Revue de presse photo & nature réalisée par Safari-photo-nature.com

La quasi totalité des infos photo & nature disponibles sur le web

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home e-Mag photo nature
Actualité magazine photo nature

La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier

Envoyer Imprimer PDF
boiteaphoto [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier

Réalisation de Laurent Vaissade de jogg.com

Cet article est rédigé dans le cadre de la 7ème édition de la Boite à photos, réunion de près de 20 blogs francophones traitant de photographie en tous genres.

Pour cette édition, c'est Greg de Bon Plan Photo qui organise cette édition.

Le thème choisi est Le portait. 

Suivre @LaBoiteAPhotos

Portraits photos et parcs animaliers ?

J’avais déjà écris un article sur comment réussir un portrait animalier, il a bien fallu que je me creuse la tête (au sens figuré bien sur, parce que sinon depuis le temps que je me la creuse icon smile [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier ) pour coller au sujet de la boite à photo sans redire la même chose. J’ai donc sauté sur l’occasion en abordant, pour la première fois sur le blog, la photographie dans les parcs animaliers. Le rapport avec le portrait ? C’est limpide : dans les zoos, les meilleures photos que vous ferez seront des portraits ou des plans serrés.

Vous allez apprendre comment, dans ces endroits, obtenir des photos naturelles. Comment avoir le caractère sauvage d’un animal certes exotique, mais surtout captif. Quelle  contradiction !

N’allez pas croire que je veuille vous apprendre à tromper votre public en l’abusant sur le lieu de prise de vue. Pas de ça ici ! Transparence, transparence. Une photo prise dans un zoo doit être annoncée comme telle, tout comme une photo fortement retouchée d’ailleurs. On a le droit, mais faut le dire. Le but est simplement de vous donner les bons outils pour gommer des éléments gênants dès la prise de vue. Faire comme si on n’y était alors qu’en fait on n’y était pas (dans la vraie nature sauvage lointaine).

De la photographie animalière en zoos

On pourra en parler dans les commentaires, mais quoi que vous pensiez des parcs animaliers, c’est un fait, ils permettent de s’affranchir des énormes contraintes pour photographier des animaux exotiques. Il se peut, et ça n’est pas mal rassurez-vous, que vous ayez envie d’un peu « d’ailleurs » … tout près de la maison ! Ca m’arrive moi aussi de désirer photographier autre chose que les renards, lapins, buses, blaireaux et passereaux communs. Je les aime mes animaux de ma campagne, y a pas, mais le changement, ça revigore !

Donc, si vous n’avez pas d’aversion notoire envers les zoos, je vais vous donner quelque conseils pour optimiser une sortie dans un parc animalier. Ah, au fait, j’utiliserai ces termes sans aucune distinction, les deux n’ayant aucune différences sur le plan de la loi (je ne suis pas plus expert que vous … j’ai cliqué sur internet icon wink [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier )

Les éléments gênants à exclure

Petite liste, je pense exhaustive parce que j’ai bien bossé icon wink [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier , des choses indésirables dans un zoo :

  • le public : n’allez par râler contre lui, vous en êtes vous aussi !
  • les grilles et grillages : ça c’est vraiment moche, on s’en passerait bien. D’ailleurs, c’est peut-être ce qui distingue des parcs animaliers meilleurs que d’autres. Certains ont aménagé les enclos de telle sorte que l’aspect « prison » soit effacé, la suppression des grilles y participe

 

zoo palmyre2 417x585 [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier

Des grillages et du public sur l’arrière plan … à éviter à tout prix !

  • les Plexiglas et les vitres : moins disgracieux que les grillages, mais tout aussi dérangeants. Les reflets peuvent « tuer » une photo.
  • les éléments du décor artificiels : cabanons, mangeoires, abreuvoirs, tas de pailles, lieux de passages répétés, jeux, … Tout ça n’existe pas dans la vraie vie sauvage.
zoo palmyre8 585x389 [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier

Gibbon dans une belle attitude mais parasitée par une cabane joli mais pas naturelle

  • les comportements parasites des animaux : comme tout le monde, j’ai visité des zoos. Gamin, c’est chouette, on est tout excité de voir ces grosses peluches tout prêt. Adultes, c’est parfois moins drôle. Je suis à jamais marqué par l’attitude d’un gorille mâle au zoo de la Palmyre. On aurait placé un être humain à sa place qu’il aurait eu la même attitude. C’est la seule fois où j’ai trouvé qu’un animal avait conscience de sa captivité. Tellement dérangeant que je me suis interdit de prendre une photo.

Voilà, tout ce qui est ci-dessus doit être impérativement gommé, supprimé, radié, enlevé, ôté, retiré, retranché (vous sentez la puissance de la langue française ? icon smile [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier )

Des portraits naturels dans un parc animalier

Vous savez ce que nous ne devez pas avoir sur vos photos. Bon, la moitié du chemin est faite, reste l’autre moitié.

Résoudre le problème du public, de l’affluence.

Un parc animalier est avant tout un lieu touristique. Les périodes et les heures d’affluences répondent donc à cette logique. Oubliez week-ends et vacances scolaires, privilégiez les jours de semaine. Oubliez juin, c’est le mois des scolaires, et en plus des petits, ça braille et ça pleurniche. Oubliez juillet et aout, fallait vous le dire ? icon wink [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier . Avril, mai et septembre sont à mon avis à prioriser.

Et pourquoi pas s’y rendre en plein hiver, avec chutes de neige et tout et tout ! Le manteau blanc transforme les enclos et les rendra parfois plus conforme au réel environnement des animaux … à condition évidemment de choisir les bonnes espèces ! Le tigre de Sibérie oui, la girafe non icon smile [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier

Le moment idéal selon moi : un lundi matin à l’ouverture fin septembre : je sens que vous serez pépère !

Résoudre le problème des grillages.

Le plus simple, c’est de placer l’objectif à travers la grille de l’enclos entre les mailles du grillage, si c’est possible. Je sais, le diamètre de la lentille ou la distance de sécurité pourront vous en empêcher.

Dans ce cas, il faut rentrer un peu dans la technique ! La profondeur de champ est votre alliée (souvent, mais là encore plus) pour « effacer » le dessin inesthétique du grillage : rapprochez l’appareil très près de la clôture, choisissez la plus longue focale associée à une grande ouverture et faites la mise au point sur l’animal.

Idéalement celui-ci devra être placé assez loin de vous pour gommer réellement le grillage.

loup parc gevaudan 3 585x585 [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier

Avec une grosse ouverture et une longue focale, les mailles du grillage sont estompées.

Résoudre le problème des vitres et Plexiglas

L’ennemi n°1 du photographe en présence de vitres est le reflet. On peut le contourner avec ces astuces :

  • mettez-vous à hauteur d’animal, si vous lisez ce blog, c’est maintenant dans vos gênes icon smile [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier .
  • Collez votre objectif à plat contre la vitre, de sorte que vous soyez bien calé contre (non, ne craignez pas les rayures ! Vous avez toujours votre pare-soleil n’est-ce pas ?)
  • Souvent (toujours ?), les enclos vitrés sont à l’intérieur, la luminosité étant de fait insuffisante. Avec un flash cobra, orientez sa tête vers le haut pour éclairer la scène indirectement.
  • Faites la mise au point sur les yeux, assurez-vous qu’ils ne soient pas dans l’ombre, et attendez que l’animal oriente son regard vers vous ou dans le sens souhaité de votre composition : l’oeil doit aller vers l’espace ouvert de l’image, et ne pas « buter » contre le bord du cadre.
zoo palmyre6 585x389 [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier

Enclos protégé par une vitre. Les reflets sont peu présents … mais le piqué est limite.

