-s’il vous plait. Accompagnés d’un guide de moyenne montagne (imposé par la législation mais quand même) et d’une étudiante en histoire de l’art, les stagiaires photographes apprendront les techniques photos certes, mais aussi des connaissances naturalistes montagnardes et des conseils artistiques. Bien vu.

Tom Mosack tient un blog photo dans lequel il distille de bons conseils : Tom Mosack – Photographe

Et, bien sûr, c’est lui qui anime la structure qui organise ses stages photos : Stages Photo Pyrénées

photo tom mosack 585x585  [Podcast] Interview de Tom Mosack : photographe animalier

Un aperçu du travail photographique de Tom Mosacl

Les thèmes abordés dans l’interview

  • les avantages du numérique sur l’argentique pour démarrer la photo (notamment les ISO)
  • le matériel utilisé par le photographe Tom Mosack
  • ses objectifs utilisés et son point du vue sur l’intérêt d’avoir des objectifs de qualité
  • réponse à la question suivante : acheter un reflex haut de gamme ou un objectif haut de gamme ?
  • le point sur les sacs photos
  • les accessoires indispensables
  • les filtres gris neutres et les filtres dégradés et les systèmes de porte-filtre
  • que vaut-il mieux pour une scène contrastée : traiter un fichier en poste production ou utiliser un filtre ?
  • l’activité professionnelle de Tom Mosack : animation de stages photos sur un 2 ou 3 jours dans les Pyrénéesos
  • l’intérêt de l’apport des stages immersion pendant quelques jours dans la progression des photographes
  • la présence d’accompagnateurs autre que des photographes : un professionnel de la montagne ainsi qu’une spécialiste de l’histoire de l’art
  • la chance, la persévérance, la technique et la fibre artistique
  • les photographes qui inspirent Tom Mosack
  • l’explication technique d’une prise de vue de paysage (ouverture, cadrage, objectif)
  • quelle ouverture choisir pour avoir le piqué maximal pour un objectif
  • l’mportance du repérage sur une carte IGN avant la prise de vue d’une photo de paysage
  • des outils pour prévoir l’orientation du soleil
stage photo pyrenees 585x546  [Podcast] Interview de Tom Mosack : photographe animalier

La page d’accueil du site stage photo Pyrénées

Lire la suite...
 

Rendez-vous les 11 12 et 13 octobre à Namur

Envoyer Imprimer PDF
Durant l'évènement, plusieurs expositions de photos nature et d'art animaliers auront lieu du 11 au 13 octobre dans le vieux Namur. Au rayon des invités : Erwan Balança, Rémy Marion, Alexis Nouaihat, Jean-Pierre Frippiat et bien d'autres encore ! Renseignements : www.exposaves.be
Lire la suite...
 

Evènement] Jeu des 1000 fans

Envoyer Imprimer PDF

La page fan Facebook Auxois Nature Photographie vient d’atteindre les 1000 fans. Joli nombre, tout rond et hautement symbolique ! D’ailleurs, si vous ne suiviez pas la page c’est le moment  [Evènement] Jeu des 1000 fans !  Page Facebook
Alors pour fêter ça, j’organise un jeu. J’aime bien les jeux  [Evènement] Jeu des 1000 fans !

A gagner : 4 livres de Laurent Breillat Choisir l’Objectif Idéal pour son reflex canon/nikon aux Editions Eyrolles. Pour en savoir plus sur ces livres IN-DIS-PEN-SABLES de l’ami Laurent, découvrez-les ci-dessous.Et n’oubliez pas de jouer hein !!  [Evènement] Jeu des 1000 fans !

Lire la suite...
 


Page 8 sur 26

Home e-Mag photo nature

CRM

Les articles de la revue de presse sont des articles fournis par les flux RSS de site consacrés à la photo/nature. Ces articles ne sont donc pas le résultat de travail de l'équipe de Safari-photo-nature.com mais bien le résultat d'un mashup de contenu, également appellé curation.

Notre travail se limite à vous faire découvrir le travail de qualité effectué par des sites web de référence; nous ne rédigeons de ce fait aucun contenu. Ce site web baptisé "revue de presse" est donc un site composé d'un moteur de recherche alimenté par des flux RSS. Nous ne sommes donc pas éditeur mais hébergeur et n'exerçons de ce fait aucun contrôle sur les informations référencées dont nous respectons le droit d'auteur en indiquant la source fournie dans les flux RSS.

Afin de découvrir la totalité des articles proposés, merci de cliquer sur le lien de source mentionné en bas de chaque article afin de découvrir l'excellent travail de ces différents rédacteurs; de nombreux autres contenus de qualités vous attendent sur leur site web.


CRM agence de communication - CRM agence de voyage - CRM agence immobilière - CRM assurance

CRM Analytique - CRM Cabinet de recrutement - CRM cabinet médical - Logiciel de gestion de contrats - Logiciel agenda partagé - CRM Gmail



Vacances - Voyage - Billet avion pas chers

Rechercher

La revue de presse via Twitter

Suivez @actualite_photo

Stat.

Membres : 3
Contenu : 33627
Affiche le nombre de clics des articles : 6136520

En ligne

Nous avons 43 invités en ligne

Baromètre prix matos photo



[ L’ubiquité informative ]
:
[ toute l’actu photo du web ]
[ dans un seul site ]






Articles les plus lus

La citation du jour