Revue de presse photo & nature réalisée par Safari-photo-nature.com

La quasi totalité des infos photo & nature disponibles sur le web

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home e-Mag photo nature Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Envoyer Imprimer PDF

Trop souvent les photographes animaliers, surtout ceux qui débutent, oublient de photographier l’environnement et se focalisent sur la prise de vue en portraits serrés. Il faut que la bête prenne de la place dans le cadre. Comme si intégrer la grande famille des photographes animaliers passait par la prise de vue d’animaux en gros plans. Comme si mettre en avant les détails des poils et des plumes constituait l’unique manière de traduire la beauté animale. Bon, tirer des portraits animaliers qui tuent doit faire partie du bagage technique du photographe, c’est certain … mais pas que !

Voici un petit exercice : fermez les yeux (les deux hein icon smile Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement ) et tentez de vous souvenir de deux ou trois photographies animalières qui vous ont récemment marquées. Je suis sûr à 100 % que dans le lot il y en a une dont le sujet tient une petite place dans son environnement de ciel, de rochers, d’herbes ou d’eau. Cette photo vous a marquée parce qu’elle en révèle plus sur l’animal que si celui-ci avait été shooté en gros plan.

Parce que je suis du genre à faire ce que je demande aux autres, voici la photo qui m’a profondément impacté :

vincent munier combat heron cendre buse variable Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Combat entre un héron cendré et une buse variable – Vincent Munier © Tous droits réservés

Contrairement à ce que vous pensez, fixer sur le capteur un animal dans son environnement n’est pas plus facile que de réaliser un gros plan. Car la frontière est mince entre la réussite ou l’échec d’un cliché pris largement :

  • Un sujet trop petit dans l’image et on se demande pourquoi l’auteur n’a pas plus zoomé
  • Un sujet prenant trop de place et on est frustré d’être privé de plus d’informations

Dans cet article, nous allons donc nous éloigner au sens propre de l’animal, et au sens figuré du sempiternel portrait. A la fin de la leçon (eh oui, que croyez-vous, on bosse ici !!) le photographe animalier que vous êtes passera du stade de la photo de base avec des animaux perdus dans leur environnement, à celui du cliché qui déchire parce que le sujet fait parti intégrante de son milieu (vous saisissez la nuance ?! icon wink Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement ).

1ère leçon : la composition

Quand je commence une nouvelle leçon avec mes élèves à l’école primaire, je m’assure toujours que dans leurs petites têtes les notions nécessaires à l’apprentissages de la nouvelle leçon soient disponibles. On appelle cela les pré-requis : apprendre à respecter les accords sujet-verbe dans une phrase simple sans être capable de distinguer le sujet et le verbe n’a aucun sens.

Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que pour saisir l’importance de la composition dans notre sujet du jour, mieux vaut en connaitre la définition.

La voilà : la composition est la façon dont le photographe agence les éléments constitutifs de l’image afin de mettre en valeur le sujet principal choisi par le-dit photographe. Petite définition perso, écrite à la volée.

Ca c’est pour la théorie, pour les exemples pratiques, il faudrait écrire un article complet. Pourquoi produire ce qui a déjà été fait ailleurs, et très bien fait même ? Je vous renvoie donc vers un billet écrit par l’ami Laurent Breillat afin d’être au top sur les pré-requis en composition avec 5 règles simples (vous revenez après hein !)

passereaux roseaux 1 585x390 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Petite composition sympa avec les tiges de roseaux amenant le regard vers l’oiseau – © Régis Moscardini

J’ai donc bien fait mon job : si vous lisez ceci c’est que la règle des tiers vous est familière.

Retour à la photographie des animaux dans leur environnement. Bien composer sa prise de vue est important pour tout type de photographie. Le photographe devra toujours se poser cette question : « où placer mon sujet principal et ce qui tourne autour ? » Cet examen de la situation passe d’important à CAPITAL quand l’animal photographié tient une place réduite dans l’image.

Je m’explique : shooter un lapin de garenne en gros plan demande juste de placer les yeux (dans 90% des cas) dans un des 4 points forts. Facile. Prendre ce même lapin (toujours de garenne) au 50 mm demande plus de réflexion quant à la composition de cette image. Sans ça, vous risquez fort de noyer l’animal parmi les nombreux composants de son habitat.

renard roux 1 1 585x329 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Typiquement le type de photo d’environnement à oublier : aucune histoire racontée, du fouillis et aucune réflexion – © Régis Moscardini

Voilà quelques trucs pour parfaire ses compositions :