Résoudre les problèmes liés aux éléments du décor artificiels

Première chose, prenez votre temps ! Repérez justement les éléments gênants, identifiez-les et trouvez le meilleur positionnement pour qu’ils n’apparaissent pas dans le cadre : déplacez-vous, zoomez, placez-vous en hauteur, à ras de terre.

Je répète, vous avez le temps, alors multipliez les essais, expérimentez les points de vue.

zoo palmyre4 391x585 [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier

Le même gibbon que précédemment mais pris sous un autre angle … on s’y croirait !

Résoudre le problème du comportement

Vous avez le temps. Oui, je l’ai écrit au chapitre précédent, mais croyez-vous que j’ai le choix ? Dans un portrait animalier pris au zoo, vous ne pourrez guère vous démarquer sur la lumière, les heures d’ouverture et de fermeture vous empêcheront de profiter des « golden hours ».

Ca n’est pas non plus l’environnement qui rendra vos images « amazing ». Pour obtenir la prise de vue qui claque, qui attire le regard et mérite qu’on s’y attarde, tout repose sur l’attitude et l’expression de l’animal. On y revient, comme à chaque fois en photo animalière, l’attente est la clé de la réussite :

  • attendre que le suricate fasse le guet,
  • que le panda mange son bambou assis,
  • que le lion baille,
  • que le rhinocéros marche pile en face de vous, …

Vous me voyez venir non ? On en vient à la connaissance, même minime, des espèces rencontrées. Chaque animal possède un attitude typique qui le caractérise … encore faut-il la connaitre ! Une petite recherche sur le net et déjà le travail est dégrossi.

loup parc gevaudan 2 390x585 [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier

Les loups passent beaucoup de temps à dormir. Un comportement à mettre en valeur !

Le top, ce serait de pouvoir venir sur 2 jours : le premier sans appareil, carnet de notes à la main, pour seulement repérer, observer et discuter (vous verrez plus loin avec qui … non, ce n’est pas le perroquet icon smile [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier ) et apprendre la routine de l’animal afin d’identifier les photos potentielles.

La seconde journée, avec le reflex, prendre les clichés imaginés grâce aux apports de la première journée.

Astuces pour des portraits qui claquent

  • Parler aux soigneurs. Il n’y a rien de plus efficace que de discuter avec le personnel du parc pour mieux connaitre les espèces :
    • savoir leurs routines quotidiennes permettent d’exploiter le meilleur moment de la journée
    • tenez-vous informé des moments de repas et allez même plus loin en demandant carrément aux soigneurs de faire placer l’animal dans la meilleure position pour la photo
    • soyez sympa, si vous le pouvez, retournez sur le site en montrant vos plus belles images aux gardiens coopératifs. Au passage, c’est aussi une chose à faire au paysan du coin qui vous prête son pré pour installer votre affût.
loup parc gevaudan 585x420 [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier

Les yeux du loup dégagent beaucoup de mystère. Je voulais mettre ça en valeur.

  • Assurez-vous que vous avez le droit de prendre des photos ! Bon, ça normalement, c’est bon icon smile [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier . Mais l’utilisation d’un trépied n’est peut-être pas admis, de même que le flash. Posez la question à l’accueil.
  • Comme tout bon photographe animalier, observez d’abord, photographiez ensuite ! En plus, là, vous êtes certain que l’animal de va pas s’enfuir au moment crucial, vous avez du temps, faut en profiter ! Evaluez bien la situation, notamment l’arrière plan avec de shooter.
  • Désolé pour les enfants mais … vous ne pourrez pas aller au zoo avec papa ou maman cette fois-ci. Vous m’avez compris : rendez-vous au parc seul, ne vous « encombrez » pas des contraintes familiales … pour cette fois-ci ! Vous l’aurez de toute manière anticiper au fil de votre lecture. Programmez une nouvelle visite avec toute la smala et soyez le guide.
  • Selon la formule consacrée, ça va sans dire mais ça va mieux en le disant, ne tapez pas sur les vitres et grillages pour attirer l’attention de l’animal. Il n’est pas dans une top attitude ? Tant pis ! Vous repasserez.
  • Lâchez-vous, tentez un maximum de choses ! Des fois, ça fonctionne et des fois non, mais ça, personne ne le sait icon smile [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier
zoo palmyre7 585x389 [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier

J’étais en hauteur, mal placé, il y avait du monde, j’ai alors décidé de tenté ce gros plan sur la robe de 2 zèbres. Pas mal non ? (ou plus petite ouverture m’aurait permis d’avoir une plus grande profondeur de champ et ainsi les deux pelages nets … petite erreur ! icon smile [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier )

loup parc gevaudan 4 585x390 [La Boite à Photos] Comment réussir un portrait dans un parc animalier

Pour ne pas oublier que ces animaux sont en captivité.

Et vous, quelle technique utilisez-vous pour rendre naturels vos portraits d’animaux pris en parcs animaliers ?

Lire la suite...
 

Rendez-vous au Festival de photo animalière de Rambouillet

Envoyer Imprimer PDF
Le 2e festival de la photo animalière de la forêt de Rambouillet aura lieu les 7, 8 et 9 juin. Il y aura des expos, stages, projections, conférences et des animations sur le thème de la photo de nature. Le parrain est Philippe Moës et nous vous attendons nombreux sur notre stand. Plus d‘infos sur :

http://festiphoto-foret-rambouillet.org/
Lire la suite...
 

Visite orchidées sauvages le 19 mai dans le Haut-Rhin

Envoyer Imprimer PDF
Sur les pelouses sèches de l’île du Rhin : une multitude de feuilles, fleurs, et fruits d’orchidées se laissent admirer et déterminer avec Henri Mathé dans la Réserve Naturelle de la Petite Camargue Alsacienne. Dimanche 19 mai, de 15h à 17h, RDV au chalet Rhin & Découverte écluse à Kembs, sur inscription au plus tard le dimanche à 12h
Tel 03.89.89.78.59 - www.petitecamarguealsacienne.com - © Alex Labhardt
Lire la suite...
 

2ème festival de photo animalière de la forêt de Rambouillet

Envoyer Imprimer PDF
Cette manifestation est unique sur ce territoire. Ce sera la meilleure occasion de réunir des passionnés de tous âges, dans un cadre convivial pour échanger avec le public, et faire prendre conscience de la nécessité de préserver cet environnement privilégié aux portes de Paris. Cette seconde édition du festival ambitionne d’acquérir une nouvelle dimension en associant les photographes de la région Île-de-France. La prochaine édition se déroulera les 7-8-9 juin 2013 dans le parc du château de Rambouillet et les villages alentours. Le festival va fédérer tous les passionnés non seulement de la photographie mais aussi de nature, du massif de Rambouillet. Ils pourront ainsi témoigner de la richesse de la biodiversité locale. Le festival s’articule autour des activités suivantes : 8 expositions extérieures de photos animalières de grande dimension9 expositions de photos en intérieurCycle de conférences dont une de Philippe Moës, parrain du festival sur la photographie des mammifères, pratique-éthique, précédé d’une projection « De perles de feu »Des animations sous formes d’ateliers et stages qui permettent au public de voir, comprendre le contexte et les impacts de l’observation, ainsi que de s’initier en première approche à la photo animalière et au traitement d’image.Un « Village de Toile » propose des exposants du monde de la photo animalière : distributeurs de matériel d’observation et de photo, éditions et magazines, associations naturalistes, et de photographes… De multiples animations sont prévues sur le terrain, de jour, de nuit des naturalistes accompagnent des groupes pour faire découvrir les différentes facettes de la nature. Ce festival est une excellente occasion pour découvrir pendant un week-end le Parc Naturel Régional de la haute vallée de Chevreuse et le massif forestier de Rambouillet. Plus d'informations : http://www.festiphoto-foret-rambouillet.org photo de Philippe Moës, parrain de la 2ème édition du festival de Rambouillet
Lire la suite...
 

Podcast] Interview de Fabien Gréban photographe animalier

Envoyer Imprimer PDF

J’ai une qualité que je suis le seul à me reconnaitre – ça veut dire que personne ne s’en ai jamais rendu compte, quelle tristesse ! – je suis très fort pour cerner très vite, genre au 1/1 000, le caractère des gens que je rencontre. Prétentieux ? Possible mais comme personne ne s’en rend compte, du coup, on s’en fiche !

La première fois que j’ai rencontré le photographe animalier Fabien Gréban, c’était au salon de la photo de Saint Jean de Losne, où il exposait. Ses agrandissements d’hermines et de renards m’avaient attirés comme le fer attire les aimants. Tout intimidé, je lui posais je ne sais plus quelles questions, forcément cul-cul, et lui me répondait très poliment. Ainsi, mon don, celui décrit plus haut, me permettait très vite de cerner le sieur Fabien Gréban : il est de ceux qui appartient à la catégorie des types sympas, avec qui on passerait des heures à discuter photo sans qu’à aucun moment on ne sente chez lui une once d’ennui.

Alors quand j’ai commencé à réaliser des interviews de photographes animaliers pour le blog, j’ai toujours eu dans un coin de ma tête d’interviewer Fabien Gréban. Peut-être pas le plus connu de tous, ni le plus médiatique, mais l’un des plus sympa, abordable, gentil, souriant et passionné. Et bien sur talentueux, tellement évident.

chat sauvage fabien gréban photographe animalier 585x424 [Podcast] Interview de Fabien Gréban : photographe animalier

chat sauvage du Jura – © Fabien Gréban

Un photographe animalier pro … et généreux

Si on s’amusait à donner un adjectif qualificatif à chaque photographe animalier connu ? Vincent Munier ce serait … aventurier, Fabrice Cahez, hum … calme, Philippe Moës je pense à forêt et pour Fabien Gréban ?? Trouvé, facile : généreux. Ah … bien sur, faudrait aussi rajouter tous les qualificatifs que doit posséder tout bon photographe qui se respecte (vous les voulez vraiment ? icon wink [Podcast] Interview de Fabien Gréban : photographe animalier

Il possède cette rare capacité à donner de l’importance à chacune des questions qu’on lui pose. Pas donné à tous ça ! Je connais des types qui ont la compétence inverse : ils te font passer pour le dernier des imbéciles quand ils te répondent (et non, ça n’est pas parce que mes questions son cul-cul la praline).

hermine neige fabien greban photographe animalier 585x423 [Podcast] Interview de Fabien Gréban : photographe animalier

Hermine dans la neige – © Fabien Gréban

J’en viens donc à vous parler de son autre activité : l’animation de stages de photographie animalière organisés par Fabien. J’aurais aussi pu vous lancer sur ses ventes de tirages photos ou ses reportages à la carte, non, ce sont ces stages sur lesquels je me penche, et vous avec moi. A l’écouter, je me dis que c’est ce photographe là qui saura m’apporter le plus lors d’une session sur le terrain. Par son expertise technique, son expérience, sa connaissance du terrain, aucun doute là-dessus mais aussi et surtout par son empathie, sa réelle passion communicative. En gros j’en aurai pour mon argent !

Rendez-vous compte … 110 € pour passer une journée complète en tête à tête avec un photographe animalier du calibre de Fabien Gréban : et si vous repoussiez l’achat de votre nouveau micro-onde à plus tard ? icon smile [Podcast] Interview de Fabien Gréban : photographe animalier

Peut-être qu’un jour j’inaugurerai une nouvelle série d’interview sur le blog : « les entretiens sur le terrain dans le feu de l’action là où c’est chaud » (un peu long comme intitulé icon smile [Podcast] Interview de Fabien Gréban : photographe animalier je trouverai mieux !). C’est sûr, j’irai voir Fabien pour la première !

brume sapins jura fabien greban photographe animalier 585x425 [Podcast] Interview de Fabien Gréban : photographe animalier

Brume matinale dans les sapins du Jura – © Fabien Gréban

En écoutant l’interview de Fabien Gréban, vous apprendrez :

  • une – toute petite bio – de Fabien et surtout pourquoi a-t-il choisi de se lancer en tant que photographe professionnel à temps plein. Ami photographe, si tu souhaites toi aussi plonger dans la grande aventure d’une activité 100 % photo, écoute bien ce passage ! Tu apprendras comment gérer tout ce temps dont tu disposes
  • quelle est la formation en photo animalière de Fabien Gréban ? Autodidacte ? Sorti d’une grande école de photographie animalière (euh … ça existe ?) ? Parrainé par un grand nom de la photo ? Vous savez où est la réponse icon smile [Podcast] Interview de Fabien Gréban : photographe animalier
  • les avantages d’habiter dans un environnement naturel. Allez, je déflore un peu le sujet … Fabien nous explique qu’une des nombreuses raisons est de pouvoir réaliser 80 % de ses photos dans un petit rayon autour de chez soi
  • pourquoi engager la discussion avec des éleveurs et des paysans par rapport aux statuts de nuisibles de certaines espèces
  • comment choisir entre affut et billebaude
  • pourquoi privilégier la billebaude quand il neige
  • les grands principes pour installer un affût
  • comment fait Fabien Gréban pour obtenir ses lumières tellement particulières
  • comment fait-il pour ne pas rater le moment LA photo lorsque les conditions sont exceptionnelles
  • vers quels animaux Fabien Gréban s’oriente-t-il
  • pour quelles raisons vous avez intérêt à vous diversifier dans votre pratique de la photo, dit autrement, pourquoi ne pas toujours faire la même chose
  • quelless sont les contraintes qui guident l’activité d’une journée de photographe animalier
  • quels sont les photographes qui inspirent Fabien Gréban
  • quel matériel photographique utilise Fabien et où il nous apprend les avantages de l’utilisation d’un boitier plein format, son objectif favori, « ze » objectif à avoir absolument
  • quelle importance accorder à son écran d’ordinateur : le calibrer ou pas
  • pourquoi faire appel à un des vraies gens pour le tirage de ses photos (au lieu de confier ça à une grosse boite impersonnelle du net)
  • quels sont les coins – comprendre les lieux – du massif du Jura pour faire de la photographie animalière
  • et enfin, finir en beauté avec le making off d’une des plus célèbres photo de renard de Fabien (et de France aussi, j’en suis certain) : « Sous les flocons »
renard neige fabien greban photographe animalier 585x424 [Podcast] Interview de Fabien Gréban : photographe animalier

Sous les flocons – © Fabien Gréban


  • Pour télécharger le fichier audio et l’écouter plus tard, faites un clic droit sur Download puis enregistrez-sous.
  • Pour vous abonner via iTunes aux podcasts audio d’Auxois nature, c’est là que ça se passe : Podcast de photographie animalière
Lire la suite...
 