  • privilégier la billebaude : cette technique fonctionnera bien car trouver le meilleur angle, la meilleure position ne peut se faire qu’en crapahutant. Votre outil privilégié sera votre paire de pieds ! Déplacez-vous jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’éléments dans le cadre qui nuise à la lecture de l’image. Je sais, se déplacer parfois ne serait-ce que de quelques mètres en billebaude peut provoquer la fuite de la bête. Le mieux étant d’utiliser dès que possible le relief, la végétation et le sens contraire du vent … plus votre précieuse expérience icon smile Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement
  • tenter l’affût en utilisant un zoom type 70-300 mm. A défaut de pouvoir varier votre place, vous pourrez changer de focale. Sauf à réfléchir à la composition d’une image précise dès l’installation d’un affût, je pense que cette technique limitera vos possibilités créatives, en tout cas pour ce type de photographie
  • éviter l’encombrement des éléments qui constituent l’environnement. Rien de tel qu’un véritable capharnaüm dans lequel est perdu le sujet pour du même coup perdre le spectateur ! Ne prenez pas la photo comme un fourre-tout : vous devez choisir quoi intégrer à l’image. Eliminez tout ce qui n’apporte rien à votre message
  • des fois souvent, le photographe animalier doit vite déclencher parce que la situation le demande. Alors privilégiez dans ce cas le truc à ne pas rater : la mise au point. Prenez en rafale pour multiplier les chances d’obtenir une attitude sympa. Pour la composition, le re-cadrage sur ordinateur devrait rectifier une prise de vue trop centrée
  • des fois rarement, le photographe animalier a du temps. Profitez-en pour tester plusieurs cadrages :
    • format paysage
    • format portrait
    • placer l’animal sur différents points
    • intégrer un élément, ou un autre, ou encore un autre, puis comparer les prises de vue sur l’écran du reflex
  • si la ligne d’horizon est dans le champ, elle ne doit pas être l’axe de symétrie de l’image : ne la placez pas en plein milieu. C’est moche non ?
  • Ce même horizon ne devra pas « couper » l’animal. Quelle idée !
précy lapin10 1 585x329 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Surtout ne pas couper l’animal par la ligne d’horizon ! © Régis Moscardini

  • Quand le sujet photographié est petit dans l’image, c’est particulièrement important d’avoir une composition soignée et réfléchie.

J’en ai fini avec la composition. Ok, c’était un peu long. D’ailleurs si vous n’avez plus assez de temps pour finir la lecture, je vous autorise à vous arrêter là. Si vous appliquez ces conseils sur la compo, vos photos vous diront merci icon smile Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

2ème leçon : l’importance de la lumière

Vous l’avez entendu, lu, vu, à maintes reprises, la lumière est tout dans la photographie (avec la composition !).

Même si vous avez un animal intéressant dans un bel environnement, la photo manquera de pep’s si la lumière est plate ou fade ou dure. Voici comment faire pour « choper » la bonne lumière :

  • éviter les ciels monochromes. Oui, c’est chouette un ciel tout bleu, mais c’est ennuyeux en photo non ?
  • les photographies d’animaux les plus spectaculaires ont été réalisées lors de fortes pluies, pendant des vents violents, à la suite d’orages, durant des chutes de neige et même en plein brouillard. Alors si la météo du jour est trop parfaite, profitez-en pour repérer des lieux intéressants, notez-les, puis revenez au cours d’un temps moins clément ! Au passage, j’en profite pour vous dire que dans la boutique du blog il y a des ponchos 2 en 1 Stealth Gear tip top pour vous protéger vous et votre attirail pendant vos sorties pluvieuses icon wink Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement
  • c’est connu, les plus belles lumières de la journée sont à l’aube et au crépuscule. L’été, entre 9h00 et 19h00, rien de bien intéressant à se mettre sous la dent. Alors oui, faudra vous lever tôt (en juin, juillet et aout, très tôt icon wink Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement ) et sortir une ou deux heures avant le coucher du soleil. Entre temps ? Profitez de la fraicheur de la maison pour trier vos photos ! icon smile Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement
ciel nuageux 1 585x329 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Il n’y a pas d’animal, c’est juste pour montrer l’importance de la lumière et du ciel qui tue.

3ème leçon : varier les focales et les cadrages

Je pourrais sortir la fameuse phrase « votre but est de raconter une histoire à travers une image ». Très bien, on ne peut qu’être d’accord avec ça (suffit de voir celle ce Vincent Munier plus haut, l’histoire saute aux yeux). Mais c’est plus facile à dire qu’à faire.

Soyez conscients qu’une photographie est l’oeuvre d’un photographe (lapalissade) opérant des choix esthétiques et forcément subjectifs. La sensibilité, l’expérience, la maitrise, l’envie, sont autant de facteurs qui influenceront les choix pendant la prise de vue : deux photographes plantés au même endroit raconteront quelque chose différemment.