Canon 200-400 mm f/4L IS USM avec multiplicateur 14x intégré

Envoyer Imprimer PDF
canon ajoute aujourd’hui l’EF 200-400 mm f/4L IS USM avec multiplicateur 1.4x intégré à sa prestigieuse gamme de super-téléobjectifs de la Série L. Sa plage focale peut passer de 200-400 mm à 280-560 mm grâce à un multiplicateur 1.4x intégré révolutionnaire. Il offre une ouverture f/4 fixe et est équipé d’un stabilisateur d’image à 4 stops. Son corps, en alliage de magnésium, est résistant et anti-ruissellement. Le bloc optique haut de gamme et le traitement de certaines lentilles garantissent des résultats exceptionnels, y compris dans les conditions extrêmes.
Vous trouverez ci-joint le communiqué de presse relatif à cette annonce, ainsi que les visuels et la fiche technique de cette nouvelle optique.
L’EF 200-400 mm f/4L IS USM sera disponible le 29 mai au prix conseillé de 12.999€.
Lire la suite...
 

Image Nature présenté à Télématin sur France 2

Envoyer Imprimer PDF
Une bonne surprise de voir notre magazine Image & nature présenté le samedi 30 mars dans l‘émission Télématin. Merci à France Télévision et William Leymergie pour le coup de pub !
Lire la suite...
 

Vidéo] Auxois Nature sur France 3

Envoyer Imprimer PDF

France 3 m’a interviewé !

Dans les interviews de photographes, d’habitude c’est moi qui pose les questions ! J’apprécie même cet exercice de journaliste. J’aimerais bien devenir le Michel Drucker des interviews de photographes animaliers icon smile [Vidéo] Auxois Nature sur France 3 .

Sauf que l’autre jour, c’est à moi qu’on a posé des questions, et le journaliste, enfin la journaliste, était de l’autre coté du téléphone. Et puis pas n’importe quelle journaliste mes amis, une de France 3 Bourgogne Franche-Comté ! J’ai donc eu droit, à mon tour, au jeu des questions-réponses, dont pour cette fois, vous l’avez compris, je n’étais pas le maître à bord !

Il y a une dizaine de jours, je recevais un mail de France 3 Bourgogne Franche-Comté me demandant si j’acceptais de participer à l’émission télé régionale Zappez + Net. « Oui, bien sur » répondis-je sans la connaître du tout. Avouez, vous non plus, vous n’aviez jamais entendu parler de cette émission, n’est-ce pas ! Normal si comme moi, le téléviseur est en mode OFF la plupart du temps, normal également si pour vous la Bourgogne Franche Comté est plutôt le nom d’une candidate Miss France.

accueil zappez plus net 585x489 [Vidéo] Auxois Nature sur France 3

La page d’accueil de l’émission Zappez + Net

Après avoir dit oui, je me ruais sur mon ordi pour découvrir l’émission Zappez + Net. Pourquoi me proposer, à moi, Régis Moscardini, obscur blogueur du soir (et puis un peu des samedis matins aussi quand j’ai le temps mais c’est rare) un passage télé, certes régional, mais télé quand même ! A la lecture du slogan, c’était limpide :

Zappez plus Net est une émission de France 3, qui rend hommage aux inconnus du net, ces bourguignons et franc-comtois qui osent créer un site ou animer des blogs originaux.

Hé hé hé … grâce à l’animateur Christophe Joly et son équipe de Zappez + Net, je passe sous les feux des projecteurs de la télé !

zappez plus net france 3 auxois nature 524x585 [Vidéo] Auxois Nature sur France 3

L’excellent animateur Christophe Joly juste au-dessus de mon logo !

Une belle reconnaissance

Je peux me faire mousser un peu ? Vous m’autorisez ? Sympa ! Je prends cette interview comme une preuve « officielle » de reconnaissance. Evidemment, tous vos commentaires, vos mails, nos échanges sont aussi des marques quotidiennes de soutien. Les lecteurs réguliers, les internautes de passages, les commentateurs assidus m’assurent que je fais du » pas trop mauvais boulot ». Mais, là ! France 3 ! C’est quasiment institutionnel ! Le service public quoi ! icon smile [Vidéo] Auxois Nature sur France 3

Bon, allez, je suis remonté comme un coucou suisse, je m’en vais bosser sur les articles et interviews à venir, et tout plein de chouettes projets, vous allez voir ! Alors un grand merci à vous tous (France 3 compris icon smile [Vidéo] Auxois Nature sur France 3 ) qui me donnez la folle envie de continuer tous les jours ce blog ! 

Pour visionner l’interview

L’émission Zappez + Net dure un peu plus de 7 minutes. Je me suis permis (que France 3 ne m’en veuille pas !) d’extraire le passage me concernant. C’est là, juste ci-dessous, cliquez sur le bouton lecture.

Pour voir l’intégralité de l’émission, ce sera un peu plus bas encore. Enfin, amis bourguignons et franc-comtois, rendez-vous sur le blog de Zappez + Net, il y a de vraies pépites.


Zappez plus Net du 23 mars 2013 par F3FrancheComte

Recherches qui ont permis de trouver cet article:

  • remerciement en nature video
  • photographe doué pour la nature
  • adresse email france 3 bourgogne
Lire la suite...
 

La Boite à Photos] 2 cas démontrant la nécessité de l’expérience

Envoyer Imprimer PDF
boiteaphoto [La Boite à Photos] 2 cas démontrant la nécessité de lexpérience

Réalisation de Laurent Vaissade de jogg.com

Cet article est rédigé dans le cadre de la 6ème édition de la Boite à photos, réunion de 15 blogs francophones traitant de photographie en tous genres.

Ce collectif fête ses 1 ans et pour cette belle occasion, c'est Sébastien Fanger du blog sfphotos.fr qui organise cette édition.

Le thème choisi est L'Expérience. Vaste sujet, passionnant et importantissime !

Suivre @LaBoiteAPhotos

L’expérience ? C’est quoi ?

L’avantage avec la langue française (ou l’inconvénient, mes élèves peuvent en témoigner tous les jours) c’est que la plupart des mots recouvrent plusieurs acceptions (avec cette fin de phrase je viens de perdre la moitié des lecteurs). Bon je reprends : toi devoir comprendre que mots français avoir sens différents (et là, c’est l’autre moitié qui fiche le camp, vexée d’avoir été pris pour des noeuds-noeuds). Tant pis je continue pour les 3 lecteurs qui restent icon smile [La Boite à Photos] 2 cas démontrant la nécessité de lexpérience

Je disais donc que très souvent un même mot possède des significations différentes. Prenez, au hasard, le terme Expérience :

  • sens de expérimentation : faire l’expérience d’une plante médicinale
  • sens de vérifier une hypothèse : expérience scientifique
  • sens de mettre à l’épreuve : tenter une expérience de colocation
  • sens d’un savoir issu d’une pratique : joueur avec de l’expérience.

J’admets que ces 4 définitions sont assez proches les unes des autres et que les frontières entre chacune sont assez floues.

Mais en quoi peut-on en tirer avantage ? Et bien nous pouvons choisir, parmi celles disponibles, la valeur qui nous arrange ! En fait, qui m’arrange icon smile [La Boite à Photos] 2 cas démontrant la nécessité de lexpérience

Tandis que je découvrais le thème de la 4ème édition de la Boite à photo, je pensais de suite à mon article : « aouch ! En quoi l’expérience en photographie animalière peut-elle faire de vous un meilleur photographe » … un sujet du bac de philo non ? Bouge pas mon p’tit gars que je me suis dit : « tu vas pas de casser la tête, entre toutes les significations du mot Expérience, tu te choisis celle qui t’arrange ! »

Alors j’ai pris celle-ci : l’expérience est un savoir, une connaissance tirée d’une pratique de terrain. C’est l’apprentissage sur le tas, à la dure, en mode essais – erreurs.

Vous savez comment ça se passe, on balance une belle phrase théorique, et après coup il est nécessaire d’attester par l’exemple. Ca tombe bien c’est exactement ce que j’ai prévu de faire : prouver, par 2 cas concrets, que parfois, rien ne remplace le savoir forgé par l’expérience. Ni les lectures des magazines et ni celles des livres (même pas le guide pratique d’Erwan Balança Photographier les animaux, petite auto-promo au passage icon smile [La Boite à Photos] 2 cas démontrant la nécessité de lexpérience )

Je le dis autrement, faut bien contenter tout le monde, vous aurez beau bouffer quantité de livres, viendra un moment où vous serez confronté à l’inconnu ! Ce sont précisément ces instants qui vous apporterons l’expérience, et, in fine, le savoir.

Cas n°1 : la connaissance des animaux

Le guide complet des mammifères de France et d’Europe édité chez Delachaux et Niestlé est ZE guide naturaliste traitant des mammifères de chez nous. Entre nous, sachez que ce type d’ouvrage ne se lit pas par curiosité : la mise en page, la taille de la police n’invitent guère à la lecture plaisir. C’est la recherche d’informations précises qui vous fait ouvrir ce guide.

C’est au début de mon projet de suivi d’un clan de lapins de garenne que j’ai longuement parcouru les pages concernées par les lagomorphes (les lapins et les lièvres quoi).

Une lecture attentive permet d’apprendre à les identifier, leurs types d’habitats, leurs comportements et tout une série d’autres choses bien passionnantes (comme de savoir qu’un pauvre lapin atteint de myxomatose meurt au bout de 12 jours icon sad [La Boite à Photos] 2 cas démontrant la nécessité de lexpérience ).

Le comportement tiens, c’est le point essentiel à maitriser pour se donner toutes les chances d’observer, de s’approcher et enfin photographier. Vous lirez que les lapins de garenne vivent en clans familiaux et s’organisent pour défendre leur zone d’activité, notamment en tapant du pied pour prévenir d’un danger. Parfait, tout ça !

Pas tout à fait. Mes nombreuses heures passées sur le terrain à observer ces lapins m’ont permis d’apprendre que systématiquement, dans cette garenne et pour ce clan en tout cas, un lapin « éclaireur » sort toujours avant les autres. S’il y a une balle à prendre, c’est lui qui la prend. Son rôle ? Prévenir les copains des trucs louches dans le coin (genre un photographe sous des branches).

Mes lectures encyclopédiques ont été nécessaires mais pas suffisantes :

  • Nécessaires pour savoir qu’un lapin de garenne émet des signaux envers ses congénères 
  • Insuffisantes car je n’y ai pas découvert la technique du lapin éclaireur

L’expérience du terrain a complété mon savoir livresque. C’est précisément ce type de connaissances que vous ne vous forgerez qu’à force de temps passé sur la place.

guide complet des mammiferes de france et d europe plus de 200 especes terrestres et aquatiques [La Boite à Photos] 2 cas démontrant la nécessité de lexpérience

Mon guide naturaliste de référence.

une garenne 585x390 [La Boite à Photos] 2 cas démontrant la nécessité de lexpérience

L’importance de prendre du recul pour bien observer – © Régis Moscardini

Cas n°2 : bien débuter en photo animalière

En débutant la photographie animalière, le néophyte, pressé de ramener des bonnes photos, pratiquera d’emblée la photo à l’approche plutôt que celle à l’affût, car, pense-t-il, l’affût est bien plus difficile à mettre en oeuvre qu’une balade photographique.

Pensez : monter une cache, c’est se poser quantités de questions ! Où mettre l’affût, comment le fabriquer, quelle forme, pour quelles espèces, et j’en passe. Alors qu’une sortie à l’approche, c’est à priori plus simple : appareil et jumelles autour du cou et en avant Guingamp. Rapide, facile, pas contraignant, tout est bon pour ramener vite fait bien fait des clichés.

C’est en tout cas exactement comme cela que j’ai raisonné quand j’ai réellement commencé en 2005-2006. Hâté que j’étais pour vite mettre en boite, ben oui, faut bien justifier l’achat du boitier et du 70-300 mm ! J’en ai fait des billebaudes, et j’en ai ramené des photos, pour sûr ! Des passereaux de loin (c’est que ça ne remplit pas une image une mésange quand on ne parvient pas à s’approcher à moins de 10 mètres !), des lapins de très loin, des buses de très très loin. Voilà en gros mes trophées de l’époque. Pas génial du tout.

Nous sommes en 2013, 8 ans ont passé (putain, 8 ans !). Si c’était à refaire, je ferais différemment. A l’époque, quel était mon but : me faire plaisir rapidement et ramener vite fait de bonnes images. Si je débutais aujourd’hui, je garderais donc cet objectif, cependant je changerais de méthode !

D’abord et avant tout l’affût ! J’ai connu mes vraies premières émotions (le coeur qui bat fort) en affût, pas à l’approche. Pire, pratiquer systématiquement l’approche comme je le faisais, sans réelle maitrise et connaissance du terrain, aurait pu me dégoutter de la photo animalière tant mes frustrations étaient grandes (satanés mésanges fuyant à chacun de mes pas).

Où je veux en venir ? Ici encore, vos lectures indiqueront des idées, des conseils. Mais à terme, c’est VOUS et vous seul qui déciderez de vos orientations photographiques à force d’expériences. Affût ? Approche ? Aucune des deux n’est dans l’absolu meilleure qu’une autre … sur le papier. Dans votre terrain de jeu, l’une prendra le dessus sur l’autre. C’est certain.

Ce sont donc mes sorties répétées depuis des années qui m’ont convaincu de la supériorité de l’affût face à l’approche, pour MOI. Ainsi, je sais que je tirerai le meilleur de ma pratique en photographiant depuis une cache. Et je n’ai pas lu ça dans les livres : je le tire de mon expérience !

lapin de garenne approche 585x390 [La Boite à Photos] 2 cas démontrant la nécessité de lexpérience

Un jeune lapin de garenne photographié à l’approche. © Régis Moscardini

lapin de garenne affût 585x390 [La Boite à Photos] 2 cas démontrant la nécessité de lexpérience

Un lapin de garenne photographié à l’affût – © Régis Moscardini

Conclusion

Ne retenez qu’une seule chose de cet article : les livres, les magazines, les forums, les conseils glanés ici et là, c’est nécessaire, mais surtout pas suffisant.

Vous ne pourrez pas vous constituer un savoir encyclopédique en photo animalière seulement en vous documentant. Il faudra passer par la case pratique. Lire et pratiquer. Les deux. Pas l’un puis l’autre, l’un ET l’autre. J’apprends, je teste, je me trompe, je relis, je recommence, je re-teste, je me re-trompe (bon, là, ça craint c’est la 2ème fois ! icon smile [La Boite à Photos] 2 cas démontrant la nécessité de lexpérience )

Et vous, que vous apporte votre expérience ?

Lire la suite...
 

Jai testé pour vous] La location d’objectifs photo

Envoyer Imprimer PDF

La location, c’est pas français

Nous, les français, on aime bien posséder les objets. Il faut que la voiture, ce soit la notre, il faut que les outils de bricolages, ce soient les nôtres. Acheter, posséder, voilà notre rapport aux objets. La location ? Hum, c’est bon pour l’appart au ski, pour la camionnette du déménagement, mais faut pas aller plus loin !