Voici quelques trucs pour varier les effets désirés, raconter des histoires différentes:

  • l’utilisation d’un objectif à focale fixe est à mon avis limitatif. Préférez, si vous pouvez, un objectif à focale variable comme un 70-300 mm ou un 50-200 mm. Ainsi, le photographe que vous êtes aura toute latitude pour varier les cadrages et jouer sur les effets désirés
  • emporter aussi dans votre besace un objectif grand-angle. Un compact expert est aussi très bien. C’est mon cas : j’aime utiliser mon Panasonic Lumix DMC. Je n’ai pas à changer d’objectif et les multiples réglages experts sont parfaits
  • placer le sujet au premier plan puis utiliser un cadrage au grand-angle place l’animal en position de force et procure en même temps une sensation d’espace. Evidemment, c’est faisable avec des animaux coopératifs. Les goélands en bord de mer c’est jouable. A défaut, tentez le coup avec les vaches du pré d’en face ! On en est en plein dans les choix esthétiques là !
 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Tout l’intérêt d’un grand angle dans ce type de situation – © Whooper Swans in Lake Kussharo by Fanus Weldhagen

  • à l’inverse, l’usage d’une focale allant du 100 au 300 mm, aura pour effet de « comprimer » l’espace entre le sujet et son environnement donnant l’impression que les éléments des différents plans se rapprochent. Intérêt ? Révéler l’animal dans une dimension plus « dramatique »
charolaise 1 585x329 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

L’utilisation d’une grand focale (300mm) permet de rapprocher les plans – © Régis Moscardini

  • intégrer un petit coté ciné peut donner du punch à votre image est simple. A l’ordinateur, ne vous privez pas de recadrer la photo au format 16/9. Un ciel sombre et moutonneux à la sauce 16/9 provoque de suite un autre sentiment, le rôle de l’animal en est renforcé.

Bonus : A faire – A ne pas faire

  • A faire : Composition : OK. Lumière : OK. Accordez maintenant toute votre attention à l’attitude de l’animal. La position des pattes, de ses oreilles, ses mouvements ont autant d’important dans une prise de vue lointaine que lors d’un portrait.
  • A faire : tenir un cahier de croquis afin de noter des idées et griffonner des images possibles. Typiquement le type de conseils évident et facile à donner … que je ne fais pourtant pas, j’avoue. C’est bête, j’en vois tout l’intérêt. Il suffit de mettre un carnet et un crayon dans une poche non ?
  • A ne pas faire : rentrer à la maison OU ne pas sortir si le temps est mauvais. Protégez-vous et votre équipement pour continuer à photographier. Je pense précisément à une sortie d’orage d’été : les ambiances y sont très particulières. Evidemment, il faut être sur place, voire essuyez la grosse pluie qui mouille … mais ça en vaut vraiment la peine.
éléphant cascade 413x585 Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

Lumière, composition, histoire, tout est dans cette magnifique image. – © Marcel Van Hoosten

Conclusion

Je crois l’avoir signalé en début de billet, photographier un animal dans son environnement ne doit pas être pour vous une 2ème option. En gros, si la sortie « portrait aux renards » a lamentablement échouée, tenter de sauver la mise en shootant maître rusé au grand angle risque de donner une image fourre-tout sans âme.

Préparez plutôt ce genre d’image de la même manière que vous le feriez avec n’importe quel autre type de photographie.

Pour être tenu au courant de l’actu du blog, si vous deveniez fan de la page Facebook ?

Recherches qui ont permis de trouver cet article:

  • comment photographier les animaux
  • objectif photo pour photographier animaux sauvages
  • comment photographier renard

Consultez la source sur Auxoisnature.com: Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

 

Home e-Mag photo nature Comment photographier les animaux sauvages dans leur environnement

CRM

Les articles de la revue de presse sont des articles fournis par les flux RSS de site consacrés à la photo/nature. Ces articles ne sont donc pas le résultat de travail de l'équipe de Safari-photo-nature.com mais bien le résultat d'un mashup de contenu, également appellé curation.

Notre travail se limite à vous faire découvrir le travail de qualité effectué par des sites web de référence; nous ne rédigeons de ce fait aucun contenu. Ce site web baptisé "revue de presse" est donc un site composé d'un moteur de recherche alimenté par des flux RSS. Nous ne sommes donc pas éditeur mais hébergeur et n'exerçons de ce fait aucun contrôle sur les informations référencées dont nous respectons le droit d'auteur en indiquant la source fournie dans les flux RSS.

Afin de découvrir la totalité des articles proposés, merci de cliquer sur le lien de source mentionné en bas de chaque article afin de découvrir l'excellent travail de ces différents rédacteurs; de nombreux autres contenus de qualités vous attendent sur leur site web.


CRM agence de communication - CRM agence de voyage - CRM agence immobilière - CRM assurance

CRM Analytique - CRM Cabinet de recrutement - CRM cabinet médical - Logiciel de gestion de contrats - Logiciel agenda partagé - CRM Gmail



Vacances - Voyage - Billet avion pas chers

Rechercher

La revue de presse via Twitter

Suivez @actualite_photo

Stat.

Membres : 3
Contenu : 33627
Affiche le nombre de clics des articles : 6645162

En ligne

Nous avons 122 invités en ligne

Baromètre prix matos photo



[ L’ubiquité informative ]
:
[ toute l’actu photo du web ]
[ dans un seul site ]






Articles les plus lus

La citation du jour