Je vous donne mon avis : nous sommes bien bêtes, nous les français, de vouloir coute que coute posséder à vie les choses. Pourquoi ? Je vous donne 10 secondes pour trouver la réponse, attention je ramasse les copies… Parce que la location donne accès à des produits que vous ne pourriez pas acheter, tout simplement.

Nous considérons que la location est un aveu de faiblesse : « Ouhhh la honte, l’autre, il a loué sa perceuse !!! Y peut même pas se l’acheter, pffff ». Mouais. A la réflexion, qui c’est le benêt dans l’histoire : celui qui se loue LA perceuse qui-perce-tout-sur-son-passage le temps d’un week-end ou celui qui galère avec SA vieille perceuse Casto qui percerait même pas la coquille d’oeuf d’une mésange bleue ? Moi, j’ai choisi mon camp : celui du loueur.

Si vous acceptez de mettre de coté vos réticences culturelles latines (ah ben désolé mais posséder c’est dominer, c’est très latin tout ça) pour vous laisser aller à un fonctionnement anglo-saxon, vous vous offrez des possibilités (presque) illimitées. En d’autres termes, allez-y, revenez vers le bon coté de la Force : louez, louez, louez. A vous les produits sur lesquels vous baviez d’envie hier encore !

Louer, oui, mais quoi ?

Tout ! Mais comme je n’ai pas le temps et vous encore moins, concentrons-nous sur le matériel photo. Et puis vous êtes venus pour ça. Oui, mesdames, messieurs, le matériel photographique peut aussi se louer. Non, il n’est pas nécessaire de tout acheter. Un monopode ? Louable. Un flash cobra ? Encore louable. Des filtres gris neutres et polarisants ? Toujours louable. Des grips pour reflex ? A nouveau louable.

Je continue ? Bien, très bien. Vous pouvez louer, et là, ça devient vraiment intéressant, pour ne pas dire séduisant, vous pouvez louer des objectifs : du grand angle, du standard, du téléobjectif, du canon, du nikon, du pentax.

Alors, les réticents du début, l’achat vous tente toujours ? Comment ça oui ! Aaaah y en a qui font de la résistance. Ca tombe bien, j’ai une tonne d’arguments pour eux. On se revoit à la fin de l’article !:-)

4 raisons pour louer un objectif

Raison 1 : Tester avant un achat

Combien d’objectifs un amateur va-t-il acquérir pendant sa carrière ? 3, 4 ou 5 guère plus. La durée de vie d’un cailloux dépassant largement celle du reflex, comprenez que l’achat d’un objectif reste une sacrée affaire. Mieux vaut ne pas se planter et quelques gouttes de sueurs ont dû perler sur le front de certains au moment de cliquer sur « Terminer la commande ». D’ailleurs, je reçois régulièrement des mails de demande de conseils à ce propos. Bref, se payer un objectif ne se prend à la légère (surtout si le dit objectif dépasse le kilo à la pesée).

Il existe une excellente solution pour dédramatiser et détendre vos soirées comparatif, c’est la location avant achat. Comment résister à l’argument massue suivant : votre 70-300mm f/5.6 sigma monture canon affiche ses limites (bruyant, lent et peu lumineux) et vous êtes prêts à faire péter la tirelire. Deux alternatives devant vous : le Canon 200mm f/2.8 L II ou le Canon 300mm f/4.0 L IS. Deux objos gamme pro (y en a même un qui est tout blanc, là, ça rigole plus!) présentant pour le premier une luminosité exceptionnelle avec f/2.8 mais une focale limite pour l’animalier et pour le second, le 300mm est confortable sauf que l’ouverture est limitée à f/4.0. Que faire ? Achetez les deux vous dira le vendeur peu scrupuleux du magasin d’en face. Ben voyons !

Mon argument massue, il est là : louer l’un pendant 1 semaine et l’autre la semaine suivante ou les deux en même temps, pour comparer, c’est mieux. Au terme de la location, vous arrêterez votre choix sur le 200mm (ou le 300mm, je m’en fiche) tranquille Emile. Vous verrez, l’achat de l’année sera un vrai moment de bonheur et de zénitude.

canon 200 mm ou 300mm [Jai testé pour vous] La location dobjectifs photo

Alors, lequel vous prenez ?

Raison 2 : Se faire plaisir

La tirelire est cassée depuis belle lurette et n’a toujours pas été remplacée ? Vous voyez tous vos copains se la péter avec leurs téléobjectifs ? Vous vous dites pourquoi pas moi ? La location est pour vous je vous dis. Vous aussi faites vous plaisir le temps d’un week-end, vous l’avez bien mérité. Voyez grand pour une fois, choisissez le haut de gamme, rendez-vous dans les zones interdites jusque là par votre banquier (ou votre moitié).

Je vous propose un Nikon 85mm f/1.4 à 63€. Combien parmi les lecteurs ici présents ont déjà manipulé un objectif qui ouvre à 1.4 ? Pas beaucoup, pourquoi ? Parce que ça coûte un bras (1 700€ la bête). Mais une semaine à 63€, ne vous privez pas : faites-vous plaisir, ne rêvez plus !

Raison 3 : Découvrir d’autres pratiques

Créativité, inventivité, imagination, idées novatrices, fantaisie, inspiration : des termes dont on se dit qu’ils sont réservés aux photographes de haut-niveau. Oui, c’est vrai sauf que cela ne doit pas vous empêcher, vous aussi de tenter des trucs nouveaux. Et quoi de mieux qu’un objectif inédit pour ça ?

Tenez, moi par exemple, au hasard, j’ai le bon bof vieux 18-55 mm, et un 70-300 mm (bah oui, c’est tout, vous me donnez des sous ? icon smile [Jai testé pour vous] La location dobjectifs photo ). Satisfaisant pour l’animalier, inadapté pour la macro. Ah, je vous avais pas dit ? La macrophotographie me titille en ce moment. Et ça n’est pas la fonction proxi-photo du 70-300 mm qui va me contenter. Demander à un pote un p’tit objo macro ? J’avoue ne pas trop aimer prêter mes joujoux alors je ne demande pas. Encore une fois, la location me tend les bras et règle mon affaire ! Je me tournerai pendant une semaine vers le Canon MP-E 65mm f/2.8 Macro à 50 €. A moi les p’tites bê-bêtes !

M’enfin je parlais de macro, j’aurais pu aussi expérimenter la photo de paysage en fish-eye : le Nikon 10.5mm f/2.8 DX Fisheye, ça pourrait le faire non ?

Tout est permis, à ce prix là, allez hop, on y va, en route pour l’aventure, on ne résiste pas, à l’appel de la loc’ icon smile [Jai testé pour vous] La location dobjectifs photo

Canon MP E 65mm f2.8 Macro [Jai testé pour vous] La location dobjectifs photo

Voici un objectif qui fait le bonheur de nombreux macroteurs.

Raison 4 : Faire un reportage, un voyage photo, un safari photo

Je vous raconte ma vie ? Allez, j’ose, juste un peu pour le bien de l’article. En avril prochain, je pars en vacances sur l’île de la Réunion, pour la 2ème fois. Economique et pratique quand on a le beauf qui habite là-bas. J’insiste : pour la 2ème fois. A la première occasion, seul mon fidèle 70-300mm (encore lui) m’avais donné satisfaction. Le 18-55mm quant à lui, vendu avec mon reflex, a confirmé ce que j’en pensais : juste bon à prendre des photos souvenirs. Pour les photographies qui claquent et qui pètent, j’irai voir ailleurs. Maintenant que j’y retourne (à la Réunion, suivez bon sang icon smile [Jai testé pour vous] La location dobjectifs photo ) je ne commettrai pas la même erreur : je laisse le 18-55mm à la maison et je me loue un truc de ouf !

Pour mon séjour, ce sera le Pentax 16-50 mm f/2.8 DA Star : 14 jours, 100 €, tant pis, ça fera un resto en moins icon smile [Jai testé pour vous] La location dobjectifs photo . Paysages bien sur, mais aussi portraits : avec sa plage de focale et son ouverture, je sens que je vais re-découvrir ce type de photographie.

Alors un conseil : n’économisez pas une centaine d’euros pour louer un objectif en cas de voyage extraordinaire. Si la photo est votre passion (elle l’est n’est-ce pas ?) ne vous privez pas du plaisir de shooter avec un cailloux d’exception dans des lieux d’exception. Je veux dire, photographier des paysages à couper le souffle, comme dans le cirque de Mafate, avec un 18-55mm de kit, c’est comme boire un Saint-Emilion dans un verre en plastique, écouter de la musique en Studio Masters 24 BITS avec les hauts-parleurs de son P.C portable : c’est ri-di-cule.

Test du service Objectif-Location

Maintenant que je viens de convaincre plus de 3000 lecteurs que l’avenir de la photo se trouvait dans la location, j’ai tout intérêt à vous guider … sans quoi je risque d’avoir les oreilles qui sifflent !

J’ai donc testé, du jeudi 14 février au samedi 23 février 2013, le service de location proposé par Alexandre du site internet Objectif Location. Je ne vous cache rien : je connais Alexandre depuis qu’il a fait un don d’un objectif pour le vainqueur du concours Frisson d’Hiver organisé sur le blog. Une telle marque de confiance m’avait marqué, aussi, quand il m’a contacté début février pour tester la location d’un objectif, je n’ai pas hésité une seule seconde.

Situons un peu les choses : Objectif Location est le premier site à proposer la location d’objectifs et d’accessoires photos sur internet, depuis 2008. Installée à Lyon, cette structure est une SARL au slogan bien trouvé (bravo Alexandre !) « le bon objectif au bon moment ». Evidemment, quand une idée est bonne, elle fait des petits ! Objectif Location n’est plus seule à présent sur ce marché prometteur, et c’est tant mieux : il faut y voire le signe d’une activité prometteuse, pleine d’avenir et qui plait aux photographes.

objectif location 328x585 [Jai testé pour vous] La location dobjectifs photo

L’envers du décor chez Objectif-Location … ça en fait des objectifs !

La location d’objectifs, mode d’emploi

Etape 1 : choisir son objectif

Souvenez-vous du slogan « le bon objectif au bon moment ». C’est vous donc vous qui allez d’abord décider de l’objectif à louer en fonction de vos envies, besoins, coup de coeur, que sais-je. C’est bon, vous avez cerné vos souhaits ? Un grand angle lumineux ? Très bonne idée ! Rendez-vous dans le menu en haut à gauche et cliquez sur le type d’objectifs de votre marque préférée. Canonistes, Nikonistes et Pentaxistes sont les bienvenus. Les Sonyistes/Minoltistes (?) ça va venir ! Je vous en reparle après. On a dit grand angle, allez, chez nikon, juste pour relancer la géguerre entre jaunes et rouges !

Une fois le clic cliqué, vos yeux avertis de photographes découvrent une belle sélection de grand angles nikon. Je veux du lumineux, je prends donc le Nikon AF-S 14-24 mm f/2.8G ED. Remarquez qu’un rapide coup d’oeil sous l’image donne les informations de base : la disponibilité et la grille tarifaire selon la durée de location. L’objet de mes désirs est dispo, je clique sur l’image correspondante pour en savoir plus.

Informations générales, données techniques, photos, tout est là pour bien orienter le locataire. Le détail qui fait la diff’, l’accès direct aux données du constructeur, à des images prises avec l’objectif et à une revue de presse. Bref, largement de quoi avoir toutes les cartes en main pour bien décider.

site internet objectif location 585x483 [Jai testé pour vous] La location dobjectifs photo

La gamme « grand angle » chez nikon

Etape 2 : Louer son objectif

Il est vraiment bien ce nikon AF-S 14-24 mm f/2.8G ED (pourquoi ces noms à rallonge, peuvent pas chez nikon et consort nommer leurs objectifs comme des voitures ?), zou, je le loue !

Plus simple, on ne peut pas : déterminer la durée, prendre ou pas l’assurance et ajouter au panier.

Pour aller plus loin, faudra créer un compte, ça peut agacer certains, mais c’est un passage obligé.La chose réglée, vous décidez maintenant de recevoir le matériel immédiatement (je veux dire avec le délai de la poste, ça ne passe pas encore par les cables ADSL) ou alors vous le réservez pour une période précise. Cette possibilité est géniale : je reviens à mon voyage à la réunion : je réserverais quelques semaines à l’avance pour être certain d’avoir mon joujou.

Bon, ben après, c’est du classique : cela fonctionne comme sur n’importe quelle boutique en ligne : passer la commande, adresse de facturation, de livraison, … De toute façon, faudra passer à la caisse tôt ou tard !

Savez-vous quel est le reflex pavlovien de tout internaute ayant effectué une commande sur le net ? C’est de relever ces mails ! C’est ce que j’ai apprécié avec Objectif Location : être tenu informé très vite de l’état de ma commande : ça rassure ! Voyez un peu ce qui vous attend :

Envoi n°1 :

Bonjour,

Voici un récapitulatif de votre commande.

Le matériel est réservé pour vous du jeudi 14 février au samedi 23 février 2013 . L’expédition est programmée pour le lundi 11 février 2013 via Coliposte. Vous recevrez à cette occasion un numéro de suivi du colis. Le livreur devrait passer le mercredi 13 février 2013 (il est toutefois possible qu’il arrive un jour ouvrable plus tôt ou plus tard).

Cordialement, Alexandre

Envoi n°2

Bonjour,

Votre commande a été prise en charge par le transporteur.

Un suivi sera accessible dans les prochaines heures sur le site Internet de Coliposte : http://www.coliposte.net/

Références du colis : 8V75402646082

N’hésitez pas à nous contacter en cas de besoin!

Cordialement, Alexandre

C’est bien non ?

Etape 3 : la réception

carton objectif location 585x390 [Jai testé pour vous] La location dobjectifs photo

Voilà mon cadeau !

Les délais annoncés ont été tenus. Je devais le recevoir le mercredi et je l’ai reçu le mercredi. Bon, c’est normal pour le spécialiste de la location à distance, sauf que d’autres boutiques sont eux les spécialistes pour nous faire tourner en bourrique parce que leurs délais sont à rallonge !

Me voilà donc avec un gros carton bien épais entre les mains. C’est toujours la même chose vous savez dans ces moments là : on connait le contenu du truc et pourtant on est à peine moins excité qu’un gosse de 2 ans devant le sapin de Noël. J’ouvre le carton, voici ce que je découvre et ce que voient tous les locataires :

  • une fiche d’instruction présentant les informations indispensables à connaitre pour faire bon usage du cadeau temporaire.
  • le bon de livraison sur lequel figure un récapitulatif du contenu du colis ainsi qu’un rappel de la période de location et du jour de réexpédition.
  • l’affranchissement retour en Colissimo à coller sur le carton la période terminée
  • un emballage en plastique blanc pour protéger le carton et coller facilement le bon de retour
  • et enfin, on y vient, sous la paperasse (importante quand même, hein, la paperasse!) le précieux. Peut pas lui arriver grand chose à celui-ci tellement il est précautionneusement emballé. Voyez donc : une grosse mousse toute grise avec des petits picots genre boite à oeuf, des gros boudins d’air qui doivent servir d’Airbag, un papier bulle qui pète quand on appuie dessus (enfin, faut pas le faire pour celui-ci, vous êtes censés le réutiliser pour le retour !) et, pour finir, le pentax 300mm f/4 DA Star, qui là, pas du tout comme par magie car on l’a bien mérité, apparait ! Et encore, il reste un dernier obstacle, celui du sac de transport dédié à l’objectif.

Et là, quand on a ce type d’objectif sous les yeux et dans les mains, on se dit qu’on va s’amuser comme jamais !

Un conseil : rassemblez tout ce petit monde d’empaquetage dans le carton pour ne rien égarer.

emballage objectif location 585x390 [Jai testé pour vous] La location dobjectifs photo

Bien au chaud, l’objectif ne craint rien !

Etape 4 : l’utilisation : test à venir

Pas tout d’un coup ! Le test du PENTAX 300mm f/4 DA Star est terminé, certes (oui, réfléchissez, je l’ai rendu icon smile [Jai testé pour vous] La location dobjectifs photo ) mais la rédaction est en cours. Je peux néanmoins vous dire que j’ai en boite 4-5 photos qui claquent bien (sur 500 prises, c’est un bon ratio !!). Bref, soyez patient, à l’affût (hi hi) et ça va venir !

chat domestique 585x389 [Jai testé pour vous] La location dobjectifs photo

Allez, parce que vous êtes sages : mon chat photographié avec le pentax 300mm f/4 DA Star

Etape 5 : le retour

Aussi difficile qu’un retour de vacances d’été cette affaire ! 10 jours d’histoire commune entre mon nouvel ami et moi, stoppée si brutalement, vous n’y pensez pas chez Objectif Location ! Ah ben si en fait, vous y pensez car c’est écrit noir sur blanc sur le contrat de location. Sérieusement, un enfant de 5 ans pourrait s’occuper de la partie retour : vous ré-emballez le tout bien proprement, vous collez l’affranchissement retour et rendez-vous à votre bureau de poste le plus proche. C’est tout.

Conclusion

Je renouvellerai l’expérience, très vite même (cf. voyage à la Réunion). Le système de la location a trouvé un nouvel adepte en ma personne. Je pense être comme beaucoup de français, assez peu enclin à louer tout et n’importe quoi comme nos amis les ‘ricains (j’ai appris récemment que les américaines peuvent louer des sacs à mains pour une occasion particulière … O_o). Ma voiture, je la veux, elle est à moi, na ! Par contre, je ne l’explique pas, louer un objectif photo, ça me va, j’aime ça même ! Alors pourquoi pas vous ?

Les plus :

  • des délais annoncés respectés,
  • le grand sérieux mis dans l’emballage,
  • la simplicité dans tout le déroulement de la location,
  • la facilité du processus de retour de l’objectif,
  • la présence systématique d’un filtre neutre de protection de la lentille frontale,
  • l’état de l’objectif loué : mis à part les patines d’usures sur le collier de pied, le 300mm loué était nickel,
  • la sympathie d’Alexandre : ça fait du bien d’avoir de l’humain derrière une boutique internet,
  • un catalogue déjà bien fourni avec canon, nikon, pentax. Et très prochainement sony/Minolta sera de la partie. Les copains photographes animaliers vont être aux petits soins avec un 70-400mm ou un 70-200mm f/2,8 + multiplicateur. Pas mal !

Les moins :

  • obligation de se créer un compte à la commande (c’est vite fait mais quand même)
  • un petit mail 2 ou 3 jours avant la fin de la période pour les têtes en l’air (moi par exemple !)
  • devoir rendre l’objectif à la fin de la période de location, trop dur icon smile [Jai testé pour vous] La location dobjectifs photo

Surprise du chef

Spécialement pour les lecteurs d’Auxois nature, vous avez 5 % de réduc’ sur toute commande en entrant simplement le code auxoisnature au moment de la commande. Cette offre est valable jusqu’au 31 mars 2013 à minuit. Plutôt cool !

Recherches qui ont permis de trouver cet article:

  • liste des animaux domestiques et leur photo
  • blog location optique
  • je suis en location pour vous photos
Lire la suite...
 

Une soixantaine d’oiseaux meurent victimes de l’indifférence des services publics

Envoyer Imprimer PDF
Une fois de plus, l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle a été le théâtre de l’agonie d’oiseaux saisis en douane et délaissés par les services vétérinaires.
Conservés dans le sac d’un voyageur en provenance de Mexico et en escale à Roissy, avant de rejoindre Munich, 62 oiseaux ont été interceptés par les douanes Françaises, mercredi 27 février 2013. Les vétérinaires du PIF (Poste d’Inspection aux Frontières), qui ont mission d’assumer le suivi de ce type d’affaire, ne se sont même pas déplacés, selon les correspondants (voulant rester anonymes) qui ont alerté la LPO.
Quelques heures plus tard, 4 oiseaux succombaient faute de soins, le lendemain soir, tous étaient morts sans boisson ni nourriture.
Ce genre d’affaire n’est pas exceptionnelle ! L’année dernière, des dizaines d’oiseaux sont morts dans des conditions analogues.
La LPO demande, depuis plus de 5 ans, qu’un centre d’accueil (pour quarantaine) soit mis en place, comme c’est le cas dans de nombreux grands aéroports Européens...
Lire la suite...
 


Page 11 sur 26

Home e-Mag photo nature

CRM

Les articles de la revue de presse sont des articles fournis par les flux RSS de site consacrés à la photo/nature. Ces articles ne sont donc pas le résultat de travail de l'équipe de Safari-photo-nature.com mais bien le résultat d'un mashup de contenu, également appellé curation.

Notre travail se limite à vous faire découvrir le travail de qualité effectué par des sites web de référence; nous ne rédigeons de ce fait aucun contenu. Ce site web baptisé "revue de presse" est donc un site composé d'un moteur de recherche alimenté par des flux RSS. Nous ne sommes donc pas éditeur mais hébergeur et n'exerçons de ce fait aucun contrôle sur les informations référencées dont nous respectons le droit d'auteur en indiquant la source fournie dans les flux RSS.

Afin de découvrir la totalité des articles proposés, merci de cliquer sur le lien de source mentionné en bas de chaque article afin de découvrir l'excellent travail de ces différents rédacteurs; de nombreux autres contenus de qualités vous attendent sur leur site web.


CRM agence de communication - CRM agence de voyage - CRM agence immobilière - CRM assurance

CRM Analytique - CRM Cabinet de recrutement - CRM cabinet médical - Logiciel de gestion de contrats - Logiciel agenda partagé - CRM Gmail



Vacances - Voyage - Billet avion pas chers

Rechercher

La revue de presse via Twitter

Suivez @actualite_photo

Stat.

Membres : 3
Contenu : 33630
Affiche le nombre de clics des articles : 12250583

En ligne

Nous avons 778 invités en ligne

Baromètre prix matos photo



[ L’ubiquité informative ]
:
[ toute l’actu photo du web ]
[ dans un seul site ]






Articles les plus lus

La citation du jour